Accueil > Actualités

Actualités

Filtres

Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 0 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240301 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => 5450 )
WP_Query Object ( [query] => Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 0 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240301 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => 5450 ) [query_vars] => Array ( [post_type] => post [post_status] => publish [posts_per_page] => 13 [paged] => 0 [tax_query] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [field] => id [terms] => 1 [operator] => IN ) ) [meta_key] => eventdate [meta_value] => 20240301 [meta_compare] => < [meta_type] => DATE [order] => DESC [orderby] => date [category__not_in] => Array ( [0] => 5450 ) [error] => [m] => [p] => 0 [post_parent] => [subpost] => [subpost_id] => [attachment] => [attachment_id] => 0 [name] => [pagename] => [page_id] => 0 [second] => [minute] => [hour] => [day] => 0 [monthnum] => 0 [year] => 0 [w] => 0 [category_name] => historique-des-actualites [tag] => [cat] => 1 [tag_id] => [author] => [author_name] => [feed] => [tb] => [preview] => [s] => [sentence] => [title] => [fields] => [menu_order] => [embed] => [category__in] => Array ( ) [category__and] => Array ( ) [post__in] => Array ( ) [post__not_in] => Array ( ) [post_name__in] => Array ( ) [tag__in] => Array ( ) [tag__not_in] => Array ( ) [tag__and] => Array ( ) [tag_slug__in] => Array ( ) [tag_slug__and] => Array ( ) [post_parent__in] => Array ( ) [post_parent__not_in] => Array ( ) [author__in] => Array ( ) [author__not_in] => Array ( ) [search_columns] => Array ( ) [ignore_sticky_posts] => [suppress_filters] => [cache_results] => 1 [update_post_term_cache] => 1 [update_menu_item_cache] => [lazy_load_term_meta] => 1 [update_post_meta_cache] => 1 [nopaging] => [comments_per_page] => 50 [no_found_rows] => ) [tax_query] => WP_Tax_Query Object ( [queries] => Array ( [0] => Array ( [taxonomy] => category [terms] => Array ( [0] => 1 ) [field] => id [operator] => IN [include_children] => 1 ) [1] => Array ( [taxonomy] => category [terms] => Array ( [0] => 5450 ) [field] => term_id [operator] => NOT IN [include_children] => ) ) [relation] => AND [table_aliases:protected] => Array ( [0] => akn_term_relationships ) [queried_terms] => Array ( [category] => Array ( [terms] => Array ( [0] => 1 ) [field] => id ) ) [primary_table] => akn_posts [primary_id_column] => ID ) [meta_query] => WP_Meta_Query Object ( [queries] => Array ( [0] => Array ( [key] => eventdate [compare] => < [type] => DATE [value] => 20240301 ) [relation] => OR ) [relation] => AND [meta_table] => akn_postmeta [meta_id_column] => post_id [primary_table] => akn_posts [primary_id_column] => ID [table_aliases:protected] => Array ( [0] => akn_postmeta ) [clauses:protected] => Array ( [akn_postmeta] => Array ( [key] => eventdate [compare] => < [type] => DATE [value] => 20240301 [compare_key] => = [alias] => akn_postmeta [cast] => DATE ) ) [has_or_relation:protected] => ) [date_query] => [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS akn_posts.ID FROM akn_posts LEFT JOIN akn_term_relationships ON (akn_posts.ID = akn_term_relationships.object_id) LEFT JOIN akn_postmeta ON (akn_posts.ID = akn_postmeta.post_id AND akn_postmeta.meta_key = 'eventdate') WHERE 1=1 AND ( akn_term_relationships.term_taxonomy_id IN (1) AND akn_posts.ID NOT IN ( SELECT object_id FROM akn_term_relationships WHERE term_taxonomy_id IN (5450) ) ) AND (akn_postmeta.meta_value IS NULL OR akn_postmeta.meta_value > '2024-03-01 08:44:59') AND akn_posts.post_type = 'post' AND ((akn_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY akn_posts.ID ORDER BY akn_posts.post_date DESC LIMIT 0, 13 [posts] => Array ( [0] => WP_Post Object ( [ID] => 98455 [post_author] => 2 [post_date] => 2024-02-19 09:29:19 [post_date_gmt] => 2024-02-19 08:29:19 [post_content] =>

La Journée Thématique URODPC Infection urinaire est un perfectionnement des connaissances par formation cognitive présentielle sur une journée axée sur la pratique quotidienne, le rappel des recommandations, l’appropriation de nouvelles stratégies thérapeutiques en antibiothérapie, les conseils d’experts.

En savoir plus

[post_title] => Journée thématique infection urinaire 2024 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journee-thematique-infection-urinaire-2024 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2024-02-19 09:47:56 [post_modified_gmt] => 2024-02-19 08:47:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=98455 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 93258 [post_author] => 2 [post_date] => 2024-02-01 22:14:23 [post_date_gmt] => 2024-02-01 21:14:23 [post_content] =>

Le succès d’une installation en libéral est étroitement lié au respect des différentes étapes administratives nécessaires à l’ouverture d’un cabinet. Réussir son installation contribue à garantir sur le long terme, une qualité de vie professionnelle et personnelle. Attention aux erreurs à ne pas commettre, susceptibles de mettre en péril le bon déroulé d’une carrière.

 

Un médecin bien installé est un médecin heureux. De son installation vont dépendre ses revenus bien sûr, mais également sa qualité de vie professionnelle et personnelle. Satisfait et heureux dans son exercice, il offrira à ses patients des soins de qualité et assurera la continuité de leur suivi. Façonner son installation, c’est travailler sur un bonheur professionnel durable, quand une mauvaise installation se paie toute au long d’une carrière.

 

Gérer un cabinet comme une entreprise

Dans de nombreux domaines professionnels, lorsqu’il crée une entreprise, son instigateur élabore un business plan. En s’installant en libéral, l’urologue va constituer une société qui, chaque année, générera entre 250 000 et 600 000 € de chiffre d’affaires. Et ce, pendant plus de 30 ans. À l’échelle d’une carrière, cela équivaut en moyenne à un chiffre d’affaires de 8 à 10 millions d’euros. Il est donc risqué de faire fi d’un raisonnement basé sur la gestion entrepreneuriale. Il est indispensable de rencontrer des confrères déjà installés pour comprendre les enjeux d’une installation réussie. Une fois compris et choisi son futur professionnel il faut, compte tenu de la complexité administrative de l’installation, le soutien d’experts spécialisé dans l’accompagnement des professionnels de santé (avocat, expert-comptable…) pour verrouiller juridiquement de bonnes conditions d’exercice futur.

