Accueil > Actualités

Actualités

Filtres

Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 2 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240418 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => 5450 )
WP_Query Object ( [query] => Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 2 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240418 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => 5450 ) [query_vars] => Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 2 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240418 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => Array ( [0] => 5450 ) [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [monthnum] => 0 [year] => 0 [w] => 0 [category_name] => historique-des-actualites [tag] => [cat] => 1 [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [search_columns] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [update_menu_item_cache] => [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [nopaging] => [comments_per_page] => 50 [no_found_rows] => ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [terms] => Array ( [0] => 1 ) [field] => id [operator] => IN [include_children] => 1 ) [1] => Array ( [taxonomy] => category [terms] => Array ( [0] => 5450 ) [field] => term_id [operator] => NOT IN [include_children] => ) ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( [0] => akn_term_relationships ) [queried_terms] => Array ( [category] => Array ( [terms] => Array ( [0] => 1 ) [field] => id ) ) [primary_table] => akn_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( [0] => Array ( [key] => eventdate [compare] => < [type] => DATE [value] => 20240418 ) [relation] => OR ) [relation] => AND [meta_table] => akn_postmeta [meta_id_column] => post_id [primary_table] => akn_posts [primary_id_column] => ID [table_aliases:protected] => Array ( [0] => akn_postmeta ) [clauses:protected] => Array ( [akn_postmeta] => Array ( [key] => eventdate [compare] => < [type] => DATE [value] => 20240418 [compare_key] => = [alias] => akn_postmeta [cast] => DATE ) ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS akn_posts.ID FROM akn_posts LEFT JOIN akn_term_relationships ON (akn_posts.ID = akn_term_relationships.object_id) LEFT JOIN akn_postmeta ON (akn_posts.ID = akn_postmeta.post_id AND akn_postmeta.meta_key = 'eventdate') WHERE 1=1 AND ( akn_term_relationships.term_taxonomy_id IN (1) AND akn_posts.ID NOT IN ( SELECT object_id FROM akn_term_relationships WHERE term_taxonomy_id IN (5450) ) ) AND (akn_postmeta.meta_value IS NULL OR akn_postmeta.meta_value > '2024-04-18 16:54:31') AND akn_posts.post_type = 'post' AND ((akn_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY akn_posts.ID ORDER BY akn_posts.post_date DESC LIMIT 13, 13 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 91448 [post_author] => 3 [post_date] => 2023-01-13 09:30:11 [post_date_gmt] => 2023-01-13 08:30:11 [post_content] =>

Pour la prise en charge des prolapsus des organes pelviens, le pessaire est un bon outil à proposer systématiquement à nos patientes symptomatiques.

Il évolue régulièrement, avec pour certains, notamment les cubes, une autonomie dans sa gestion simple à acquérir après une courte éducation thérapeutique.

Solution d’attente avant la chirurgie, particulièrement pour des patientes jeunes actives ; ou solution pérenne sur le plus long terme, bien utilisé, il est en général plébiscité.

Une fiche pour les aider dans cette utilisation est maintenant disponible sur le site de l’HAS.
Elle peut être remise aux patientes à l’issu de l’éducation thérapeutique, ainsi qu’à leur médecin de famille, leur kinésithérapeute…

[post_title] => HAS : une nouvelle fiche information patiente sur le prolapsus [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => has-une-nouvelle-fiche-information-patiente-sur-le-prolapsus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-01-13 09:33:54 [post_modified_gmt] => 2023-01-13 08:33:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=91448 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 91342 [post_author] => 2 [post_date] => 2023-01-06 09:23:29 [post_date_gmt] => 2023-01-06 08:23:29 [post_content] =>

Chères et Chers confrères,

Les problématiques de tensions d’approvisionnement en BCG-Medac apparues le lundi 28 novembre ont été résolues grâce aux efforts conjoints du laboratoire MEDAC, de l'ANSM et de l'AFU. C'est à dire bien sûr des urologues et de leurs pharmaciens. La gestion de cette pénurie a été exemplaire puisqu’aucun patient n’a eu à subir un manque ou de retard de délivrance de BCG pour le traitement de son cancer de la vessie.

À partir de ce lundi 9 janvier 2023, nous pouvons à nouveau prescrire et instiller le BCG-Medac pour les patients qui doivent débuter un traitement d’induction ou d’entretien par BCG.

Pour les patients en cours de traitement d’induction par du SII-ONCO-BCG, le laboratoire tient à disposition de nos pharmacies un stock permettant de terminer la série de respectivement 6 instillations sans changer de souche de BCG, tel que cela a été préconisé par l’AFU auprès de l’ANSM.

Bien sincèrement,

Le Bureau de l’AFU, le CCAFU Vessie

[post_title] => BCG : Fin de la pénurie [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bcg-fin-de-la-penurie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-01-06 10:52:14 [post_modified_gmt] => 2023-01-06 09:52:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=91342 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 90396 [post_author] => 3 [post_date] => 2022-11-04 07:32:45 [post_date_gmt] => 2022-11-04 06:32:45 [post_content] =>

Le sport, ou plutôt l’activité physique a bien des vertus pour la prise en charge de nos patients atteints de cancer. Mais sur quelles bases scientifiques s’appuient-ont aujourd’hui pour expliquer par exemple le bénéfice sur la survie ?

