Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 11- Volume 31- pp. 627-682 (Septembre 2021)

    Numéro 11- Volume 31- pp. 627-682 (Septembre 2021)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Utilisation du LASER vaginal pour le traitement des pathologies génito-urinaires : revue systématique de la littérature et position du CUROPF

      Résumé
      Introduction

      Le traitement par LASER vaginal est une option thérapeutique d’utilisation croissante en urogynécologie, mais son intérêt reste débattu. L’objectif de cette revue était d’établir les données de la littérature et d’en produire une analyse critique.

      Méthodes

      Une revue systématique de la littérature a été conduite jusque mars 2020 en utilisant les bases de données PubMed, Medline, Cochrane et Embase, pour identifier les études ayant utilisé le LASER dans le domaine de l’urogynécologie.

      Résultats

      Quarante études ont été inclues dans l’analyse (8 concernant le syndrome génito-urinaire de la ménopause (SGUM), 19 pour l’incontinence urinaire à l’effort (IUE), 3 pour l’hyperactivité vésicale (HAV), 7 pour le prolapsus génital (POP), 3 pour d’autres indications). Les données étaient hétérogènes, de niveau de preuve faible à très faible. Une minorité était comparative, et seules trois étaient randomisées. Les données étaient en faveur d’une efficacité modeste du LASER dans le traitement du SGUM, de l’incontinence, de l’HAV et du prolapsus à court terme sur les symptômes, la satisfaction et la qualité de vie. Peu d’effets secondaires ont été rapportés. Cependant, des risques de biais méthodologiques majeurs ont été notés concernant l’évaluation de l’efficacité et de la sécurité. Aucune étude n’était disponible à long terme.

      Conclusions

      Bien que le LASER semble montrer des résultats encourageants, le niveau de preuve de son efficacité et de sa sécurité d’emploi (notamment à long terme) était faible. Des études de meilleure qualité apparaissaient donc nécessaires, avant une hypothétique recommandation de son utilisation hors du champ de la recherche clinique.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Utilisation du LASER vaginal pour le traitement des pathologies génito-urinaires : revue systématique de la littérature et position du CUROPF

      Summary
      Introduction

      Vaginal LASER therapy is increasingly used in the field of urogynecology, but several points remain unclear. Our goal was to produce a systematic review of available evidence and provide a critical appraisal of available data.

      Methods

      A systematic review until march 2020 was conducted using PubMed/MEDLINE, Cochrane and Embase databases. All studies about vaginal LASER use in the field of urogynecology were included.

      Results

      Forty studies have been included (8 for genitourinary syndrome of menopause, 19 for stress urinary incontinence, 3 for overactive bladder, 7 for urogenital prolapse, 3 for other indications). Data were heterogeneous, and level of evidence was weak or very weak. Few studies were comparative, and only 3 were randomized). Mild improvement of symptoms and quality of life and limited satisfaction were seen for genitourinary syndrome, stress urinary incontinence, overactive bladder and prolapse. Few adverse events were reported. However, major methodological biases were noted regarding efficacy and safety evaluation. No long-term results were available.

      Conclusions

      While Vaginal LASER therapy seem to provide encouraging results, the level of evidence supporting its use was weak, especially regarding long-term outcomes. Studies of better quality are warranted before any recommendation can be made. Current use should be limited to clinical research.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Les réflexes urétraux : revue de la littérature

      Résumé
      Introduction

      Le complexe urètro-sphinctérien intervient non seulement dans le maintien de la continence urinaire notamment à l’effort, mais aussi dans le déroulement harmonieux de la miction. L’urètre n’est en effet pas un simple canal d’évacuation passif des urines depuis la vessie jusqu’au méat urétral puisque ses capacités résistives et ses possibilités de modulation du réflexe mictionnel dépendent de son rôle réflexe soit en tant qu’afférent sensoriel, soit comme effecteur neuro-musculaire. Il participe également à de nombreux réflexes génito-sexuels et ano-rectaux.