 

Choisir son équipe et recueillir le consentement familial

La première étape d’une installation réussie passe par le choix raisonné du lieu d’exercice et de l’équipe avec laquelle le médecin compte exercer. Que celle-ci soit hospitalière ou libérale, elle est au cœur de la réflexion sur l’installation. Une fois le projet déterminé, il devra être validé au sein de la cellule familiale et satisfaire notamment le conjoint. Trop d’installations se font indépendamment du projet familial. Or, l’accord du ou de la conjointe conditionne la réussite de l’installation. La structure juridique de la famille sera également étudiée afin de la protéger et de protéger l’entreprise. Si le couple n’est pas marié et qu’il envisage le mariage par exemple, c’est le régime de la séparation de biens qui est fortement conseillé.

 

Choisir son mode d’exercice

En individuel ou en groupe, du mode d’exercice découle le type de société qui sera créée (SEL, SCM, SCP, SELAS etc.). S’il s’agit d’un groupe, le choix portera sur une société d’exercice avec mise en commun de tous les revenus (partage d’honoraires) comme la Société Civile Professionnel (SCP) ou la Société d’Exercice Libéral (SEL). L’autre option étant la mise en commun des moyens humain et matériel de la société et non de ses revenus avec la création d’une Société Civile de Moyens (SCM). À charge pour la société de salarier les secrétaires, les aides opératoires, de payer le loyer du cabinet médical ainsi que toutes les charge de celui-ci. On évitera les sociétés de fait qui posent des problèmes de transmission et de succession car ce ne sont pas des personnes morales.

 

Étude approfondie des contrats

Si le médecin entre dans une société d’exercice, l’analyse des contrats d’installation par des avocats, un expert-comptable, un confrère maîtrisant ces questions ou un conseiller ordinal est primordiale. En se faisant accompagner par des professionnels avertis, le chirurgien diminue les risques et s’assure que ses intérêts sont correctement protégés. L’étude attentive des contrats permet de vérifier la façon dont le médecin est lié à ses associés, l’existence d’éventuelles clauses de non réinstallation trop strictes ou la présence de droits d’entrée trop élevés. Une fois signés, les contrats ne sont plus modifiables. Au contrat liant le médecin à la société d’exercice s’ajoute un deuxième contrat liant le chirurgien à l’établissement de santé et qui devra également être scruté. Le type de contrat, le taux de redevance, les clauses de rupture, la liberté de réinstallation, le nombre de plages opératoires, l’organisation de la continuité et de la permanence des soins : chaque point sera étudié dans le détail.

 

Les démarches administratives

Parmi les étapes administratives importantes, notons celle de contacter le Conseil de l’Ordre du département d’installation pour une inscription à son tableau. Celui-ci n’organisant qu’une seule assemblée générale par mois, il faut anticiper l’enregistrement à l’Ordre car il conditionne la suite des démarches. Cette inscription déclenche une déclaration à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie du département. L’ouverture d’un compte bancaire professionnel spécifique servira à l’encaissement de la totalité des honoraires libéraux. Les RIB sont nécessaires pour l’immatriculation auprès de l’URSSAF et de la caisse de retraite. La CPAM en fera également la demande pour transférer au médecin ses tiers payants. Le RIB familial ne doit jamais être communiqué et les comptes personnels et professionnels seront bien distincts. Le choix précoce d’un expert-comptable permet de se faire accompagner dans ses démarches. Étant donné l’emploi du temps chargé du médecin il est conseillé de mensualiser ses prélèvements obligatoires (URSSAF, CARMF, CPAM…) pour éviter des pénalités de retard de paiement.

 

Choix du secteur

Une fois l’inscription au CDOM validée, le compte bancaire professionnel ouvert, le RIB obtenu, le médecin prend rendez-vous avec la caisse primaire d’assurance maladie qui déclenche l’acquisition du numéro RPPS et lui délivre sa carte RPPS qui lui permettra de travailler. L’assurance maladie va demander à connaître le secteur d’exercice. Anciens assistants, anciens chefs de clinique, anciens PH, anciens médecins militaires, anciens assistants des facultés catholiques de médecine doivent impérativement choisir le secteur 2 et ne surtout pas faire d’erreur. En effet, à l’exception des PH avec secteur libéral statutaire, le choix de secteur d’exercice est non modifiable pendant 30 ans. La consultation de médecin spécialiste urologue était à 22,30€ en 1992 elle est passée à 23 € en 2000 et n’a pas évolué depuis cette date. Les honoraires d’un médecin de secteur 2 ne sont pas plafonnés à 30 € comme le médecin de secteur 1. Il est donc impératif d’opter pour le secteur 2 avec éventuellement le choix de l’option OPTAM-CO.

Cette option, dont la reconduction est incertaine, est un secteur conventionnel permettant aujourd’hui de s’installer en secteur 2 tout en bénéficiant des avantages du secteur 1 avec des tarifs opposables de remboursement majorés pour les patients de 20 % et le remboursement des mutuelles à condition que le spécialiste s’engage à ne plus faire évoluer son dépassement.

Il est important de choisir le Secteur 2 puis de choisir ou non, en fonction de ses associés, l’option OPTAM-CO, réversible toute l’année avec un préavis de 30 jours.

 

Gérer minutieusement les entrées et sorties d’argent

Les frais de fonctionnement de l’entreprise chirurgicale urologique se situent entre 4 500 et 7 000 € par mois selon la structure du cabinet (secrétariats, loyer, aide-opératoire, matériels, informatique…), auxquels s’ajoute le paiement de la redevance à un établissement privé. Son taux peut atteindre 10, 15 et parfois même 20 % du chiffre d’affaires du chirurgien. La redevance doit pouvoir se justifier par des frais réels, une bonne redevance se situe entre 3 et 5 % TTC hors loyer et aide-opératoire qui doivent faire l’objet de contrats séparés. Se surajoutent ensuite 25 à 30 % de charges sociales (assurance maladie, caisse de retraite, assurance prévoyance, URSSAF…) puis l’impôts sur le revenu… Il restera au médecin environ 30-35 % de son chiffre d’affaires comme pouvoir d’achat. Si le praticien a un remboursement d’emprunt d’installation élevé, son reste à vivre sera réduit à peau de chagrin.
Ainsi pouvoir d’achat = Chiffre d’affaires – frais de cabinet – charges sociales – impôts sur le revenu – emprunt d’installation.
Ex : CA 350 000 – Frais 70 000 – charges sociales 60 000 – ISR 80 000 – Prêt installation 40 000 = 100 000 € soit 8 000 €/mois.
Enfin, les URSSAF, l’assurance maladie et la caisse de retraite ne prélevant pas de cotisations la première année, le solde (avant impôt sur le revenu) sur le compte du chirurgien sera de 70 % l’année de création du cabinet. Il devra soigneusement éviter de consommer les sommes perçues sans estimer les prélèvements à venir, qui interviendront 12-18 mois après la création de la société. L’expert-comptable peut payer de façon anticipée, ou provisionner les sommes dues.

 

Quels régimes d’assurances ?