Quelles sont les données concernant le cancer de la prostate alors que le bénéfice est bien établi pour d’autres cancers tels que le sein ou le colon ?

Doit-on encourager l’activité physique, quand et comment ?

Devons-nous la prescrire et à qui ? Est-elle prise en charge et remboursée ?

Nous avons réuni, lors d'un webinaire dédié à la thématique, des intervenants spécialistes du sujet, d’horizons différents qui ont apporté leur éclairage singulier sur ce sujet encore mal connu des urologues.

A découvrir en replay dès à présent.

[post_title] => Activité physique et Cancer [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => activite-physique-et-cancer [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-11-04 07:39:47 [post_modified_gmt] => 2022-11-04 06:39:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=90396 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 89977 [post_author] => 2 [post_date] => 2022-10-11 11:15:35 [post_date_gmt] => 2022-10-11 09:15:35 [post_content] =>

Prostate, sein, ovaire : ces cancers ont parfois une origine génétique. Dans le cancer de prostate par exemple, l’hérédité a un fort impact. Le dépistage et l’enquête génétique des patients à risques peuvent sauver des vies. Les urologues doivent-ils les proposer à leurs patients ?

 

Selon le Dr Guillaume Ploussard, responsable du sous-comité prostate du comité de cancérologie de l’AFU, la réponse est nuancée. « La découverte d’un cancer du sein, de l’ovaire ou de la prostate dans une famille ne donne pas systématiquement lieu à une étude génétique sur les membres de cette même famille. Des critères précis conditionnent la nécessité de déclencher une enquête pour déceler une éventuelle anomalie du gène BRCA ». Le gène BRCA 1 expose au risque de développer un cancer du sein et de la prostate. Le BRCA 2 est associé au cancer du sein et de l’ovaire chez la femme et au cancer de la prostate dans une forme très agressive chez l’homme. Le risque de développer un cancer de prostate est de 1,3 fois supérieur si le patient est BRCA 1 et de 2,6 fois supérieur s’il est BRCA 2.

Ce qui doit alerter

Chez la femme, la survenue d’un cancer du sein bilatéral avant 40 ans impose la recherche de mutation du gène BRCA. Chez l’homme, c’est un cancer de prostate apparu précocement, avant 50 ans et sous une forme d’emblée agressive avec métastases qui doit alerter. Outre l’âge de survenue du cancer, d’autres critères justifient l’enquête génétique comme la présence de cancers associés (pancréas, sein, prostate et ovaire) chez le patient lui-même ou chez des membres de sa famille auxquels il est apparenté de premier ou second degré. Lorsque les critères sont réunis, « les sénologues vont systématiquement proposer l’enquête génétique aux femmes pour un dépistage très précoce de cancer de l’ovaire ou du sein, mais plus rarement aux hommes », fait remarquer le Pr Pierre Mongiat-Artus, membre honoraire du Comité de Cancérologie de l’AFU et responsable du comité d’éthique et de déontologie. « La présence d’un cancer du sein ou de l’ovaire dans une famille doit donner lieu à une enquête génétique chez les hommes également, car un cancer de prostate peut être développé », ajoute le spécialiste.

Le rôle de l’urologue

Lorsque la recherche de mutation du gène BRCA chez une femme s’avère positive et que la femme est porteuse de l’un des deux gènes, il y a donc une indication à faire tester les hommes de la famille. « S’il y a eu des cancers du sein sans recherche de mutation et que l’histoire familiale est importante avec plusieurs cas de cancers dans l’arbre généalogique, une attention particulière devra se poser sur les hommes et une recherche de mutation sera conseillée. Car, le risque de développer un cancer est élevé », explique le Dr Ploussard. Concrètement, soit la mutation est prouvée dans la famille et l’on va étudier cette même mutation chez son patient, soit la forme héréditaire est plausible et justifie également la recherche d’une anomalie de l’un des deux gènes BRCA. À charge donc pour les urologues d’interroger systématiquement leurs patients sur l’histoire familiale. Si des cancers de prostate, ovaire, sein ou pancréas existent chez plusieurs apparentés du premier degré et a fortiori dans le cas de cancers de prostate précoces ou de cancers du sein bilatéraux et précoces, l’urologue déclenche une consultation d’oncogénétique. Réalisée par un onco-généticien, l’enquête oncogénétique comprend un examen avec recherche sur les lymphocytes sanguins. Il est à noter tout de même que 30 % des patients mutés n’ont pas d’antécédents familiaux et que certaines familles comptent parfois trop peu de membres pour qu’il puisse y avoir une histoire familiale. Une extrême vigilance s’impose donc aux spécialistes.

