Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 15- Volume 31- pp. 943-1054 (Novembre 2021)

    Numéro 15- Volume 31- pp. 943-1054 (Novembre 2021)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Le chirurgien urologue face à une tuerie de masse

      Résumé
      Introduction

      Suite aux attentats de Paris en 2015, le système hospitalier français a dû s’organiser en cas d’afflux de blessés graves notamment hémorragiques. L’expérience récente prouve que le premier flux des blessés est spontanément orienté vers la structure la plus proche des événements, qu’elle soit adaptée ou non. Tout chirurgien peut être confronté à une telle crise quelle que soit sa structure d’exercice car les attentats terroristes sont imprévisibles. L’urologue doit anticiper les responsabilités qu’il pourrait être contraint d’endosser dans une telle situation.

      Matériel et méthode

      Une revue systématique de la littérature à partir de Pub Med, Embase et Google Scholar a été menée entre 2000 et juin 2021.

      Résultats

      Outre un rôle de coordinateur, réservé aux plus expérimentés, son expertise chirurgicale viscérale permettrait à un urologue d’appliquer le damage control (DC) à toutes ses étapes. Cet article décrit les principes du DC, notamment la laparotomie de sauvetage dite « écourtée » incluant la stratégie concernant les lésions génito-urinaires.

      Discussion

      Quel que soit son rôle (trieur, organisateur, technicien) dans la gestion d’un afflux massif de blessés hémorragiques, un urologue doit connaître les principes du DC. La laparotomie écourtée (première étape du DC) impose au chirurgien urologue de ne jamais chercher à effectuer un geste de reconstruction primaire mais de privilégier la rapidité et l’efficacité (tant sur le versant hémostatique qu’urostatique) pour conduire le blessé stabilisé au plus vite en réanimation (étape 2). Une chirurgie de reprise dite de reconstruction définitive (étape 3) sera de toute façon indispensable à l’issue.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Le chirurgien urologue face à une tuerie de masse

      Summary
      Introduction

      Following the Paris attacks in 2015, the French hospital system has had to organize itself in mass casualties of serious injuries, especially hemorrhagic shock. Recent experience shows that the first flow of casualties is spontaneously directed to the structure closest to the events, whether it is suitable or not. Any surgeon can face such a crisis regardless of their practice structure, because terrorist attacks are unpredictable. The urologist must anticipate the responsibilities that they might be forced to shoulder in such a situation.

      Material and method

      A systematic literature review based on PubMed, Embase and Google Scholar was conducted between January 2000 and June 2021.

      Results

      In addition to a coordinator role, reserved for the most experienced, his visceral surgical expertise would allow a urologist to apply damage control (DC) at each stage. We describe here the principles of DC, in particular the DC laparotomy including its strategy concerning genitourinary lesions.

      Discussion

      Whatever his role (sorter, organizer, technician) in the management of a mass casualties of hemorrhagic injuries, an urologist has to know the principles of DC. A damage control laparotomy (stage 1 of DC) requires the urologist surgeon to never seek to perform a primary reconstruction procedure but to favor speed and efficiency (both on the hemostatic and urostatic side) to lead the injured patient stabilized to faster in intensive care unit (stage 2). Revision surgery called “definitive surgical management” (stage 3) will be performed anyway at the end of this period.

    • Les urgences infectieuses en urologie

      Prog Urol, 2021, 15, 31, 978-986

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les urgences rares en urologie

      Prog Urol, 2021, 15, 31, 987-1000

      Voir l'abstract Summary

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les urgences rares en urologie

      Résumé
      Introduction

      L’objectif de cet article était de citer des urgences rares mais parfois graves, pouvant être rencontrées par tout urologue au cours de son exercice, et d’en exposer les grands principes de prise en charge.

      Matériel et méthode

      Une revue systématique de la littérature à partir de PubMed, Embase et Google Scholar a été menée, entre janvier 2000 et juin 2021. Les articles obtenus ont été sélectionnés en fonction de leur ancienneté et leur type. Les articles originaux, les méta-analyses, les recommandations et les articles de revues les plus récents publiés en français et en anglais ont été conservés. Au total, 312 articles ont été recensés et 58 sélectionnés à partir de leurs résumés. Les articles ont été ensuite analysés exhaustivement par les auteurs, et 24 références ont finalement été retenues.

      Résultats

      Plusieurs urgences rares de nature infectieuse (pyélonéphrite xanthogranulomateuse, cystite et pyélonéphrite emphysémateuse, malacoplasie, hydatidurie), ischémique (gangrène de Fournier, calciphylaxie pénienne), hémorragiques (hémospermie, hémorragies du haut appareil urinaire, Wunderlich Syndrome, hématomes surrénaliens spontanés) ou à l’origine de manifestations douloureuses (colique spermatique, thromboses veineuses du pénis) peuvent poser des difficultés diagnostiques et thérapeutique, en l’absence de consensus concernant leur prise en charge.