1 - L’assurance maladie et l’assurance complémentaire
Le praticien doit choisir le régime d’assurance maladie auquel il souhaite cotiser. Le régime conseillé est celui de sécurité sociale des indépendants (SSI) pour les médecins de secteur II car les cotisations sont moins élevées. Lorsqu’il cotise à l’assurance maladie, le médecin libéral n’est pas couvert pour les accidents du travail et les maladies professionnelles. En cas de problème comme un arrêt maladie par exemple, il devra assumer toutes les dépenses de santé. Pour pallier cette situation, l’assurance maladie propose au praticien de cotiser en tant que libéral à une assurance complémentaire accidents du travail maladie professionnelle (AT-MP). Le montant de l’assurance proposée par la sécurité sociale est calculé sur la base d’un pourcentage du bénéfice du praticien. Des produits d’assurance existent sur le marché et sont moins onéreux (moins de 300 € par an).

2 - L’assurance en responsabilité civile
La souscription à l’assurance responsabilité civile professionnelle est obligatoire. Sans RCP, le médecin risque une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 € et une période d’interdiction d’exercer. Il existe environ 5 à 7 opérateurs spécialisés dans la RCP. Tous les assureurs du marché ont les mêmes obligations professionnelles et offrent les mêmes garanties : un plafond à 8 millions d’euros par sinistre et à 15 millions d’euros par an. Les variables portent sur la relation avec l’assureur.

3 - La prévoyance perte d’exploitation
En cas de maladie, d’invalidité, de handicap ou de décès, les revenus de l’activité libérale peuvent s’effondrer. Ce risque doit être anticipé en contractant une assurance prévoyance qui protégera le médecin lui-même mais aussi ses ayants-droits. Cette assurance est facultative dans les textes mais obligatoire dans les faits. Il convient de se renseigner auprès de plusieurs acteurs mais de choisir un assureur spécialisé dans la prévoyance médicale. Cette assurance indemnisera par exemple l’arrêt de travail non sur la base des critères de la sécurité sociale mais sur la base de critères adaptés à l’activité du chirurgien, spécifiques à l’exercice médical. Une blessure à un pouce par exemple peut correspondre à 9 % d’invalidité pour la sécurité sociale mais à 100 % d’invalidité pour un chirurgien.
Le contrat de prévoyance doit comprendre trois notions impératives :

  • La couverture assurantielle sur une durée d’un an des frais professionnels en cas d’accident ou d’arrêt maladie. Si après une année d’arrêt le médecin ne peut pas reprendre son activité, il passera en invalidité. Cette perte d’exploitation doit être financée pour éviter de mettre en difficultés ses associés ou sa propre famille.
  • La maladie, l’accident, l’invalidité doivent être couverts. Certains contrats excluant des sports comme le ski hors-piste, le parapente, la plongée sous-marine ou l’ensemble des sports rattachés au vol, il est impératif de vérifier les exclusions du contrat et de s’assurer que les sports pratiqués par le médecin soient pris en compte.
  • Une cotisation en cas de décès pour que la famille du médecin et/ou ses ayants-droits aient suffisamment de ressources pour vivre s’il décède.

4 - La mutuelle
La mutuelle est facultative mais il est conseillé de prendre un contrat de base couvrant les frais d’hospitalisation. Inutile de prendre une mutuelle trop chère. Les cotisations peuvent être déductibles en frais professionnels (Loi Madelin).

5 - Les sociétés d’exercice (SEL, SCP, SCM) doivent être également assurées. Si les sociétés ont été créées par les collègues, il est opportun de vérifier qu’elles sont correctement assurées. Ne pas oublier d’assurer le local professionnel.

6 - La retraite
Afin de préparer sa retraite, le jeune installé peut contracter une assurance complémentaire. La meilleure façon de préparer sa retraite étant d’être propriétaire de son local professionnel qui, contrairement à la patientèle sera vendu à l’arrêt de l’exercice.

 

Affichage des informations obligatoires et communication

L’affichage en salle d’attente de l’ensemble des informations relatives aux tarifs, aux devis, à la continuité des soins, à la RGPD est obligatoire. Il est complété par l’affichage des recommandations du syndicat et de l’AFU en rapport avec l’examen clinique et l’éventualité d’un toucher rectal.
Reste au spécialiste à visser sa plaque, choisir un numéro de téléphone facile à retenir et un programme informatique simple avec des sauvegardes extérieures (Cloud) permettant de se connecter, si nécessaire depuis l’extérieur si le spécialiste n’est pas à son du cabinet. Le médecin ira ensuite se présenter auprès des correspondants locaux (médecins traitants et généralistes) et s’inscrira sur l’annuaire officiel des pages jaunes (et aucun autre !).
Avec l’accord du conseil départemental de l’ordre des médecins, il est possible de passer une annonce dans la presse en privilégiant un média avec un large tirage. Idéalement, l’annonce doit paraître un dimanche, jour où l’édition est la plus lue.
Le praticien peut se créer un site internet avec un seul et unique but : d’informer de façon objective sur sa spécialité. Le site ne doit contenir aucune information subjective. Il existe sur le site du Conseil National de l’Ordre un guide très bien rédigé qui permet de créer un site internet dans les règles de l’art.

 

Point de vigilance

Le médecin qui s’installe veille à se méfier de toutes les sociétés qui le contactent pour faire de la défiscalisation ou des placements. Toute proposition doit être refusée en bloc.

 

Bonne installation !

 

Vanessa Avrillon, Dr Didier Legeais, Vice-président du conseil de l’ordre des médecins de l’Isère, vice-président du syndicat des médecins de l’Isère, président du syndicat national des chirurgiens urologues français (SNCUF), membre du CA de l’AFU et du CNPU, membre de l’académie de chirurgie, directeur d’un cabinet d’assurance.

 

Crédit photo : AdobeStock_393558205
[post_title] => Installation en libéral : les étapes de la réussite [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => installation-en-liberal-les-etapes-de-la-reussite [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2024-02-16 18:04:40 [post_modified_gmt] => 2024-02-16 17:04:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=93258 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 92966 [post_author] => 2 [post_date] => 2023-11-30 09:13:32 [post_date_gmt] => 2023-11-30 08:13:32 [post_content] =>

Chers Confrères,

Une situation de fortes tensions d’approvisionnements voire de ruptures est observée depuis décembre 2022 pour les pistolets à biopsie utilisés pour des biopsies de tissus mous et notamment dans le diagnostic des cancers de la prostate.

Les points d’information de l'ANSM à ce sujet sont disponibles à l’adresse suivante :

Cette situation touche tous les fabricants de dispositifs non seulement en France mais aussi au niveau mondial.

Face à cette pénurie de dispositifs, afin de pouvoir garantir l’accès au diagnostic aux patients et minimiser l’impact de cette situation sur le terrain, l’ANSM, en collaboration avec l’AFU (Association Française d’Urologie), préconise aux établissements de prendre les mesures suivantes :

lorsque les pistolets à biopsie sont indiqués pour la réalisation de toute biopsie des tissus mous, et en tenant compte des alternatives disponibles pour les autres spécialités médicales, réserver l’utilisation de ces pistolets au seul diagnostic du cancer de la prostate ;

limiter l’utilisation à un pistolet par patient ;

rationaliser et adapter les commandes aux besoins, en évitant les commandes de précaution.

