Accueil > Publications > Progrès en Urologie > Numéro 2- Volume 31- pp. 63-118 (Février 2021)

    Numéro 2- Volume 31- pp. 63-118 (Février 2021)

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Instillation préopératoire immédiate (IPOI) de mitomycine C comparée à l’instillation postopératoire précoce (IPOP) dans les tumeurs de la vessie. Étude de phase II randomisée

      Résumé
      Introduction

      L’instillation postopératoire précoce (IPOP) est recommandée après la résection endoscopique des tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle, de risque faible et intermédiaire. Elle est peu réalisée pour des raisons logistiques ou de contre-indications chirurgicales. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’efficacité et la tolérance d’une instillation immédiate préopératoire de mitomycine C (IPOI) comparée à l’IPOP.

      Méthodes

      Étude randomisée, multicentrique menée de février 2014 à novembre 2016 (Accord CPP Ouest III 2012-004341-32) prévoyant l’inclusion de 60 patients ayant les critères suivants : une à deux tumeur(s) vésicale(s), primitive(s) ou récidivante(s), d’aspect endoscopique papillaire et une cytologie urinaire négative pour le haut grade. La résection endoscopique était suivie d’une cystoscopie de contrôle à 3, 6 et 12 mois. Le critère de jugement principal était le délai avant récidive. Les critères de jugement secondaires étaient la proportion de récidive à 3 mois et à 1 an, la proportion de patients n’ayant pas pu avoir l’instillation et la tolérance à 1 mois utilisant le questionnaire BCI-Fr.

      Résultats

      Parmi les 35 patients analysables, 20 étaient assignés au bras IPOI et 15 au bras IPOP. La durée de suivi était comparable dans les 2 groupes (12,3±1,6 mois dans le groupe IPOP et 10,2±4,5 mois dans le groupe IPOI). La survie sans récidive n’était pas significativement différente entre les 2 bras. La tolérance (score BCI-Fr) et les effets indésirables étaient comparables. Dans le groupe IPOP, 2 patients n’ont pas eu l’instillation en raison d’une contre-indication (résection étendue).

      Conclusion

      Notre étude n’a pas montré de différence en termes d’efficacité et de tolérance entre l’IPOI et l’IPOP, mais la faisabilité (logistique, contre-indications) semblait meilleure en cas d’IPOI. Cette étude préliminaire est en faveur de la poursuite de l’évaluation de ce protocole dans le cadre d’une phase III.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Instillation préopératoire immédiate (IPOI) de mitomycine C comparée à l’instillation postopératoire précoce (IPOP) dans les tumeurs de la vessie. Étude de phase II randomisée

      Summary
      Objective

      A single immediate instillation of mitomycin C is recommended after a complete transurethral resection of the bladder (TURB) in low- and intermediate-risk patients with NMIBC. Actually, post-TURB instillation is seldom used due to logistical difficulties and surgical contraindications. Our aim was to compare patients with single pre-TURB intra-vesical instillation and patients with a single, immediate post-TURB intra-vesical instillation of mitomycin C.

      Methods

      We performed a multicenter randomized trial between February 17, 2014 and November 24, 2016 (registration number 2012-004341-32). Sixty patients with two or less, primary or recurrent papillary bladder tumors and a negative urinary cytology were planned. Cystoscopy was performed at 3, 6 and 12 months after TURB. Our primary endpoint was disease-free interval. Secondary endpoints were recurrence rate at 3 and 12 months, rate of patients in whom instillation could not be performed and tolerance 1 month after TURB using BCI-Fr score.

      Results

      Among 35 eligible participants, 20 were randomly assigned in the pre-TURB instillation group and 15 in the post-TURB instillation group. Follow-up was comparable: 12,3±1,6 months in the SI group and 10,2±4,5 months in the pre-TURB instillation group. In the post-TURB instillation group, 2 patients didn’t have any instillation. We did not identify significant differences in disease-free interval. Tolerance at 1 month after TURB was similar in both groups.

      Conclusion

      Tolerance and efficacy were not significantly different. As expected, logisitics were easier for the health providers in the pre-TURB group where all patients had their instillation conversely to the post-TURB group. These results suggest that the advantages of a single immediate pre-TURB instillation warrant further evaluation of this strategy in a phase III randomized trial.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Corrélation bactériologique entre les calculs urinaires et l’ECBU préopératoire : a-t-il un impact sur le risque infectieux postopératoire ? (expérience marocaine)

      Résumé
      But

      Les objectifs de ce travail étaient d’évaluer l’impact de l’examen préopératoire des urines et du caractère infecté des calculs sur la survenue du sepsis urinaire postopératoire.

      Matériel et méthodes

      Une étude prospective monocentrique a inclus 29 patients opérés de la lithiase urinaire entre janvier et juin 2018.

