Syndicat National des Chirurgiens Urologues Français

Présentation du S.N.C.U.F.

Le Syndicat National des Chirurgiens Urologues Français a pour buts :

  • de représenter la spécialité dans tous les rapports qu'elle est amenée à entretenir avec les autorités ou organisations publiques ou privées.
  • d'assurer la defense des intérêts professionnels, moraux et matériel de ses membres.
  • de créér et de maintenir entre ses membres le respect de la dignité professionnelle et de l'étroite solidarité qu'elle leur impose avec les confrères exerçant dans d'autres disciplines et avec les collectivités diverses.
  • d'étudier, de proposer et d'appliquer en collaboration avec les pouvoirs publics ou autorités compétentes les mesures générales de médecine, d'assistance et de protection de la santé publique pouvant se rapporter à l'exercice de l'urologie.
  • de contribuer à la promotion professionnelle et sociale des urologues.
  • de faire connaître son opinion aux instances professionnelles, aux commissions administratives intéressant la discipline, aux instances de la CEE par les organismes professionnels qui seront entendus.

Siège social

  • Maison de l’Urologie - SNCUF
    11 rue Viète - 75017 PARIS
    Tél. : +33 1 45 48 06 09 - Fax. : +33 1 45 48 12 92
    E-Mail : sncuf@urofrance.org

Structure

Le nombre des membres du S.N.C.U.F. est de 400 environ, tous chirurgiens urologues, ce qui représente un taux de syndicalisme de l'ordre de 40%, le plus élevé de tous les syndicats médicaux.

Le Syndicat est constitué de 3 sections qui votent dans des collèges séparés lors des élections de renouvellement du Conseil d'Administration qui a lieu tous les 3 ans. Il s'agit des sections des urologues libéraux, des urologues hospitaliers et desurologues hospitalo-universitaires.

Conseil d’Administration

  • Collège des PUPH : Cyrille BASTIDE (Marseille), Aurélien DESCAZEAUD (Limoges), Pierre MONGIAT ARTUS (Paris, Vice-président)

  • Collège des PH : Paul MERIA (Secrétaire général adjoint, Paris), Gilles PASTICIER (Bordeaux), Sebastien VINCENDEAU

  • Collège des libéraux : Nathalie BERROGAIN (Toulouse),  Marc GERAUD (Trésorier, Compiègne), Christophe GHIBAUDO (Trésorier adjoint, Cannes), Didier LEGEAIS (Président, Grenoble), Pascal METOIS (Le Puy en Velay), Frédéric VAVDIN (Secrétaire général, Carcassonne)

Historique

Le Syndicat National des Chirurgiens Urologues Français a été fondé à Paris le 10 octobre 1913 à l'hôtel des sociétés savantes par les Dr MORAN, Auguste VERRIERE et Marcel GALLOIS qui sera son secrétaire général pendant 35 ans. Son organe officiel était la Revue pratique des maladies des organes génito-urinaires.

Sabordé en 1940, recréé en 1945, en concurrence avec un 2ème syndicat ; il a fallu tout l’esprit œcuménique des Pr. G. MARION et P. MAQUET, pour que, en 1947, naisse enfin un syndicat unique : le Syndicat Général des Urologistes Français devenu plus tard en 1982 le Syndicat National des Urologistes Français. A sa présidence se sont succédés les noms de P. MAQUET, G. WOLFROMM, E. CHAUVIN, BONNET, P. DELINOTTE, Pierre VERRIERES et J. CAISSEL et au secrétariat général H. DURAND, POUYAUD, M. BITTARD et C. CHATELAIN.

En 1989, une réforme des statuts aboutit à la fusion de ce syndicat représentant essentiellement les urologues libéraux et de celui des urologues hospitalo-universitaires ; cette fusion a eu lieu grâce à l'action de son secrétaire général le Professeur C. CHATELAIN et du Président du Syndicat des Hospitalo-Universitaires le Professeur D. GRASSET. Le syndicat devint, sous la direction de C. CHATELAIN (président) et de B. COMPAGNON (secrétaire général), le Syndicat National des Chirurgiens Urologues Français, terme choisi pour insister sur le fait que les urologues étaient des chirurgiens, même s'ils avaient une activité médicale et endoscopique.

Avec de nouveaux statuts, de 1994 à 2000, D. LAMBERT (président) et F. RICHARD (secrétaire général) ont entrepris de favoriser la réforme de la NGAP en étant, avec la chirurgie vasculaire, l’une des spécialités test pour la création de la CCAM, par ailleurs le S.N.C.U.F. participa à la création du Syndicat Unifié des Chirurgiens Français qui devint ensuite, après sa fusion avec le Collège des Chirurgiens Français, l'Union des Chirurgiens Français, l’une des composantes du BLOC qui représente plus de 60% des utilisateurs des plateaux techniques aux dernières élections professionnelles représentatives.