Des Recommandations récentes

Le gène BRCA 2 représente 3 à 5 % des cancers de prostate diagnostiqués, soit environ 2 500 patients par an. Au vu de ces chiffres, depuis deux ans, les Recommandations insistent sur l’importance de proposer aux patients une enquête génétique. Alors que l’on dénombre en France 50 000 nouveaux cas de cancer de prostate chaque année, il serait inenvisageable d’adresser l’ensemble des patients en consultation d’oncogénétique. Ce, d’autant que l’enquête peut s’avérer longue en raison du manque de spécialistes. Une récente étude de l’INCa fait état d’un minimum de 6 mois d’attente (pouvant aller jusqu’à 1 an dans certaines régions) pour obtenir un rendez-vous avec un onco-généticien, auxquels il faut ajouter 6 mois supplémentaires nécessaires à la récupération du résultat de la prise de sang. Si les urologues sont habilités à prescrire le test génétique à la condition de fournir une information pertinente à leurs patients, ils respectent globalement la filière des onco-généticiens.

L’accompagnement du patient

Lorsqu’une mutation du gène BRCA est mise en exergue, l’onco-généticien propose au patient de contacter les membres de la famille et de tester aussi bien les hommes que les femmes.
Quant au patient porteur d’une mutation du gène BRCA et en particulier s’il est BRCA 2, il est réadressé à son urologue qui met en place un programme de dépistage annuel dès 40 ans avec dosage de PSA, toucher rectal et souvent IRM prostatique. « Concernant les IRM, leur fréquence n’est pas encore clairement déterminée en France alors que le PSA s’avère parfois trompeur », remarque le Dr Ploussard. « Dans les pays scandinaves, les dépistages systématiques avec IRM annuelles sont déjà instaurés pour les hommes avec mutations ». Lorsque la maladie survient chez les patients BRCA 2, même si elle n’apparait pas comme étant très agressive au moment du diagnostic, la surveillance active peut être déconseillée. « Ce sont souvent des patients que l’on traite précocement car on connaît le risque d’agressivité de la maladie. Ils peuvent maintenant bénéficier à un stade avancé de traitements ciblés avec des molécules adaptées et très efficaces ». Un argument en faveur de l’enquête génétique qui va permettre au patient d’être traité rapidement sur la base d’une thérapeutique spécifique.

 

Vanessa Avrillon
11-10-2022

Crédit photo : AdobeStock_390566015
[post_title] => Octobre Rose : dépister les hommes aussi ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => octobre-rose-depister-les-hommes-aussi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-11-26 14:01:23 [post_modified_gmt] => 2022-11-26 13:01:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=89977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 86972 [post_author] => 6350 [post_date] => 2022-02-15 09:24:12 [post_date_gmt] => 2022-02-15 08:24:12 [post_content] =>

À compter du mardi 15 février, il n'est plus nécessaire de documenter le score CCAFU lors de votre prescription de BCG.

L'ANSM annonce en effet la remise à disposition du BCG MEDAC en poudre et solvant pour suspension pour administration intra-vésicale.

En savoir plus

 

[post_title] => BCG : la fin du contingentement nominatif [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bcg-la-fin-du-contingentement-nominatif [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-02-15 09:38:19 [post_modified_gmt] => 2022-02-15 08:38:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=86972 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 86501 [post_author] => 6350 [post_date] => 2022-01-21 17:02:40 [post_date_gmt] => 2022-01-21 16:02:40 [post_content] =>

Retrouvez ici l'ensemble des recommandations des cancers du rein

[post_title] => Recommandations pour les cancers du rein [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => recommandations-des-cancer-du-rein [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-01-21 17:14:09 [post_modified_gmt] => 2022-01-21 16:14:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=86501 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 86210 [post_author] => 6350 [post_date] => 2022-01-11 15:30:42 [post_date_gmt] => 2022-01-11 14:30:42 [post_content] =>

Retrouvez ici l'ensemble des recommandations des cancers des testicules

[post_title] => Recommandations pour les tumeurs des OGE : testicule [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => recommandation-des-cancers-de-testicules [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-01-21 17:13:14 [post_modified_gmt] => 2022-01-21 16:13:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=86210 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 85390 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-12-10 14:37:55 [post_date_gmt] => 2021-12-10 13:37:55 [post_content] =>

Chères et chers confrères,

La gestion de l'approvisionnement en BCG par MEDAC, l'ANSM et l'AFU a porté ses fruits puisqu'aucun cas de défaut de produit n'a été in fine recensé depuis 1er février dernier. Afin d’éviter toute rupture, et en accord avec l’ANSM et l’AFU, le laboratoire MEDAC a mis à disposition du marché français, à titre exceptionnel et transitoire, depuis le 15 juin 2021, une spécialité initialement destinée au marché danois, le BCG Culture SSI 4 vials (4 flacons).

Depuis début octobre, le laboratoire MEDAC ne délivre que du BCG-Medac. Afin d’anticiper un retour à la normale, c’est-à-dire une distribution exclusivement de BCG-Medac, nous allons passer par une dernière phase où le laboratoire MEDAC ne distribuera que du BCG SSI et ce dès le 16 décembre 2021, pour une période de 4 à 6 semaines. La livraison de cette spécialité reste indispensable pour que tous les patients reçoivent les traitements attendus. Nous basculerons ensuite sur le BCG-Medac de façon pérenne.

Pour ne pas compromettre ce retour à la normale et ne pas gâcher du produit, toutes les unités de BCG SSI devront être utilisées avant de commander du BCG-Medac. Aucune reprise de flacon de BCG Culture SSI ne sera autorisée une fois le BCG-Medac à nouveau disponible.