      Résultats

      Le sepsis urinaire postopératoire a été observé chez 4 patients (14 %). Le taux de colonisation urinaire sur l’ECBU préopératoire était de 27,6 % (8 sur 29) alors que le taux de calculs colonisés était de 31 % (9 sur 29). La survenue d’un sepsis urinaire a été constatée chez 37,5 % (3 sur 8) des patients ayant une colonisation urinaire, par rapport à 44,4 % des patients ayant des calculs colonisés (4 sur 9). En comparant les résultats bactériologiques observés lors du sepsis, les germes isolés dans les urines postopératoires étaient les mêmes retrouvés dans la culture des calculs. La nature chimique des calculs colonisés était principalement l’oxalate de calcium (monohydraté, dihydraté) p =0,02. Il existe une corrélation statistiquement significative entre l’examen préopératoire d’urine, la culture bactériologique de calculs et le sepsis urinaire postopératoire (p =0,05, p =0,005) respectivement.

      Conclusion

      Notre étude a mis en évidence une forte association entre la culture bactériologique des calculs et le sepsis urinaire postopératoire supérieure à celle de la culture urinaire préopératoire. Elle permet d’anticiper la survenue d’une septicémie chez des patients nécessitant de nombreux traitements endoscopiques. Cependant, plusieurs séries prospectives multicentriques peuvent s’avérer nécessaires pour valider ces résultats.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Corrélation bactériologique entre les calculs urinaires et l’ECBU préopératoire : a-t-il un impact sur le risque infectieux postopératoire ? (expérience marocaine)

      Summary
      Aim

      The objectives of this study were to evaluate the impact of preoperative urine culture and the infected nature of stones on the occurrence of postoperative urinary sepsis.

      Material and methods

      A prospective monocentric study included 29 patients operated on for urolithiasis between January and June 2018.

      Results

      Postoperative urinary sepsis was observed in 4 patients (14%). Urinary colonization rate on preoperative CBU exam was 27.6% (8 of 29) while the rate of colonized stones was 31% (9 of 29). The occurrence of urinary sepsis was observed in 37.5% (3 of 8) of patients with urinary colonization, compared to 44.4% of patients with colonized stones (4 of 9). By comparing the bacteriological results observed during sepsis, the germs isolated in postoperative urine were the same found in the culture of stones. The chemical nature of the colonized stones was mainly calcium oxalate (monohydrate, dihydrate) P =0.02. There was a statistically significant correlation between the preoperative urine culture, the bacteriological culture of stones and the postoperative urinary sepsis (P =0.05, P =0.005) respectively.

      Conclusion

      Our study demonstrated a strong association between the bacteriological culture of stones and postoperative urinary sepsis superior to preoperative urine culture. It makes it possible to anticipate the occurrence of sepsis in patients requiring many endoscopic treatments. However, several multicentric prospective series may prove necessary to validate these results.

      Level of evidence

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Évaluation de la tolérance de la sonde JJ par l’utilisation de l’auto-questionnaire USSQ

      Résumé
      Objectif

      Évaluation de la qualité de vie patients porteurs d’une sonde urétérale JJ (SU).

      Méthode

      Cette étude s’est déroulée du 01/2016 au 15/02/2017, incluant tous les patients opérés d’une montée de SU. Le questionnaire USSQ (Ureteral Stent Symptom Questionnaire) validé en français en 2010 a été rempli pendant la période péri-opératoire avec SU en place(S1), 4 semaines après mise de la SU (S2) et 4 semaines après ablation de la SU(S3), il est regroupé en 6 rubriques : symptômes urinaires, douleur, état général, retentissement professionnel, sexualité, autres problèmes. Le test Wilcoxon a été utilisé pour comparer les moyennes statistiques.

      Résultat

      Nous avons répertorié 150 patients dont 89 femmes (59,3 %) et 61 hommes (40,7 %) L’âge moyen de nos malades est de 49,5 ans. La qualité de vie semblait être significativement altérée dans tous les domaines explorés par le questionnaire : symptômes urinaires avaient un score moyen une semaine après la montée de sonde (S1) était de 29,5 versus 25,3à quatre semaines après ablation(S3) de la SU à p <0,0001), la douleur persistait à quatre semaine après l’ablation de la SU à un score moyen S3 de 10,6 versus 14,5 à S1 à p =0,003. L’EG des patients était également altéré après la pose de la SU : S1 de 16,6 versus S2 18,5 (p <0,0001), la présence d’une SU n’avait pas un grand impact sur l’activité professionnelle des patients actifs : actifs (S1 de 14,9 versus S3 de 13,3 p =0.6 ). Mais elle était un handicap sexuel : score moyen de 5,3 en S1 vs 5,2 en S3 pour un p -value=0.122. Il n’y’a pas de différence significative si la SU est posée en urgence ou de manière programmée.

      Conclusion

      Les SU semble avoir un impact significatif sur la qualité de vie des patients.

      Niveau de préuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Évaluation de la tolérance de la sonde JJ par l’utilisation de l’auto-questionnaire USSQ

      Summary
      Objective

      Evaluation of the quality of life patients with a ureteral catheter JJ (US).