      Conclusion

      Ces pathologies, rares mais parfois graves, doivent être reconnues afin de ne pas retarder la prise en charge et de diminuer leur morbi-mortalité. Conjuguée à l’amélioration constante de notre arsenal diagnostique et thérapeutique, une meilleure connaissance de ces urgences rares contribuera à préserver le pronostic fonctionnel et vital des patients.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les urgences rares en urologie

      Summary
      Introduction

      The aim of this article was to cite rare but sometimes serious emergencies that may be encountered by any urologist during their practice, and to outline the main principles of their management.

      Material and method

      A systematic review of the literature using PubMed, Embase and Google Scholar was carried out between January 2000 and June 2021. The articles obtained were selected according to their age and type. The original articles, meta-analyses, recommendations and the most recent journal articles published in French and English have been retained. A total of 312 articles were identified and 58 selected from their abstracts. The articles were then analysed exhaustively by the authors, and 24 references were finally selected.

      Results

      Several rare emergencies of an infectious nature (xanthogranulomatous pyelonephritis, emphysematous cystitis and pyelonephritis, malacoplasia, hydatiduria), ischemic nature (Fournier's gangrene, penile calciphylaxis), or hemorrhagic nature (hemospermia, hemorrhages of the upper urinary tract or adrenal gland spontaneous hematoma), or at the origin of painful manifestations (spermatic colic, venous thrombosis of the penis), can pose diagnostic and therapeutic difficulties, in the absence of consensus concerning their management.

      Conclusion

      These pathologies, rare but sometimes serious, must be recognized in order to not delay the treatment and to be able to reduce their morbidity and mortality. Combined with the constant improvement of our diagnostic and therapeutic arsenal, a better knowledge of these rare emergencies will help to preserve the functional and vital prognosis of patients.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Traumatismes du parenchyme rénal et recommandations générales de traumatologie

      Résumé
      Introduction

      Parmi les urgences traumatologiques, les atteintes rénales sont peu fréquentes. L’urologue est fréquemment en 2e ligne dans la prise en charge de patients fréquemment polytraumatisés. Une connaissance des prises en charge est nécessaire pour pouvoir intégrer les équipes dans une démarche à la fois vitale dans le cadre du damage control et un souci de conservation parenchymateuse.

      Méthodes

      Une revue systématique de la littérature a été effectuée en utilisant la base Medline afin de dégager les articles les plus pertinents en langue anglaise et française.

      Résultats

      Les traumatismes du rein surviennent soit par un choc direct, soit par un mécanisme de décélération. Ils sont classés par gravité selon la classification de l’AAST. La prise en charge est conservatrice sur l’unité rénale en évitant une chirurgie et en contrôlant le saignement par embolisation artérielle. La surveillance vérifie l’absence de complications pour les traumatismes de haut grade. À part, la dissection traumatique de l’artère rénale, de mauvais pronostic fonctionnel nécessitant un délai de prise en charge en dessous de 4h.

      Conclusion

      Le pronostic d’un traumatisme du rein, tout grade confondu, est actuellement bon sous réserve d’avoir un accès à un plateau technique permettant une réanimation efficace et une embolisation en cas de saignement.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Traumatismes du parenchyme rénal et recommandations générales de traumatologie

      Summary
      Introduction

      Among trauma emergencies, kidney damage is uncommon. The urologist is frequently on the second line in the management of patients with multiple traumatic lesions. Knowledge of treatment is necessary to be able to integrate the different teams involved in an approach that is both vital in the context of damage control and functional with a concern for parenchymal preservation.

      Methods

      A systematic review of the literature was carried out using the Medline database in order to identify the most relevant articles in English and French.

      Results

      Kidney trauma occurs either by direct shock or by a deceleration mechanism. They are classified by severity according to the AAST classification. Management is mostly conservative by avoiding surgery and controlling bleeding by arterial embolization. Surveillance checks for complications occurrence in high-grade trauma. Traumatic dissection of the renal artery, with a poor functional prognosis requires a short delay before treatment.

      Conclusion

      The prognosis for trauma to the kidney, regardless of the grade, is currently good, with improvements of effective resuscitation and embolization in the event of bleeding.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Prise en charge des complications des traumatismes du haut appareil urinaire (rein et uretère)

      Résumé
      Introduction

      Les complications émaillant un traumatisme du rein et de l’uretère sont directement dans le domaine de l’urologue. Si celles-ci viennent au second plan dans le pronostic vital, une bonne connaissance de ces pathologies est essentielle.

      Méthodes

      Une revue systématique de la littérature a été effectuée en utilisant la base Medline afin de dégager les articles les plus pertinents en langue anglaise et française.