La situation devrait s’améliorer en mai 2023 selon les informations transmises par les fabricants

[post_title] => Tensions d’approvisionnements pistolets à biopsie [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tensions-pistolets-a-biopsie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2024-02-16 18:10:00 [post_modified_gmt] => 2024-02-16 17:10:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=92966 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 93263 [post_author] => 2 [post_date] => 2023-11-02 08:00:04 [post_date_gmt] => 2023-11-02 07:00:04 [post_content] =>

La définition de la cystite récidivante varie selon les sociétés savantes. Cependant, dès lors qu’une patiente présente des épisodes infectieux à répétition, sur la base de trois à quatre par an, il est possible de parler de cystite récidivante. Le mécanisme à l’origine de l’épisode infectieux sera recherché et traité. La prise en charge s’articule autour de la mise en exergue des symptômes, d’un bilan urologique minimal, d’une éventuelle antibiothérapie et de conseils d’hygiéno-diététique.

Définition des symptômes

La première étape de la prise en charge consiste à comprendre le contexte de vie de la patiente : ses antécédents, ses facteurs de risques, sa profession… Pour s’assurer d’un diagnostic juste, le spécialiste engage sa patiente à bien spécifier la symptomatologie. La présence de brulures urétrales per-mictionnelles associées à un cortège de signes évocateurs comme la pollakiurie, l’urgenturie, l’hématurie, la pyurie, la pesanteur pelvienne, la douleur et l’inconfort sont en faveur d’un diagnostic d’infection urinaire d’origine bactérienne. Le tout, élément fondamental, dans un contexte aigu. Car, par définition, une infection urinaire est un événement aigu. Dès lors que les symptômes apparaissent de façon chronique et persistante, la pathologie d’ordre infectieux peut être écartée. En présence d’une vessie pathologique, la symptomatologie est identique, mais les symptômes s’imbriquent différemment. Dans le cas d’une hyperactivité vésicale, l’urgenturie et la pollakiurie sont les deux principaux signes ressentis ; dans la cystite bactérienne, ce sont les brulures urétrales per-mictionnelles et dans le syndrome douloureux vésical chronique, l’élément évocateur est la douleur. Ce panel de possibilités justifie de la nécessité comprendre les symptômes de la patiente et la manières dont ils s’articulent entre eux. Ce, afin d’éviter de porter trop facilement le diagnostic d’infection urinaire récidivante d’origine bactérienne et de traiter la patiente à tort par antibiothérapie pour un symptôme qui ne répondrait pas efficacement au traitement. Une symptomatologie chronique est assez peu en faveur d’un événement infectieux. L’éventuelle présence de fièvre doit être signalée ; la notion de fièvre étant en faveur d’une infection du haut appareil urinaire. Dans le cas d’une infection urinaire fébrile, le niveau de gravité diffère et avec lui la prise en charge. La cystite et la pyélonéphrite récidivantes ont chacune leur thérapeutique distincte.

 

Le bilan diagnostique initial

Catalogue mictionnel, débitmétrie, résidu post-mictionnel et examen clinique constituent le bilan initial minimal à réaliser. Le catalogue mictionnel est indispensable, car il met en évidence la présence d’une éventuelle pathologie fonctionnelle de l’arbre urinaire, notamment si les volumes urinés sur 24 heures sont insuffisants par manque d’hydratation. A contrario, il peut y avoir des volumes suffisants mais associés à une hyposensibilité vésicale pouvant être source de forte répression vésicale ou des intervalles mictionnels prolongés et ainsi augmenter le risque infectieux. Le catalogue mictionnel contribue à déceler ces pathologies et met en évidence le fonctionnement vésical de la patiente. La débitmétrie permet de voir si l’on est en présence d’une évacuation des urines physiologiques et la mesure du résidu post mictionnel détermine si la vidange vésicale se fait de manière complète. Enfin, l’examen clinique est indispensable pour rechercher une pathologie plutôt d’ordre anatomique (obstacle à l’écoulement des urines, éventuel prolapsus sévère, possible sténose du méat urétral…). L’ensemble des pathologies anatomiques du bas appareil urinaire sont de potentielles sources d’infection. Une fois ces examens réalisés, le bilan diagnostic initial est complet. La cystoscopie sera uniquement recommandée en cas de suspicion d’une autre pathologie (tumeur de vessie, hyperactivité vésicale secondaire…).

La prise en charge

La prescription dépend des résultats du bilan. En traitant la cause, le problème d’infection urinaire - symptôme d’un dysfonctionnement fonctionnel ou anatomique de l’arbre urinaire - sera également solutionné. Il est généralement question de désordres fonctionnels assez simples à prendre en charge pour les urologues, notamment en proposant une rééducation mictionnelle à l’aide du catalogue mictionnel. Si les explorations n’ont pas permis de mettre en évidence la cause, que la cause ne peut être traitée, que la patiente n’est pas opérable, ou en cas d’échec dans la prise en charge, il existe malgré tout plusieurs possibilités thérapeutiques. En premier lieu l’antibioprophylaxie au long cours, mais dont l’indication devrait rester exceptionnelle. La recommandation repose sur la prescription de Fosfomycine trométamol (monuril) sur la base d’un sachet par semaine avec une réévaluation de la patiente tous les six mois. S’il s’agit de cystites post-coïtal, le traitement doit être pris au décours du rapport sexuel sans excéder une prise par semaine. Le triméthoprime seul (dont le nom commercial est le Delprim) est désormais autorisé. Il s’agit de la forme solitaire du Bactrim (sans la partie sulfamidée) qui peut être utilisée en dose quotidienne pour éviter les infections urinaires. La Nitrofurantoïne a été bannie dans cette indication en France alors qu’elle est encore utilisée par nos collègues anglosaxons. L’indication de l’antibioprophylaxie doit être réévaluée tous les six mois ou régulièrement car les facteurs favorisant l’infection sont susceptibles d’évoluer.