      Matériel et méthode

      Cette revue de la littérature décrit les différents réflexes de l’urètre en tant qu’afférent sensoriel ou effecteur neuro-musculaire. L’ensemble des articles référencés dans cette revue a été obtenu à partir des articles indexés sur Pubmed, en utilisant les mots clés : « urethral reflexes », « bladder reflex », « urination reflex », « intravaginal, vaginal » « anorectal, sphincter » « storage and voiding » « urethral reflexes, « sneezing, cough reflexe ». D’autres articles ont été choisis à travers des références des articles issus de la première recherche. Seuls les articles en anglais et français ont été sélectionnés. Les articles concernaient des expérimentations animales et humaines.

      Résultats

      Huit cent soixante-quatre articles référencés ont été retrouvés et 75 inclus, décrivant les différents réflexes médiés par l’urètre que ce dernier se comporte comme afférent sensoriel ou effecteur mécanique. Nous avons différencié les données connues chez l’homme et chez l’animal.

      Conclusion

      L’urètre est une structure anatomique complexe permettant, via de nombreux mécanismes réflexes, d’assurer une continence urinaire. Il se comporte alors comme effecteur en permettant une modulation des résistances urètro-sphinctériennes en fonction de l’intensité des efforts ou du degré de réplétion vésicale. Pendant la miction, la coordination entre la vessie et l’urètre est médiée par des voies réflexes organisées au niveau cérébral, médullaire et lombo-sacrée. Le contrôle de la miction elle-même est assuré en partie par la ré-afférentation sensitive à point de départ urétral. Nombre de ces réflexes sont imparfaitement décrits. Enfin, l’urètre peut intervenir dans des boucles réflexes de la continence anale et de certaines fonctions génito- sexuelles.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Les réflexes urétraux : revue de la littérature

      Summary
      Introduction

      The urethrosphincter complex is involved not only in maintaining urinary continence, particularly during effort, but also for the achievement of a complete and effective micturition. Indeed, the urethra is not a simple passive channel for the evacuation of urine from the bladder to the urethral meatus, since its resistive capacities and its possibilities of modulation of the micturition reflex depend on its reflex role either as a sensory afferent or as a neuro-muscular effector. It also participates in many genito-sexual and ano-rectal réflexes.

      Material and method

      This review of the literature describes the various reflexes of the urethra as a sensory stimulus or a neuromuscular effector. All articles referenced in this review were obtained from articles indexed on Pubmed-Medline, using the keywords: “urethral reflexes; “reflex bladder”; “urination reflex”; “intravaginal; vaginal”; “anorectal; sphincter”; “Storage and voiding”; “reflexes sneezing”; “cough reflex”. Other articles were selected through references of the articles issued from the first research. Only articles in English and French have been selected. The articles concerned animal and human experiments.

      Results

      Eight hundred and sixty-four referenced articles were founded and a total of 75 articles were included, describing the various reflexes mediated by the urethra acting as a sensory afferent or mechanical effector. We differentiated the known data in humans and animals.

      Conclusion

      The urethra is a complex anatomical structure ensuring, through numerous reflex mechanisms, urinary continence. Urethral resistances are modulated during efforts and depends on the bladder capacity and the intensity of the efforts. During micturition, the coordination between the bladder and the urethra is mediated by reflex pathways organized at the cerebral, spinal and lumbosacral levels. The modulation of the micturition in term of efficacy and velocity, is due in part, to the re-afferentation of the spinal reflex by continuous stimulus of the urethral canal. Many of these reflexes are imperfectly described. Finally, the urethra is implicated in reflex loops of anal continence and sexual functions.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Validation d’un nouvel auto-questionnaire d’évaluation de la sexualité chez les patientes opérées d’une incontinence urinaire ou d’un prolapsus génital ( Pelvi-Perineal Surgery Sexuality Questionnaire  – PPSSQ)

      Résumé
      Introduction

      L’objectif principal de cette étude était de valider un nouveau questionnaire évaluant la santé sexuelle, dans une population de femmes sexuellement actives ou non, opérées d’une incontinence urinaire d’effort ou d’un prolapsus génital avec ou sans renfort prothétique.