      Résultats

      L’extravasation urinaire dans le cadre des traumatismes fermés du rein a un bon pronostic fonctionnel. L’altération de la fonction du rein traumatisé est liée aux lésions vasculaires associées au grade IV. La surveillance est le traitement de choix avec une prise en charge différée en cas de dégradation septique ou douloureuse. Les lésions de l’uretère sont majoritairement iatrogènes. Si les lésions incomplètes peuvent être traitées par endoscopie, les lésions complètes (sténose ou plaie) requièrent une intervention chirurgicale. Les lésions de l’uretère distal, les plus fréquentes sont facilement traitées par réimplantation urétéro-vésicale. Les larges pertes de substance peuvent nécessiter un remplacement iléal.

      Conclusion

      Les traumatismes fermés du rein occasionnant une extravasation urinaire, d’excellent pronostic sont traités de manière conservatrice. À l’inverse, les lésions de l’uretère nécessitent dans la majorité des cas une intervention de remise en continuité.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Prise en charge des complications des traumatismes du haut appareil urinaire (rein et uretère)

      Summary
      Introduction

      Complications of kidney and ureter trauma are directly in the field of the urologist. If they have a second place in the vital prognosis, a good knowledge of these pathologies is essential.

      Methods

      A systematic review of the literature was carried out using the Medline database in order to identify the most relevant articles in English and French.

      Results

      Urinary extravasation in the context of blunt kidney trauma has a good functional prognosis. Impaired function of the traumatized kidney is linked to vascular damage associated with grade IV and V. Non operative management is the treatment of choice with deferred management in the event of septic or painful deterioration. The lesions of the ureter are predominantly iatrogenic. While incomplete lesions can be treated endoscopically, complete lesions (stenosis or wound) require surgery. The most frequent lesions, in the distal ureter are easily treated by ureterovesical reimplantation. Large losses of substance may require ileal replacement.

      Conclusion

      Blunt kidney trauma causing urinary extravasation, with an excellent prognosis, are treated conservatively. Conversely, lesions of the ureter require in the majority of cases an intervention to restore continuity.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Urgences non infectieuses du bas appareil urinaire et des organes génitaux

      Résumé
      Introduction

      L’objectif de cette revue était de rapporter les données les plus pertinentes sur la prise en charge contemporaine des principales urgences non infectieuses du bas appareil urinaire et des organes génitaux externes (OGE).

      Méthodes

      Une synthèse narrative des articles (français, anglais) disponibles sur la base Pubmed a été réalisée en juin 2021. Une requête auprès du réseau de Surveillance sanitaire des urgences et des décès (SurSaUD®, Santé Publique France) a mis en évidence des données originales sur l’épidémiologie des urgences non infectieuses du bas appareil urinaire et des OGE.

      Résultats

      Les urgences non infectieuses du bas appareil et des organes génitaux externes (OGE) représentent un large panel de situations traumatiques et non traumatiques. Elles sont l’un des motifs urologiques de consultation aux urgences en urologie les plus fréquents après les urgences infectieuses (1er) et les urgences du haut appareil urinaire (2e). L’hématurie macroscopique en particulier, est le 3e motif de consultation urologique pour les hommes. Globalement les traumatismes du bassin et des OGE concernent plus souvent les hommes. Ces urgences mettent rarement en jeu le pronostic vital, et dans le cadre des polytraumatismes les lésions associées graves les relèguent souvent au second plan, ce qui peut retarder et altérer la qualité de leur prise en charge.

      Conclusions

      Dans cet article nous rapportons l’épidémiologie et les principes de prises en charge des urgences non infectieuses du bas appareil urinaire et des OGE.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Urgences non infectieuses du bas appareil urinaire et des organes génitaux

      Summary
      Introduction

      The objective of this narrative review was to report the most relevant data on the contemporary management of the main non-infectious emergencies of the lower urinary tract and genital organs.

      Methods

      A narrative synthesis of the articles (French, English) available on the Pubmed database was carried out in June 2021. A request to the health surveillance network for emergencies and deaths (SurSaUD®, Santé Publique France) revealed original data on the epidemiology of non-infectious lower urinary tract and genital organs emergencies.

      Results

      Non-infectious emergencies of the low urinary tract and genital organs represent a large panel of traumatic and non-traumatic situations, which constitute the 3rd reasons in urology for a consultation at the emergency department after, infectious disease (1st) and non-traumatic/non-infectious emergencies of the upper urinary tract (2nd). Hematuria is the 3rd urological reason for men for a consultation at the emergency department. Globally, pelvic trauma and genital traumatism mainly concern men. These emergencies rarely affect the prognosis but can be integrated into more complete situations which are likely to impact their treatment, particularly in multiple traumas.

      Conclusions

      In this article we report the epidemiology and the principles of management of non-infectious emergencies of the lower urinary tract and genital organs.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Épidémiologie des urgences urologiques en France

      Prog Urol, 2021, 15, 31, 945-955

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner

    Continuer votre lecture