 

L’importance des règles hygiéno-diététiques

Dans la cystite récidivante, l’instauration de règles hygiéno-diététiques est proposée d’emblée alors même qu’il n’existe aucune preuve formelle de leur efficacité. Il faut adapter le discours à chaque patiente et en cela, le catalogue mictionnel est indispensable aussi bien à but diagnostique que thérapeutique. Les mesures habituellement proposées comme le fait de s’essuyer d’avant en arrière, de porter des sous-vêtements en coton plutôt que synthétiques… sont des conseils de bon sens mais il n’existe pas à l’heure actuelle de littérature confirmant ces assertions. Ces mesures, en outre, sont parfois culpabilisantes pour les patientes alors même qu’elles ne régleront pas la problématique. La seule consigne ayant prouvé son efficacité est celle d’augmenter ses apports hydriques en absorbant 1,5 L d’eau supplémentaire par rapport à la quantité d’eau consommée habituellement. L‘augmentation de l’apport hydrique limite les infections urinaires mais ne règle que rarement la cause sauf hypodiurèse majeure. Proposer d’uriner plus fréquemment ou recommander aux femmes sujettes aux cystites post-coïtal l’éviction des spermicides sont des conseils toujours utiles. Parmi les alternatives à l’antibiothérapie, l’utilisation d’une œstrogénothérapie locale chez les patientes post ménopausées peut s’avérer efficace. Les recherches se poursuivent sur l’utilisation de la vaccination par souches bactériennes. Certains types de vaccins, que les anglo-saxons appellent plutôt « immunoactive prophylaxis », sont déjà sur le marché dans certains pays. Le principe repose sur la stimulation répétée du système immunitaire par des souches bactériennes souvent rencontrées dans le cadre de cystites. Les essais contrôlés et randomisés ont démontré l’efficacité de cette stratégie thérapeutique qui n’est pas encore disponible en France. D’autres options thérapeutiques plus anecdotiques ont été étudiées comme le D-mannose qui réduirait le taux d’infections urinaires. Les instillations d’acide hyaluronique ou de glycosaminoglycane n’ont à leur tour pas encore démontré parfaitement leur efficacité dans des essais de haut niveau de preuve, tout comme la compétition bactérienne, la transplantation de microbiote fécal ou la phagothérapie dont l’efficacité restent à étayer.

 

Vanessa Avrillon avec le Dr Maxime Vallée, Maître de conférences des Universités, Praticien Hospitalier, Service de chirurgie urologique et de transplantations rénales, CHU de Poitiers.

07-02-2023

Crédit photo : AdobeStock_236423874
[post_title] => Cystite récidivante : du dépistage à la prise en charge optimale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cystite-recidivante-du-depistage-a-la-prise-en-charge-optimale-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2024-02-16 18:08:29 [post_modified_gmt] => 2024-02-16 17:08:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=93263 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 95854 [post_author] => 6357 [post_date] => 2023-10-25 16:04:30 [post_date_gmt] => 2023-10-25 14:04:30 [post_content] =>

L’AFU organise pour la première année, une journée portes ouvertes dédiée à tous les patients, hommes et femmes et à leurs accompagnants. Une occasion privilégiée de rencontrer les associations de patients et des médecins experts dans toutes les aires thérapeutiques de l’urologie. Parlez-en à vos patients !

Découvrez le programme : Télécharger le programme

 

Informations pratiques :
Le 23 novembre 2023
De 10h à 16h
Hôtel Hyatt, Salle Regency 15
3, place du Général Koenig,
75017 Paris

[post_title] => Journée patients [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journee-patients [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-10-26 16:02:31 [post_modified_gmt] => 2023-10-26 14:02:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=95854 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 95842 [post_author] => 6357 [post_date] => 2023-10-25 15:55:33 [post_date_gmt] => 2023-10-25 13:55:33 [post_content] =>

L’objectif : sensibiliser le plus grand nombre et lutter contre les tabous qui trop souvent encore poussent les hommes à ne pas s’occuper de leur santé, surtout urologique.

POST 1080x1350 v24
POST 1080x1350 v23
POST 1080x1350 v22
POST 1080x1350 v2
[post_title] => Novembre : Lancement du mois de la santé masculine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => novembre-lancement-du-mois-de-la-sante-masculine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-10-26 17:51:07 [post_modified_gmt] => 2023-10-26 15:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=95842 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 95566 [post_author] => 6357 [post_date] => 2023-10-04 09:20:08 [post_date_gmt] => 2023-10-04 07:20:08 [post_content] =>

L'AFU soutien Octobre Rose pour promouvoir le diagnostic des cancers précoces.

Cancers du sein et de la prostate peuvent être provoqués par les mêmes gênes héréditaires.

Un dépistage pourrait vous être proposé, parlez-en.

[post_title] => Octobre Rose : Les hommes aussi sont concernés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => octobre-rose-les-hommes-aussi-sont-concernes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-10-25 16:24:39 [post_modified_gmt] => 2023-10-25 14:24:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=95566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 92450 [post_author] => 2 [post_date] => 2023-02-27 14:54:20 [post_date_gmt] => 2023-02-27 13:54:20 [post_content] =>

Rendez-vous samedi 3 juin 2023

 

Cher(e)s Collègues, Le Ventoux 2 est lancé !

Cette année encore, l’AFU s’engage pour sensibiliser le grand public à la santé de l’homme par le sport et à lutter contre le cancer de la prostate. Le samedi 3 juin 2023, avec un groupe plus important que l’année dernière, 500 cyclistes composés, entre autres, d’urologues, patients et cyclistes s’élanceront vers cette ascension mythique en compagnie de Bernard Hinault. Une campagne de sensibilisation sur l’importance du sport pour une bonne santé et sa place au moment de la maladie, et un appel au don en faveur de la recherche seront présentés.

Toute ascension est validée aussi bien à vélo musculaire, qu'à vélo électrique ou semi électrique ! Les loueurs de Bédoin louent tout type de vélo.

Nous vous attendons tous pour participer à cet évènement important de notre association en faveur de la recherche et pour les soins de nos patients.

Les inscriptions sont réservées aux membres de l’AFU et association de patients jusqu’au 15 mars puis seront ouvertes au grand public.

Le départ se fera à 09h30 le samedi 03 juin depuis le Village Vacances de Bédoin

Inscrivez-vous Informations pratiques

Alexandre de la Taille, et le comité d’organisation de la campagne prostate 2023

 

https://www.urofrance.org/wp-content/uploads/2023/02/Video-promo-Antoine-Faix.mp4

Retour sur la campagne « Roulons contre le cancer de la prostate »

La volonté de notre association est de promouvoir via l’évènement du Ventoux la place du sport dans la santé et l’importance de promouvoir une sensibilisation au cancer de la prostate. Cette seconde édition a été un franc succès avec 450 personnes réunies, la présence de Bernard Hinault, plus grand champion cycliste français, les partenaires au rendez-vous, les retombées presse et des réseaux sociaux, une équipe d’encadrement exceptionnelle du Club de la Pomme et un temps favorable malgré les quelques gouttes de pluie rafraichissantes à l’arrivée ! Rajoutons que cet évènement sort des frontières par la présence des sociétés européenne et belge d’urologie. A l’ASCO, un petit groupe d’urologues et d’oncologues a aussi fait son « Ventoux » dans les rues de Chicago par l’initiative de Benjamin Pradère avec les maillots de l’AFU !