Les modalités de reconstitution du BCG Culture SSI - attention à l’équivalence des doses (4 flacons de BCG danois = 1 flacon BCG Medac) - sont rappelées ci-dessous :

Le calendrier des instillations demeure inchangé et fonction du risque des TVNIM :

• Pour les patients déjà traités par BCG-Medac : Il est possible d'assurer la poursuite du traitement d'un(e) patient(e) en changeant la souche instillée Medac/danois en cours de traitement.
• Lors du retour à la normale de la production de BCG-Medac, le switch du BCG danois vers le BCG-Medac pourra s’effectuer en changeant la souche instillée en cours de traitement et en respectant les équivalences de doses.

Les pharmaciens de PUI sont simultanément informés de cette modification de souche pour la BCG thérapie endovésicale. Pour toute question ou information complémentaire, nous vous invitons à nous contacter le laboratoire MEDAC au 04 37 66 14 70.

Bien sincèrement

Crédit photo : Adobe Stock - Bernard Chantal
[post_title] => Pénurie de BCG endovésical : le bout du tunnel [post_excerpt] => La gestion de l'approvisionnement en BCG par MEDAC, l'ANSM et l'AFU a porté ses fruits puisqu'aucun cas de défaut de produit n'a été in fine recensé depuis 1er février dernier. Le laboratoire MEDAC apporte une solution transitoire. [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => penurie-de-bcg-une-solution-transitoire [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-04-25 16:48:52 [post_modified_gmt] => 2022-04-25 14:48:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=85390 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 85270 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-12-08 15:14:13 [post_date_gmt] => 2021-12-08 14:14:13 [post_content] =>

Depuis les restrictions concernant les prothèses de prolapsus par voie vaginale par la FDA en 2019, puis par l’HAS en février 2020, nos instances règlementent progressivement les usages des matériaux prothétiques en pelvi-périnéologie.

 

Ainsi est paru, au journal officiel, le 23 octobre 2020 l’arrêté (annexe 1), réglementant la pose des bandelettes sous urétrales pour le traitement chirurgical de l’incontinence urinaire d’effort chez la femme. Puis, plus récemment, le 22 septembre 2021, l’arrêté (annexe 2) réglementant la pose d’implants de suspension destinés au traitement du prolapsus des organes pelviens chez la femme par voie haute (promontofixation) est à appliquer pour nous tous, chirurgiens urologues, gynécologues, et digestifs dès maintenant.

 

Cette évolution s’inscrit dans la ligne des recommandations de l’HAS sur la prise en charge thérapeutique des prolapsus génitaux de la femme dont la note de synthèse est parue en juin 2021 (annexe 3A, annexe 3B, annexe 3C, annexe 3D), suite à un travail pluridisciplinaire (Loic Le Normand -uro-, Xavier Fritel -gynéco-, Anne Cecile Pizzoferrato -gynéco-, Caroline Thuillier -uro-, Aurélien Vénara -chirurgien digestif-)  avec un large comité de relecture (chirurgiens des 3 spécialités concernées, médecins généralistes, kiné, sages-femmes, association de patients…).

 

Comme pour les indications de cure d’incontinence, toutes les décisions de cures de prolapsus prothétiques par voie haute (promontofixation par voie coelioscopique recommandée sauf contre-indication) doivent être prises en concertation par une équipe pluridisciplinaire de pelvi périnéologie. Celle-ci doit comprendre, au minimum, un médecin spécialisé en urologie, un médecin spécialisé en gynécologie-obstétrique, et si besoin un médecin ou un masseur kinésithérapeute spécialiste de la réadaptation des troubles de la statique pelvienne. En cas de troubles recto-anaux invalidants, un médecin spécialisé en gastro-entérologie ou un chirurgien digestif doit être présent. L’établissement de santé est autorisé à pratiquer cette activité de soins par son ARS territoriale s’il est capable d’assurer l’ensemble de la prise en charge (évaluation, bilan, respect des recommandations, acte chirurgical par des chirurgiens formés et habitués à la pose d’implants de suspension, suivi post-implantation).

 

La patiente doit être dument informée, notamment des différents traitements conservateurs possibles, du risque de récidive, et recevoir les conclusions de la concertation pluridisciplinaire. Elle doit disposer d’un délai de réflexion suffisant, sans que celui-ci soit précisément défini.

 

Concernant le péri-opératoire : la patiente doit recevoir un document permettant l’identification de l’implant, le lieu, la date d’implantation et le nom du chirurgien ayant réalisé l’intervention.

 

Pour le post-opératoire, une consultation de contrôle systématique est à programmer à 1 mois postopératoire. Une consultation à 1 an au minimum est ensuite à prévoir. Cette dernière peut être faite par un médecin généraliste ou un médecin spécialiste.

Enfin, pour les explantations et les complications graves post-implantation, elles doivent être prises en charge par des centres et des chirurgiens formés et habitués à ces prises en charges complexes impérativement pluridisciplinaires.

 

Le CUROPF, travaille actuellement pour nous proposer une fiche standardisée (comme pour les cures d’incontinence : annexe 4) qui nous permettra d’être exhaustif lors de nos réunions de concertation pluridisciplinaires.

 

Nous rappelons, que les fiches AFU « intervention/info patient »  disponibles sur le site de l’association française d’urologie sont un élément d’information important, qui peut être tracé dans le dossier.