      Matériel et méthodes

      Après le développement d’une première version du questionnaire par des membres issus des principales sociétés savantes françaises impliquées dans l’étude de la sexualité de la femme, une validation linguistique du contenu du questionnaire a été réalisée par des entretiens structurés semi-directifs. Ensuite, une validation psychométrique a été effectuée dans une étude de cohorte prospective multicentrique. Le questionnaire a été évalué en termes d’acceptabilité, de qualité, de dimensionnalité, de cohérence interne, de stabilité temporelle, de sensibilité aux changements et de validité de construction.

      Résultats

      La validation linguistique a été menée chez 25 patientes, la validation psychométrique chez 297 femmes (dont 291 avec données disponibles) qui ont été opérées d’une incontinence urinaire par bandelette sous-urétrale (n =79) ou d’une cure de prolapsus génital par voie vaginale avec prothèse (n =105), par voie vaginale sans prothèse (n =22) ou par cœlioscopie (n =85) entre le 18/01/2013 et le 18/01/2016. Parmi les 288/291 femmes qui ont complété la question no 1 permettant de connaître leur « statut » sexuel avant la chirurgie, 159 (55 %) femmes étaient sexuellement actives (SA) et 129 (45 %) femmes étaient non sexuellement actives (NSA). Parmi ces 288 femmes, 165 ont complété le questionnaire en préopératoire et à 12 mois, et 111 ont complété le questionnaire à 12 mois et à 12 mois+1 semaine. Le questionnaire a été bien accepté par les femmes. Toutes les questions ont été conservées, mais une modification de l’ordre et de la numérotation des questions a dû être réalisée. Deux dimensions cliniquement pertinentes ont été dégagées de cette analyse : une dimension « santé sexuelle » regroupant 5 questions et une dimension « gêne et douleur » regroupant 3 questions. Le questionnaire global et les deux dimensions avaient une bonne fiabilité et une stabilité temporelle modérée à excellente. Un lien statistiquement significatif a été démontré entre la question no 15 et l’amélioration rapportée par le PGI-I et le taux de succès anatomique sur la classification de POP-Q. Une forte corrélation a été mise en évidence entre le score de « santé sexuelle » et le score total du FSFI.

      Conclusion

      Le Pelvi-Perineal Surgery Sexuality Questionnaire (PPSSQ) est un auto-questionnaire en 13 questions validé dans une population de femmes sexuellement actives ou non, opérées d’une incontinence urinaire d’effort ou d’un prolapsus génital par voie cœlioscopique ou vaginale, avec ou sans renfort prothétique.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Validation d’un nouvel auto-questionnaire d’évaluation de la sexualité chez les patientes opérées d’une incontinence urinaire ou d’un prolapsus génital ( Pelvi-Perineal Surgery Sexuality Questionnaire  – PPSSQ)

      Summary
      Introduction

      The main objective of this study was to validate a new questionnaire evaluating sexual health, in a population of sexually active women or not, who have surgery for stress urinary incontinence or pelvic organ prolapse with or without mesh reinforcement.

      Material and methods

      After the development of a first version of the questionnaire by members from the main French societies involved in the study of women's sexuality, a linguistic validation of the content of the questionnaire was carried out through semi-structured interviews. Then, a psychometric validation was carried out in a prospective multicenter cohort study. The questionnaire was evaluated in terms of acceptability, quality, dimensionality, internal consistency, temporal stability, sensitivity to changes and construction validity.