Les partenaires avaient répondu rapidement et favorablement et nous tenions à les remercier de leur engagement vers la communication grand public : Pierre Fabre Médicament, Bayer, Astellas, Janssen, Ferring et Besins Healtcare. Les associations de patients étaient aussi présentes avec l’ANAMACAP et CERHOM.

Notre association qui se veut se baser sur des preuves scientifiques, peut aisément rappeler que le sport et l’activité physique font partie de la prise en charge des patients atteints de cancer de la prostate : l’INCA avait publié dès 2017 un rapport sur les bénéfices de l’activité physique pendant et après le cancer, le niveau de preuves est suffisant pour que l’Activité Physique Adaptée à visée thérapeutique (APA)  fasse aujourd’hui partie des traitements non médicamenteux du cancer (réduction des effets indésirables des chimiothérapies, lutte contre la fatigue, prévention de la dépression, réduction du risque de récidive…). Il a été clairement démontré que la pratique d’une activité sportive à tous les stades du cancer de la prostate a un impact positif : ralentir l’évolution de la maladie et surtout améliorer la qualité de vie des patients en limitant les effets secondaires des traitements. Dans le cancer métastatique traité par hormonothérapie, qui peut s’accompagner d’un syndrome métabolique, une ostéoporose, une sarcopénie, un risque cardiovasculaire, une fatigue ou une dépression, il est établi que l’activité physique régulière aide à lutter contre chacun de ces risques. L’APA est donc recommandée. Pour les cancers localisés, il est rapporté dans une publication de 2011 qui a suivi une population de 3 000 patients que l’activité physique régulière diminue d’un tiers environ tant la mortalité globale que la mortalité spécifique (cette diminution étant corrélée avec la fréquence et l’intensité de l’activité). Plus récemment une étude portant sur une cinquantaine de patients en surveillance active pour un cancer localisé a observé que les patients soumis à 12 semaines d’activité physique assez intense (1 heure, 3 fois par semaine) voyaient leur valeur de PSA discrètement diminuer.

Sans vouloir être une course ou une compétition, le rendez-vous du Ventoux que nous souhaitons annuel a pour but de rassembler les acteurs du monde médical avec les patients, les passionnés du vélo et toute personne qui souhaite participer avec Bernard Hinault qui restera notre ambassadeur. L’objectif de la prochaine édition qui aura lieu le 7 septembre 2024 sera d’inscrire cet évènement dans l’agenda des sportifs, de continuer à accroitre le nombre de participants, de dépasser les frontières par la présence d’urologues étrangers, et d’élargir la communication vers les media.

Voir la vidéo du Ventoux 2

https://www.urofrance.org/wp-content/uploads/2023/06/AFU_After_Movie_3_Juin_2023_1920x1080_V2.1.mp4 Voir les photos du Ventoux 2 [post_title] => Ventoux 2 : Je roule contre le cancer de la prostate [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ventoux-2-je-roule-contre-le-cancer-de-la-prostate [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-06-22 15:31:50 [post_modified_gmt] => 2023-06-22 13:31:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=92450 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 91448 [post_author] => 3 [post_date] => 2023-01-13 09:30:11 [post_date_gmt] => 2023-01-13 08:30:11 [post_content] =>

Pour la prise en charge des prolapsus des organes pelviens, le pessaire est un bon outil à proposer systématiquement à nos patientes symptomatiques.

Il évolue régulièrement, avec pour certains, notamment les cubes, une autonomie dans sa gestion simple à acquérir après une courte éducation thérapeutique.

Solution d’attente avant la chirurgie, particulièrement pour des patientes jeunes actives ; ou solution pérenne sur le plus long terme, bien utilisé, il est en général plébiscité.

Une fiche pour les aider dans cette utilisation est maintenant disponible sur le site de l’HAS.
Elle peut être remise aux patientes à l’issu de l’éducation thérapeutique, ainsi qu’à leur médecin de famille, leur kinésithérapeute…

[post_title] => HAS : une nouvelle fiche information patiente sur le prolapsus [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => has-une-nouvelle-fiche-information-patiente-sur-le-prolapsus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-01-13 09:33:54 [post_modified_gmt] => 2023-01-13 08:33:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=91448 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 91342 [post_author] => 2 [post_date] => 2023-01-06 09:23:29 [post_date_gmt] => 2023-01-06 08:23:29 [post_content] =>

Chères et Chers confrères,

Les problématiques de tensions d’approvisionnement en BCG-Medac apparues le lundi 28 novembre ont été résolues grâce aux efforts conjoints du laboratoire MEDAC, de l'ANSM et de l'AFU. C'est à dire bien sûr des urologues et de leurs pharmaciens. La gestion de cette pénurie a été exemplaire puisqu’aucun patient n’a eu à subir un manque ou de retard de délivrance de BCG pour le traitement de son cancer de la vessie.

À partir de ce lundi 9 janvier 2023, nous pouvons à nouveau prescrire et instiller le BCG-Medac pour les patients qui doivent débuter un traitement d’induction ou d’entretien par BCG.

Pour les patients en cours de traitement d’induction par du SII-ONCO-BCG, le laboratoire tient à disposition de nos pharmacies un stock permettant de terminer la série de respectivement 6 instillations sans changer de souche de BCG, tel que cela a été préconisé par l’AFU auprès de l’ANSM.

Bien sincèrement,

Le Bureau de l’AFU, le CCAFU Vessie

[post_title] => BCG : Fin de la pénurie [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bcg-fin-de-la-penurie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2023-01-06 10:52:14 [post_modified_gmt] => 2023-01-06 09:52:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=91342 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 90396 [post_author] => 3 [post_date] => 2022-11-04 07:32:45 [post_date_gmt] => 2022-11-04 06:32:45 [post_content] =>

Le sport, ou plutôt l’activité physique a bien des vertus pour la prise en charge de nos patients atteints de cancer. Mais sur quelles bases scientifiques s’appuient-ont aujourd’hui pour expliquer par exemple le bénéfice sur la survie ?

Quelles sont les données concernant le cancer de la prostate alors que le bénéfice est bien établi pour d’autres cancers tels que le sein ou le colon ?

Doit-on encourager l’activité physique, quand et comment ?

Devons-nous la prescrire et à qui ? Est-elle prise en charge et remboursée ?

Nous avons réuni, lors d'un webinaire dédié à la thématique, des intervenants spécialistes du sujet, d’horizons différents qui ont apporté leur éclairage singulier sur ce sujet encore mal connu des urologues.

A découvrir en replay dès à présent.

[post_title] => Activité physique et Cancer [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => activite-physique-et-cancer [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-11-04 07:39:47 [post_modified_gmt] => 2022-11-04 06:39:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=90396 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 89977 [post_author] => 2 [post_date] => 2022-10-11 11:15:35 [post_date_gmt] => 2022-10-11 09:15:35 [post_content] =>

Prostate, sein, ovaire : ces cancers ont parfois une origine génétique. Dans le cancer de prostate par exemple, l’hérédité a un fort impact. Le dépistage et l’enquête génétique des patients à risques peuvent sauver des vies. Les urologues doivent-ils les proposer à leurs patients ?