Dr Caroline Thuillier pour le CUROPF : CThuillier1@chu-grenoble.fr

Crédit photo : Pixabay
[post_title] => Une RCP et une traçabilité stricte imposée pour toutes les cures de prolapsus prothétiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => une-rcp-et-une-tracabilite-stricte-imposee-pour-toutes-les-cures-de-prolapsus-prothetiques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-04-25 17:23:15 [post_modified_gmt] => 2022-04-25 15:23:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=85270 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 84648 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-11-23 09:41:06 [post_date_gmt] => 2021-11-23 08:41:06 [post_content] => Retrouvez ici l'ensemble des recommandations des cancers urologiques.   [post_title] => Recommandations des cancers urologiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => recommandations-des-cancers-urologiques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-12-08 16:55:15 [post_modified_gmt] => 2021-12-08 15:55:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=84648 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 84093 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-11-20 12:39:01 [post_date_gmt] => 2021-11-20 11:39:01 [post_content] =>

Si certaines urgences en urologie sont bien connues des urologues, d’autres parce que rares restent méconnues. Pour la première fois, le rapport du congrès fait le point sur différentes pratiques.

Le rapport du congrès 2021 aborde en neuf chapitres les avancées dans les urgences urologiques courantes que sont la rétention urinaire aiguë, sous l’angle du parcours de soins, et la colique néphrétique notamment chez la femme et l’enfant. Il traite aussi des urgences urologiques plus rares et méconnues de bon nombre d’urologues : la traumatologie de guerre et d’attentat, avec la notion de triage des patients, de chirurgie écourtée et de damage control ; les urgences rares que tout urologue peut être amené à traiter comme la gangrène de Fournier ou encore la pyélonéphrite emphysémateuse. Sont aussi détaillés les traumatismes du rein. L’enjeu en traumatologie est de savoir trier les pathologies dans un contexte polytraumatique selon le risque de décompensation : lésion du rein, saignement de la rate…

Pour faire face à toute urgence urologique, un maître-mot ressort de l’ouvrage : la coopération. « Les urologues doivent s’organiser afin d’avoir des astreintes communes efficaces pour assurer la permanence des soins. Ils doivent également pouvoir disposer d’un plateau technique pour référer les urgences les plus graves, avec des parcours de soins bien rodés », indique Jean-Alexandre Long, co-auteur du rapport avec Romain Boissier et Pierre-Henri Savoie.

L’épidémiologie des urgences urologiques

Le rapport présente l’épidémiologie des urgences urologiques à partir du réseau OSCOUR® de Santé Publique France. « Ce réseau de surveillance des urgences en France permet de dresser un état des lieux dans chaque domaine d’urgence », indique Romain Boissier. Cela permet d’avoir une carte de France des urgences urologiques. De 2014 à 2019, elles ont représenté 4,2 % de la totalité des passages aux urgences, soit en moyenne 591 000 passages par an. 25 % ont abouti à une hospitalisation. Les urgences infectieuses ont représenté 35 % de ces passages. La colique néphrétique, la rétention urinaire aiguë et l’hématurie font partie des dix situations les plus fréquentes des services d’accueil des urgences (SAU) sur cette période. « Ce travail nous a permis d’avoir des temps de passage aux urgences, de plus de quatre heures par exemple pour rétention aiguë d’urine. »

Le rapport renseigne également sur la typologie des patients et la fréquence des hospitalisations : deux tiers d’hommes et un tiers de femmes sont reçus dans les SAU pour une colique néphrétique avec près d’un tiers de ces urgences qui mène à une hospitalisation ; les rétentions aiguës d’urine qui touchent environ 75 % des hommes ont un taux d’hospitalisation plus faible d’environ 25 %. « Cela montre que les urgentistes français suivent les recommandations », souligne Romain Boissier.

La traumatologie pénétrante

Un article du rapport est consacré à la chirurgie d’hémostase, liée à des attaques terroristes. « Suite aux attentats de 2015 à Paris, les urologues ont été sensibilisés à la possibilité d’être confrontés à des urgences de ce type. Les blessés ont souvent été adressés aux établissements les plus proches et non dans les trauma centers », indique Pierre-Henri Savoie. Les urologues peuvent alors être amenés à coordonner les soins sur ces blessés. « Contrairement à ce que l’on pense, mieux vaut être expérimenté pour trier les patients en fonction des durées opératoires », fait-il remarquer. Il souligne l’importance d’avoir quelques compétences de chirurgie de sauvetage, pour permettre au patient d’être pris en charge en réanimation avec des paramètres physiologiques stabilisés avant d’envisager une chirurgie de réparation. Une prise en charge en trois phases dénommée damage control et bien connue des médecins militaires. « Le but n’est pas de faire le traitement idéal mais de stabiliser le patient », résume Pierre-Henri Savoie.