      Results

      Linguistic validation was carried out in 25 patients. Psychometric validation was carried out in 297 women (291 with available data) operated on for urinary incontinence by midurethral sling (n =79) or for pelvic organ prolapse by the vaginal route with mesh (n =105), without mesh (n =22) or by laparoscopic sacrocolpopexy (n =85) between January 18, 2013 and January 18, 2016. Within the 288/291 women who had filed the question No. 1 allowing to know their sexual “status”, 159 (55%) women were sexually active and 129 (45%) women were not sexually active before surgery. Within the 288 women, 165 had completed the questionnaire preoperatively and at 12 months and 111 had completed the questionnaire at 12 months and 12 months+1 week. The questionnaire was well accepted by the women and of good quality. All the questions were kept, but a change in the order and numbering of the questions had to be made. Two clinically relevant dimensions were identified in this analysis: a “sexual health” dimension comprising 5 questions and a “discomfort and pain” dimension comprising 3 questions. The overall questionnaire and both dimensions had good reliability and moderate to excellent temporal stability. A statistically significant association was demonstrated between question 15 and the improvement reported by PGI-I and the anatomical success rate on POP-Q classification. A strong correlation was found between the “sexual health” score and the total FSFI score.

      Conclusion

      The Pelvi-Perineal Surgery Sexuality Questionnaire (PPSSQ) is a 13-question self-questionnaire validated in a population of sexually active women or not, operated on for stress urinary incontinence or pelvic organ prolapse by laparoscopy or vaginal surgery, with or without mesh.

      Level of evidence

      4.

    • Editorial Board

      Prog Urol, 2021, 11, 31, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Adverse events associated with mirabegron 50 mg versus placebo: A systematic review and meta-analysis

      Résumé
      Objectif

      Étudier les effets secondaires du mirabegron 50mg en monothérapie dans le traitement de l’hyperactivité vésicale dans les essais randomisés le comparant à un placebo.

      Méthodes

      Une revue systématique a été effectuée jusqu’en juin 2020, sur les bases de donnée Medline/PubMed, Embase et Cochrane. Nous avons retenu les essais randomisés menés pour le traitement de l’hyperactivité vésicale. Les effets secondaires et l’innocuité ont été évalués sur la base de 15 événements indésirables. L’hétérogénéité entre les études a été évaluée par des tests de Chi2 et des tests Q et I 2. Critères de jugement: symptômes de rhinophraryngite, bouche sèche, hypertension artérielle, constipation, céphalées, dyspepsia, infection urinaire, troubles visuels, nausées, complication cardiovasculaire, allongement du QT à l’ECG.

      Résultats

      Dix essais ont été évalués, incluant au total 6135 patients. Le traitement par mirabegron 50mg était associé à une prévalence accru de symptômes de rhinopharyngite par rapport au placebo (RC, 1,54 [IC à 95 %, 1,05–2,25] ; p =0,03). Aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les deux groupes pour les autres effets secondaires.

      Conclusion

      Dans les essais randomisés conter placebo, seuls les symptômes de rhinopharyngite étaient plus fréquents dans le groupe mirabegron 50mg.

      Adverse events associated with mirabegron 50 mg versus placebo: A systematic review and meta-analysis

      Summary
      Purpose

      The safety of mirabegron 50mg monotherapy was comprehensively assessed versus placebo for overactive bladder.

      Methods

      A systematic literature search was conducted up to June, 2020 using PUBMED, EMBASE and Cochrane Library. Randomized controlled trials evaluating safety of mirabegron in overactive bladder were collected, and safety was assessed according to 15 adverse events. Adverse events were widely selected to be assessed if they could be calculated. Heterogeneity among studies was assessed by using the &khgr; 2 test based on the Q and I 2 tests. Pooled effect sizes were calculated using fixed model if I 2<50%, otherwise a random-effects model was chosen. The outcomes were nasopharyngitis, dry mouth, hypertension, constipation, headache, dyspepsia, urinary tract infection, dizziness, blurred vision, nausea, cardiovascular events, influenza, electrocardiogram QT prolonged, upper respiratory tract infection and high blood pressure.