 

Selon le Dr Guillaume Ploussard, responsable du sous-comité prostate du comité de cancérologie de l’AFU, la réponse est nuancée. « La découverte d’un cancer du sein, de l’ovaire ou de la prostate dans une famille ne donne pas systématiquement lieu à une étude génétique sur les membres de cette même famille. Des critères précis conditionnent la nécessité de déclencher une enquête pour déceler une éventuelle anomalie du gène BRCA ». Le gène BRCA 1 expose au risque de développer un cancer du sein et de la prostate. Le BRCA 2 est associé au cancer du sein et de l’ovaire chez la femme et au cancer de la prostate dans une forme très agressive chez l’homme. Le risque de développer un cancer de prostate est de 1,3 fois supérieur si le patient est BRCA 1 et de 2,6 fois supérieur s’il est BRCA 2.

Ce qui doit alerter

Chez la femme, la survenue d’un cancer du sein bilatéral avant 40 ans impose la recherche de mutation du gène BRCA. Chez l’homme, c’est un cancer de prostate apparu précocement, avant 50 ans et sous une forme d’emblée agressive avec métastases qui doit alerter. Outre l’âge de survenue du cancer, d’autres critères justifient l’enquête génétique comme la présence de cancers associés (pancréas, sein, prostate et ovaire) chez le patient lui-même ou chez des membres de sa famille auxquels il est apparenté de premier ou second degré. Lorsque les critères sont réunis, « les sénologues vont systématiquement proposer l’enquête génétique aux femmes pour un dépistage très précoce de cancer de l’ovaire ou du sein, mais plus rarement aux hommes », fait remarquer le Pr Pierre Mongiat-Artus, membre honoraire du Comité de Cancérologie de l’AFU et responsable du comité d’éthique et de déontologie. « La présence d’un cancer du sein ou de l’ovaire dans une famille doit donner lieu à une enquête génétique chez les hommes également, car un cancer de prostate peut être développé », ajoute le spécialiste.

Le rôle de l’urologue

Lorsque la recherche de mutation du gène BRCA chez une femme s’avère positive et que la femme est porteuse de l’un des deux gènes, il y a donc une indication à faire tester les hommes de la famille. « S’il y a eu des cancers du sein sans recherche de mutation et que l’histoire familiale est importante avec plusieurs cas de cancers dans l’arbre généalogique, une attention particulière devra se poser sur les hommes et une recherche de mutation sera conseillée. Car, le risque de développer un cancer est élevé », explique le Dr Ploussard. Concrètement, soit la mutation est prouvée dans la famille et l’on va étudier cette même mutation chez son patient, soit la forme héréditaire est plausible et justifie également la recherche d’une anomalie de l’un des deux gènes BRCA. À charge donc pour les urologues d’interroger systématiquement leurs patients sur l’histoire familiale. Si des cancers de prostate, ovaire, sein ou pancréas existent chez plusieurs apparentés du premier degré et a fortiori dans le cas de cancers de prostate précoces ou de cancers du sein bilatéraux et précoces, l’urologue déclenche une consultation d’oncogénétique. Réalisée par un onco-généticien, l’enquête oncogénétique comprend un examen avec recherche sur les lymphocytes sanguins. Il est à noter tout de même que 30 % des patients mutés n’ont pas d’antécédents familiaux et que certaines familles comptent parfois trop peu de membres pour qu’il puisse y avoir une histoire familiale. Une extrême vigilance s’impose donc aux spécialistes.

Des Recommandations récentes

Le gène BRCA 2 représente 3 à 5 % des cancers de prostate diagnostiqués, soit environ 2 500 patients par an. Au vu de ces chiffres, depuis deux ans, les Recommandations insistent sur l’importance de proposer aux patients une enquête génétique. Alors que l’on dénombre en France 50 000 nouveaux cas de cancer de prostate chaque année, il serait inenvisageable d’adresser l’ensemble des patients en consultation d’oncogénétique. Ce, d’autant que l’enquête peut s’avérer longue en raison du manque de spécialistes. Une récente étude de l’INCa fait état d’un minimum de 6 mois d’attente (pouvant aller jusqu’à 1 an dans certaines régions) pour obtenir un rendez-vous avec un onco-généticien, auxquels il faut ajouter 6 mois supplémentaires nécessaires à la récupération du résultat de la prise de sang. Si les urologues sont habilités à prescrire le test génétique à la condition de fournir une information pertinente à leurs patients, ils respectent globalement la filière des onco-généticiens.

L’accompagnement du patient

Lorsqu’une mutation du gène BRCA est mise en exergue, l’onco-généticien propose au patient de contacter les membres de la famille et de tester aussi bien les hommes que les femmes.
Quant au patient porteur d’une mutation du gène BRCA et en particulier s’il est BRCA 2, il est réadressé à son urologue qui met en place un programme de dépistage annuel dès 40 ans avec dosage de PSA, toucher rectal et souvent IRM prostatique. « Concernant les IRM, leur fréquence n’est pas encore clairement déterminée en France alors que le PSA s’avère parfois trompeur », remarque le Dr Ploussard. « Dans les pays scandinaves, les dépistages systématiques avec IRM annuelles sont déjà instaurés pour les hommes avec mutations ». Lorsque la maladie survient chez les patients BRCA 2, même si elle n’apparait pas comme étant très agressive au moment du diagnostic, la surveillance active peut être déconseillée. « Ce sont souvent des patients que l’on traite précocement car on connaît le risque d’agressivité de la maladie. Ils peuvent maintenant bénéficier à un stade avancé de traitements ciblés avec des molécules adaptées et très efficaces ». Un argument en faveur de l’enquête génétique qui va permettre au patient d’être traité rapidement sur la base d’une thérapeutique spécifique.

 

Vanessa Avrillon
11-10-2022

Crédit photo : AdobeStock_390566015
[post_title] => Octobre Rose : dépister les hommes aussi ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => octobre-rose-depister-les-hommes-aussi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-11-26 14:01:23 [post_modified_gmt] => 2022-11-26 13:01:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=89977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 86972 [post_author] => 6350 [post_date] => 2022-02-15 09:24:12 [post_date_gmt] => 2022-02-15 08:24:12 [post_content] =>

À compter du mardi 15 février, il n'est plus nécessaire de documenter le score CCAFU lors de votre prescription de BCG.

L'ANSM annonce en effet la remise à disposition du BCG MEDAC en poudre et solvant pour suspension pour administration intra-vésicale.