Pierre Derrouch

Crédit photo : © Spotmatik
[post_title] => Les urgences en urologie, certaines trop mal connues [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-urgences-en-urologie-certaines-trop-mal-connues [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-04-25 17:21:34 [post_modified_gmt] => 2022-04-25 15:21:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=84093 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 84089 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-11-20 12:31:25 [post_date_gmt] => 2021-11-20 11:31:25 [post_content] =>

Les solutions médicamenteuses pour le traitement des cancers de prostate, du rein et de la vessie ne doivent pas être négligées par les urologues. Ils sont chirurgiens tout autant que médecins. Une double compétence à valoriser. Dit autrement, les urologues sont aussi prescripteurs.

La première partie du cours, est consacrée aux hormonothérapies de nouvelle génération (HTNG) pour les cancers de la prostate à tous les stades : métastatique hormono-sensible et métastatique ou non métastatique résistant à la castration. L’objectif est de présenter aux urologues les nouvelles molécules pour qu’ils les intègrent dans leur arsenal thérapeutique ainsi que les recommandations relatives aux indications de ces nouveaux traitements. « Les urologues ne doivent pas délaisser ces traitements en pensant qu’ils sont réservés à des patients métastatiques tardifs. Ils sont prescrits de plus en plus tôt », indique Yann Neuzillet. Il revient sur les séquences, les résistances croisées et la place de la chimiothérapie avec ces nouvelles hormonothérapies. Géraldine Pignot présente dans le détail les modalités de prescription et de suivi d’un traitement par hormonothérapie de nouvelle génération. Quel examen faut-il faire avant le traitement ? Faut-il assurer une surveillance clinique pendant ? Que faut-il doser et mesurer pendant le suivi afin que tout se passe bien et que le patient reçoive son traitement le plus longtemps possible ?

Arrivée des immunothérapies

La seconde partie du cours est dédiée aux immunothérapies, avec les indications dans les cancers du rein et de la vessie. « Le traitement médical du cancer du rein repose sur des associations de molécules », rappelle Yann Neuzillet. Ces associations sont de plusieurs ordres : deux immunothérapies, une immunothérapie et un inhibiteur de tyrosine kinase, selon les recommandations. Sont rappelées les séquences des traitements. Même approche pour le cancer de la vessie, avec prescription d’une immunothérapie de plus en plus précoce en présence de métastases, en complément d’une chimiothérapie quand le patient répond. À défaut, l’immunothérapie est prescrite en deuxième ligne. Il reprécise les modalités de prescriptions et de suivi de ces nouveaux traitements.

Les urologues peuvent prescrire ces nouvelles molécules, sans difficulté. « Il faut démystifier cette prescription », conclut Yann Neuzillet.

Pierre Derrouch

Une place à préserver

• Dans le cancer de la prostate la place du traitement médical ne cesse d’augmenter. Les combinaisons de l’hormonothérapie avec la chimiothérapie et les HNTG sont prescrites à des stades très avancés de la maladie. Des études démontrent maintenant l’intérêt des HNTG à des stades plus précoces, pour des patients d’emblée métastatiques ou qui récidivent avec des métastases. « Tous les urologues sont concernés par ces situations, souligne Yann Neuzillet. Ces indications se discutent chaque semaine en réunion de concertation pluridisciplinaire ». Ne pas prescrire ces molécules faute d’en connaître les indications conduit « à perdre la main sur ces patients, et donc la spécificité médico-chirurgicale qui fait la richesse de l’urologie ».

• Le cancer du rein a été la premier pour lequel le traitement médical per os à transformer le pronostic, avec d’abord inhibiteurs de tyrosine kinase. Ils peuvent facilement être prescrits par les urologues car ne nécessitent pas d’hospitalisation de jour comme pour la chimiothérapie. « Peu d’urologues ont développé une expertise dans ce domaine, les TKI n’étant prescrit que dans le cancer du rein métastatique».

• Aujourd’hui, les immunothérapies arrivent sans la vessie. L’essai en cours Alban compare la BCG-thérapie seule ou avec une immunothérapie, au stade non-infiltrant. « Si l’association s’avère efficace, et que les urologues ne savent la prescrire, les patients se retrouveront partagés entre deux sites, soient des problèmes d’organisation ». Ce qui bénéficie au cancer de la vessie bénéficie au cancer du rein.

Crédit photo : © spaxiax

 

 

 

 

 

 

[post_title] => Nouveaux traitements médicaux des cancers urologiques, les urologues doivent répondre présents [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-traitements-medicaux-des-cancers-urologiques-les-urologues-doivent-repondre-presents [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-04-25 17:39:24 [post_modified_gmt] => 2022-04-25 15:39:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=84089 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 84086 [post_author] => 6350 [post_date] => 2021-11-20 12:26:47 [post_date_gmt] => 2021-11-20 11:26:47 [post_content] =>

Depuis une vingtaine d’années, les anticholinergiques constituent le traitement de première ligne de l’hyperactivité vésicale (HAV). De nouvelles options thérapeutiques rebattent les cartes.