      Results

      In all, 10 peer-reviewed trials comprising 6135 patients were identified. Compared with placebo, mirabegron 50mg had an unfavorable safety profile resulting in nasopharyngitis (OR, 1.54[95% credible interval, 1.05–2.25]; P =0.03. No statistical difference was found between mirabegron 50mg and placebo groups in other 14 outcomes.

      Conclusion

      Mirabegron 50mg is further confirmed to be nearly as safe as placebo, expect for nasopharyngitis. Nasopharyngitis is associated with mirabegron 50mg monotherapy for patients with overactive bladder.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Penile prosthesis implantation: A single center 25 years of experience

      Résumé
      Objectifs

      Nous avons analysé les résultats à long terme des prothèses péniennes malléables et gonflables, les taux de complications et de reprise chirurgicale et la satisfaction des patients.

      Matériels et méthodes

      Entre janvier 1996 et décembre 2020, 138 patients au total ont subi l’implantation d’une prothèse pénienne de type malléable ou gonflable. Les données des patients ont été dérivées des dossiers des patients et du système d’enregistrement numérique. Les patients ont été contactés en face à face si possible, et par téléphone si ce n’est pas possible.

      Résultats

      L’âge médian des patients était de 56 (21–83) ans. Un total de 14 prothèses péniennes en une pièce (10,2 %), 46 (33,3 %) en 2 pièces et 78 (56,5 %) en 3 pièces ont été implantées. L’antibiotique périopératoire le plus utilisé était la teicoplanine+amikacine chez 107 patients. Le taux total de complications était de 30 % (n =42). L’infection prothétique constituait 9 % (n =13) de ces complications. Le taux de satisfaction totale était de 89,1 %. Il n’y avait pas de corrélation entre le schéma antibiotique et les complications ou le type de prothèse et les complications (p =0,488, p =0,454, respectivement). Le taux d’infection a montré une légère augmentation de la prothèse pénienne en 3 pièces sans aucune signification statistique (p =0,633). Les patients avec complications ont exprimé leur insatisfaction par rapport à ceux sans complications (p =0,001).

      Conclusions

      Dans notre série, l’implantation de prothèse pénienne semble être une méthode de traitement recommandée avec une grande satisfaction des patients dans le traitement de la dysfonction érectile réfractaire.

      Niveau de preuve

      4.

      Penile prosthesis implantation: A single center 25 years of experience

      Summary
      Objectives

      We analyzed the long-term results of malleable and inflatable penile prosthesis: the rates of complications, revision surgery and patient satisfaction.

      Materials and methods

      Between January 1996 and December 2020, a total of 138 patients underwent implantation of a malleable or inflatable types penile prosthesis. The data of the patients were derived from the patient files and digital recording system. The patients were contacted face-to-face interaction if possible. If it is not possible, phone connection was made.

      Results

      The median age of patients was 56 (21–83) years. Fourteen (10.2%) 1-piece, 46 (33.3%) 2-piece and 78 (56.5%) 3-piece penile prosthesis were implanted. The mostly used perioperative antibiotic was teicoplanin+amikacin in 107 patients. Total complication rate was 30% (n =42). Prosthesis infection constituted 9% (n =13) of these complications. The total satisfaction rate was 89.1%. There was no correlation between the complications and antibiotic regimen or prosthesis type (P =0.488, P =0.454, respectively). The rate of infection showed a slight increase in 3-piece penile prosthesis without any statistically significance (P =0.633). The patients with complications expressed more dissatisfaction compared to those without complications (P =0.001).

      Conclusions

      In our series, penile prosthesis implantation seems to be a recommended treatment method with high patient satisfaction in the treatment of refractory erectile dysfunction.

      Level of evidence

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Vous pourrez également aimer

    • Single use and reusable flexible ureteroscopies for the treatment of urinary stones: A comparative study of perioperative complicationsLire la suite
    • Administration of neoadjuvant chemotherapy for muscle-invasive bladder cancer in real life: Are urologists still too cautious?Lire la suite
    • Sperm DNA status in infertile patients with clinical varicoceleLire la suite

    Continuer votre lecture