En savoir plus

 

[post_title] => BCG : la fin du contingentement nominatif [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bcg-la-fin-du-contingentement-nominatif [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2022-02-15 09:38:19 [post_modified_gmt] => 2022-02-15 08:38:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=86972 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 13 [current_post] => -1 [before_loop] => 1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 98455 [post_author] => 2 [post_date] => 2024-02-19 09:29:19 [post_date_gmt] => 2024-02-19 08:29:19 [post_content] =>

La Journée Thématique URODPC Infection urinaire est un perfectionnement des connaissances par formation cognitive présentielle sur une journée axée sur la pratique quotidienne, le rappel des recommandations, l’appropriation de nouvelles stratégies thérapeutiques en antibiothérapie, les conseils d’experts.

En savoir plus

[post_title] => Journée thématique infection urinaire 2024 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journee-thematique-infection-urinaire-2024 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2024-02-19 09:47:56 [post_modified_gmt] => 2024-02-19 08:47:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.urofrance.org/?p=98455 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 167 [max_num_pages] => 13 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 114267ba517e7780f86a86a08051cb76 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [allow_query_attachment_by_filename:protected] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )
  • Journée thématique infection urinaire 2024

    19 février 2024 - Articles d'actualité

    La Journée Thématique URODPC Infection urinaire est un perfectionnement des connaissances par formation cognitive présentielle sur une journée axée sur la pratique quotidienne, le rappel des recommandations, l’appropriation de nouvelles stratégies thérapeutiques en antibiothérapie, les conseils d’experts. En savoir plus

    En savoir plus
  • Installation en libéral : les étapes de la réussite

    1 février 2024 - Articles d'actualité

    Le succès d’une installation en libéral est étroitement lié au respect des différentes étapes administratives nécessaires à l’ouverture d’un cabinet. Réussir son installation contribue à garantir sur le long terme, une qualité de vie professionnelle et personnelle. Attention aux erreurs à ne pas commettre, susceptibles de mettre en péril le bon déroulé d’une carrière.   […]

    En savoir plus
  • Tensions d’approvisionnements pistolets à biopsie

    30 novembre 2023 - Articles d'actualité

    Chers Confrères, Une situation de fortes tensions d’approvisionnements voire de ruptures est observée depuis décembre 2022 pour les pistolets à biopsie utilisés pour des biopsies de tissus mous et notamment dans le diagnostic des cancers de la prostate. Les points d’information de l’ANSM à ce sujet sont disponibles à l’adresse suivante : https://ansm.sante.fr/disponibilites-des-produits-de-sante/dispositifs-medicaux/pistolet-pour-microbiopsie-bd- maxcore-becton-dickinson https://ansm.sante.fr/disponibilites-des-produits-de-sante/dispositifs-medicaux/pistolet-a-biopsie-ester-18- […]

    En savoir plus
  • Cystite récidivante : du dépistage à la prise en charge optimale

    2 novembre 2023 - Articles d'actualité

    La définition de la cystite récidivante varie selon les sociétés savantes. Cependant, dès lors qu’une patiente présente des épisodes infectieux à répétition, sur la base de trois à quatre par an, il est possible de parler de cystite récidivante. Le mécanisme à l’origine de l’épisode infectieux sera recherché et traité. La prise en charge s’articule […]

    En savoir plus
  • Journée patients

    25 octobre 2023 - Articles d'actualité

    L’AFU organise pour la première année, une journée portes ouvertes dédiée à tous les patients, hommes et femmes et à leurs accompagnants. Une occasion privilégiée de rencontrer les associations de patients et des médecins experts dans toutes les aires thérapeutiques de l’urologie. Parlez-en à vos patients ! Découvrez le programme : Télécharger le programme   […]

    En savoir plus
  • Novembre : Lancement du mois de la santé masculine

    25 octobre 2023 - Articles d'actualité

    L’objectif : sensibiliser le plus grand nombre et lutter contre les tabous qui trop souvent encore poussent les hommes à ne pas s’occuper de leur santé, surtout urologique.

    En savoir plus
  • Octobre Rose : Les hommes aussi sont concernés

    4 octobre 2023 - Articles d'actualité

    L’AFU soutien Octobre Rose pour promouvoir le diagnostic des cancers précoces. Cancers du sein et de la prostate peuvent être provoqués par les mêmes gênes héréditaires. Un dépistage pourrait vous être proposé, parlez-en.

    En savoir plus
  • Ventoux 2 : Je roule contre le cancer de la prostate

    27 février 2023 - Articles d'actualité

    Rendez-vous samedi 3 juin 2023   Cher(e)s Collègues, Le Ventoux 2 est lancé ! Cette année encore, l’AFU s’engage pour sensibiliser le grand public à la santé de l’homme par le sport et à lutter contre le cancer de la prostate. Le samedi 3 juin 2023, avec un groupe plus important que l’année dernière, 500 […]

    En savoir plus
  • HAS : une nouvelle fiche information patiente sur le prolapsus

    13 janvier 2023 - Articles d'actualité

    Pour la prise en charge des prolapsus des organes pelviens, le pessaire est un bon outil à proposer systématiquement à nos patientes symptomatiques. Il évolue régulièrement, avec pour certains, notamment les cubes, une autonomie dans sa gestion simple à acquérir après une courte éducation thérapeutique. Solution d’attente avant la chirurgie, particulièrement pour des patientes jeunes […]

    En savoir plus
  • BCG : Fin de la pénurie

    6 janvier 2023 - Articles d'actualité

    Chères et Chers confrères, Les problématiques de tensions d’approvisionnement en BCG-Medac apparues le lundi 28 novembre ont été résolues grâce aux efforts conjoints du laboratoire MEDAC, de l’ANSM et de l’AFU. C’est à dire bien sûr des urologues et de leurs pharmaciens. La gestion de cette pénurie a été exemplaire puisqu’aucun patient n’a eu à […]

    En savoir plus
  • Activité physique et Cancer

    4 novembre 2022 - Articles d'actualité

    Le sport, ou plutôt l’activité physique a bien des vertus pour la prise en charge de nos patients atteints de cancer. Mais sur quelles bases scientifiques s’appuient-ont aujourd’hui pour expliquer par exemple le bénéfice sur la survie ? Quelles sont les données concernant le cancer de la prostate alors que le bénéfice est bien établi […]

    En savoir plus
  • Octobre Rose : dépister les hommes aussi ?

    11 octobre 2022 - Articles d'actualité

    Prostate, sein, ovaire : ces cancers ont parfois une origine génétique. Dans le cancer de prostate par exemple, l’hérédité a un fort impact. Le dépistage et l’enquête génétique des patients à risques peuvent sauver des vies. Les urologues doivent-ils les proposer à leurs patients ?   Selon le Dr Guillaume Ploussard, responsable du sous-comité prostate […]

    En savoir plus
  • BCG : la fin du contingentement nominatif

    15 février 2022 - Articles d'actualité

    À compter du mardi 15 février, il n’est plus nécessaire de documenter le score CCAFU lors de votre prescription de BCG. L’ANSM annonce en effet la remise à disposition du BCG MEDAC en poudre et solvant pour suspension pour administration intra-vésicale. En savoir plus  

    En savoir plus

Contenu protégé