Finis les anticholinergiques pour traiter l’hyperactivité vésicale ? Non, mais les urologues disposent désormais d’alternatives sérieuses, dont la stimulation neuro-tibiale postérieure. « Utilisée depuis longtemps pour les douleurs pelvi-périnéales, cette technique est de plus en plus employée pour traiter le syndrome d’hyperactivité vésicale », indique Xavier Biardeau. À l’aide de deux électrodes collées sur la cheville et reliées à un boîtier, et d’une télécommande, le patient peut réaliser lui-même à domicile des séances quotidiennes de vingt minutes. Des versions sans fil ou miniaturisées, dotées du marquage CE, commencent à arriver. Longtemps positionnée en deuxième ligne, derrière les anticholinergiques, la stimulation neuro-tibiale postérieure est désormais prescrite en première ligne. Elle peut même se substituer aux atropiniques et à leur lot d’effets secondaires : sécheresses buccale et/ou oculaire, aggravation ou apparition d’une constipation, altération cognitive chez les sujets âgés… Potentiellement gênants, ces effets conduisent à l’arrêt du traitement chez 50 % des patients, selon la littérature, et ce malgré les bons résultats fonctionnels. Si, sur ce terrain, la stimulation neuro-tibiale postérieure sans effets secondaires marque des points, la compliance à moyen et long terme des patients à la thérapie reste à évaluer. Qu’en est-il de son efficacité ? « Elle semble comparable à celle du traitement médicamenteux, mais des études manquent encore pour l’affirmer scientifiquement ». C’est donc sûrement loin d’en être terminé des anticholinergiques… D’ailleurs, « beaucoup d’urologues continuent à les prescrire en première intention », observe Xavier Biardeau.

Les anticholinergiques toujours là, mais pas que…

Pour Benoît Peyronnet, les deux approches seraient plutôt complémentaires. Si la stimulation neuro-tibiale postérieure remporte des suffrages de plus en plus larges, l’important est « de sélectionner au mieux les traitements de première, deuxième voire de troisième intention, en fonction des attentes des patients, de leur comorbidité et des caractéristiques des symptômes. »

Les anticholinergiques gardent un intérêt pour des patients neurologiques, des patients avec des antécédents de radiothérapie ou encore de jeunes patients dont l’incontinence urinaire est liée à leur hyperactivité vésicale. « Nous nous dirigeons vers une prise en charge de plus en plus personnalisée de la HAV », souligne-t-il, d’autant que d’autres traitements de première intention sont apparus dans la pratique des urologues. « C’est le cas du mirabegron, de l’oestrogénothérapie locale pour des femmes ménopausées ou encore du tadalafil chez l’homme pour ne citer qu’eux », précise Benoît Peyronnet. Une palette de solutions thérapeutiques qui s’enrichit au profit des patients. « Il faut aussi, poursuit-il, déterminer les causes de symptômes d’hyperactivité vésicale qui n’étaient pas forcément recherchées jusque-là, pour réaliser un traitement spécifique plus efficace que les autres traitements disponibles. » Et de citer le prolapsus génito-urinaire ou encore le syndrome métabolique. Une table ronde à suivre de toute urgence…

Pierre Derrouch

La stimulation bientôt connectée

Des dispositifs de stimulation neuro-tibiale postérieure connectée sont attendus en 2022. L’urologue pourra suivre à distance la compliance des patients au traitement, avec un accès au calendrier mictionnel plus exhaustif et de qualité, car plus agréable à remplir par les patients. Selon une étude de Jean-Nicolas Cornu de 2016, seulement 6 % d’entre eux tiennent correctement leur calendrier mictionnel. De quoi faire mieux donc…

Crédit photo : © William Perugini

 

 

 

 

 

[post_title] => Traitement de l’HAV, la stimulation du nerf tibial postérieur passe la seconde… [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => traitement-de-lhav-la-stimulation-du-nerf-tibial-posterieur-passe-la-seconde [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-04-25 17:49:08 [post_modified_gmt] => 2022-04-25 15:49:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=84086 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 13 [current_post] => -1 [before_loop] => 1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 91448 [post_author] => 3 [post_date] => 2023-01-13 09:30:11 [post_date_gmt] => 2023-01-13 08:30:11 [post_content] =>

Pour la prise en charge des prolapsus des organes pelviens, le pessaire est un bon outil à proposer systématiquement à nos patientes symptomatiques.

Il évolue régulièrement, avec pour certains, notamment les cubes, une autonomie dans sa gestion simple à acquérir après une courte éducation thérapeutique.

Solution d’attente avant la chirurgie, particulièrement pour des patientes jeunes actives ; ou solution pérenne sur le plus long terme, bien utilisé, il est en général plébiscité.

Une fiche pour les aider dans cette utilisation est maintenant disponible sur le site de l’HAS.
Elle peut être remise aux patientes à l’issu de l’éducation thérapeutique, ainsi qu’à leur médecin de famille, leur kinésithérapeute…

[post_title] => HAS : une nouvelle fiche information patiente sur le prolapsus [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => has-une-nouvelle-fiche-information-patiente-sur-le-prolapsus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-01-13 09:33:54 [post_modified_gmt] => 2023-01-13 08:33:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=91448 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 172 [max_num_pages] => 14 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => 1 [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 6fbe060fa7f3b7070e6ffddcf43d4871 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [allow_query_attachment_by_filename:protected] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )
  • HAS : une nouvelle fiche information patiente sur le prolapsus

    13 janvier 2023 - Articles d'actualité

    Pour la prise en charge des prolapsus des organes pelviens, le pessaire est un bon outil à proposer systématiquement à nos patientes symptomatiques. Il évolue régulièrement, avec pour certains, notamment les cubes, une autonomie dans sa gestion simple à acquérir après une courte éducation thérapeutique. Solution d’attente avant la chirurgie, particulièrement pour des patientes jeunes […]

    En savoir plus
  • BCG : Fin de la pénurie

    6 janvier 2023 - Articles d'actualité

    Chères et Chers confrères, Les problématiques de tensions d’approvisionnement en BCG-Medac apparues le lundi 28 novembre ont été résolues grâce aux efforts conjoints du laboratoire MEDAC, de l’ANSM et de l’AFU. C’est à dire bien sûr des urologues et de leurs pharmaciens. La gestion de cette pénurie a été exemplaire puisqu’aucun patient n’a eu à […]

    En savoir plus
  • Activité physique et Cancer

    4 novembre 2022 - Articles d'actualité

    Le sport, ou plutôt l’activité physique a bien des vertus pour la prise en charge de nos patients atteints de cancer. Mais sur quelles bases scientifiques s’appuient-ont aujourd’hui pour expliquer par exemple le bénéfice sur la survie ? Quelles sont les données concernant le cancer de la prostate alors que le bénéfice est bien établi […]

    En savoir plus
  • Octobre Rose : dépister les hommes aussi ?

    11 octobre 2022 - Articles d'actualité

    Prostate, sein, ovaire : ces cancers ont parfois une origine génétique. Dans le cancer de prostate par exemple, l’hérédité a un fort impact. Le dépistage et l’enquête génétique des patients à risques peuvent sauver des vies. Les urologues doivent-ils les proposer à leurs patients ?   Selon le Dr Guillaume Ploussard, responsable du sous-comité prostate […]

    En savoir plus
  • BCG : la fin du contingentement nominatif

    15 février 2022 - Articles d'actualité

    À compter du mardi 15 février, il n’est plus nécessaire de documenter le score CCAFU lors de votre prescription de BCG. L’ANSM annonce en effet la remise à disposition du BCG MEDAC en poudre et solvant pour suspension pour administration intra-vésicale. En savoir plus  

    En savoir plus
  • Recommandations pour les cancers du rein

    21 janvier 2022 - Articles d'actualité

    Retrouvez ici l’ensemble des recommandations des cancers du rein

    En savoir plus
  • Recommandations pour les tumeurs des OGE : testicule

    11 janvier 2022 - Articles d'actualité

    Retrouvez ici l’ensemble des recommandations des cancers des testicules

    En savoir plus
  • Pénurie de BCG endovésical : le bout du tunnel

    10 décembre 2021 - Articles d'actualité

    La gestion de l’approvisionnement en BCG par MEDAC, l’ANSM et l’AFU a porté ses fruits puisqu’aucun cas de défaut de produit n’a été in fine recensé depuis 1er février dernier. Le laboratoire MEDAC apporte une solution transitoire.

    En savoir plus
  • Une RCP et une traçabilité stricte imposée pour toutes les cures de prolapsus prothétiques

    8 décembre 2021 - Articles d'actualité

    Depuis les restrictions concernant les prothèses de prolapsus par voie vaginale par la FDA en 2019, puis par l’HAS en février 2020, nos instances règlementent progressivement les usages des matériaux prothétiques en pelvi-périnéologie.   Ainsi est paru, au journal officiel, le 23 octobre 2020 l’arrêté (annexe 1), réglementant la pose des bandelettes sous urétrales pour […]

    En savoir plus
  • Recommandations des cancers urologiques

    23 novembre 2021 - Articles d'actualité

    Retrouvez ici l’ensemble des recommandations des cancers urologiques.  

    En savoir plus
  • Les urgences en urologie, certaines trop mal connues

    20 novembre 2021 - Articles d'actualité

    Si certaines urgences en urologie sont bien connues des urologues, d’autres parce que rares restent méconnues. Pour la première fois, le rapport du congrès fait le point sur différentes pratiques. Le rapport du congrès 2021 aborde en neuf chapitres les avancées dans les urgences urologiques courantes que sont la rétention urinaire aiguë, sous l’angle du […]

    En savoir plus
  • Nouveaux traitements médicaux des cancers urologiques, les urologues doivent répondre présents

    20 novembre 2021 - Articles d'actualité

    Les solutions médicamenteuses pour le traitement des cancers de prostate, du rein et de la vessie ne doivent pas être négligées par les urologues. Ils sont chirurgiens tout autant que médecins. Une double compétence à valoriser. Dit autrement, les urologues sont aussi prescripteurs. La première partie du cours, est consacrée aux hormonothérapies de nouvelle génération […]

    En savoir plus
  • Traitement de l’HAV, la stimulation du nerf tibial postérieur passe la seconde…

    20 novembre 2021 - Articles d'actualité

    Depuis une vingtaine d’années, les anticholinergiques constituent le traitement de première ligne de l’hyperactivité vésicale (HAV). De nouvelles options thérapeutiques rebattent les cartes. Finis les anticholinergiques pour traiter l’hyperactivité vésicale ? Non, mais les urologues disposent désormais d’alternatives sérieuses, dont la stimulation neuro-tibiale postérieure. « Utilisée depuis longtemps pour les douleurs pelvi-périnéales, cette technique est de plus […]

    En savoir plus

Contenu protégé