      Method

      This study was conducted from 01/2016 to 15/02/2017, including all patients operated on a rise of US. The USSQ questionnaire (Ureteral Stent Symptom Questionnaire) validated in French in 2010 was filled during the perioperative period with SU in place (S1), 4 weeks after putting the US (S2) and 4 weeks after removal of the US (S3), it is grouped into 6 sections: urinary symptoms, body pain, general condition, professional impact, sexuality, other problems. The Wilcoxon test was used to compare the statistical averages.

      Results

      We identified 150 patients including 89 women (59.3%) and 61 men (40.7%). The average age of our patients is 49.5 years. The quality of life appeared to be significantly altered in all areas explored by the questionnaire: urinary symptoms had a mean score one week after the US rise (S1) was 29.5 versus 25.3 at four weeks after ablation (S3) of US at P <0.0001), pain persisted at four weeks after US ablation at an average S3 score of 10.6 versus 14.5 at S1 at P =0.003. The patients’ EG was also altered after the placement of the SU: S1 of 16.6 versus S2 18.5 (P <0.0001), the presence of a US did not have a great impact on the activity professional active patients: active (S1 of 14.9 versus S3 of 13.3 P =0.6). But it was a sexual disability of the sexuality carrier: average score of 5.3 in S1 vs. 5.2 in S3 for a value=0.122. There is no significant difference if the US is raised urgently or in a scheduled manner.

      Conclusion

      US appears to have a significant impact on the quality of life of patients.

      Level of evidence

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Résultats de la surveillance active des angiomyolipomes sporadiques du rein de plus de 4 cm : un plaidoyer en faveur de la surveillance active

      Résumé
      Introduction

      La surveillance active (SA) des angiomyolipomes (AML) du rein est sous-utilisée à cause d’un dogme ancien faisant craindre un saignement menaçant lorsque la taille tumorale dépasse 4cm. L’objectif de cette étude était d’évaluer les résultats de la SA chez les patients pris en charge pour des AML sporadiques dont la taille était supérieure à 4cm.

      Méthodes

      Les résultats de la SA de 35 patients pris en charge pour des AML sporadiques du rein de plus de 4cm étaient analysés rétrospectivement. Durant la SA, la croissance tumorale, la survenue de nouveaux symptômes et/ou complications, l’arrêt du protocole de surveillance, le motif de sortie et le traitement offert à la sortie étaient recueillis.

      Résultats

      Avec un suivi moyen de 36 mois, 16 (46 %) patients étaient sortis de la SA (suivi moyen 55±66, médiane : 36 mois). Les patients qui avaient arrêté la SA étaient plus symptomatiques au diagnostic, mais avaient un âge, une taille tumorale moyenne et un sex-ratio similaire à ceux qui sont toujours pris en charge en SA. Le taux de survie sans traitement actif était de 66 % à 5 ans. L’hémorragie rétropéritonéale était rapportée chez 3 (8,5 % de l’ensemble et 19 % des patients qui avaient arrêté la SA) patients. Aucune de ces hémorragies n’avait nécessité une transfusion ou une surveillance en unité de soins intensifs. Les autres motifs étaient la douleur (37 %), la préférence patient (19 %), la modification de l’aspect radiologique de la tumeur (19 %) et l’hématurie (6 %).

      Conclusion

      Cette étude a montré que la SA des AML était faisable même chez les patients avec des tumeurs de plus de 4cm. Plus de 50 % des patients étaient encore sous SA à 5 ans. L’arrêt de la SA n’était pas lié à des complications hémorragiques dans la plupart des cas.

      Niveau de preuve

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Résultats de la surveillance active des angiomyolipomes sporadiques du rein de plus de 4 cm : un plaidoyer en faveur de la surveillance active

      Summary
      Introduction

      Active surveillance (AS) of sporadic renal angiomyolipomas (AML) is under-utilised because of an old dogma fearing a life-threatening retroperitoneal hemorrhage when tumour size exceeds 4cm. The objective of this study was to report the outcome of AS in patients with sporadic AML greater than 4cm.

      Methods

      The results of AS in 35 patients managed for sporadic renal AML greater than 4cm were analysed. During AS, tumour growth, occurrence of new symptoms and/or complications, discontinuation of AS protocol, reason for discontinuation as well as subsequent treatment options were reported.

      Results

      Within a median follow-up of 36 months, 16 (46 %) patients discontinued AS at the end of the study period (mean follow-up 55±66, median 36 months). Patients who discontinued AS were more symptomatic at diagnosis but had similar age, mean tumour size and sex ratio. Active treatment-free survival was 66 % at 5 years. Retroperitoneal hemorrhage was reported in 3 (8.5 %) patients. None of these bleedings required transfusion or monitoring in an intensive care unit. Other reasons for discontinuation were pain (37 %), patient preference (19), changes in the radiological appearance of the tumour (19 %), and hematuria (6 %).

      Conclusion

      This study showed that AS in AML bearing patients was feasible even in the setting of tumours larger than 4cm. More than 50% of the patients were still on AS at 5 years. Discontinuation of AS was not related to bleeding complications in most cases.

      Level of proof

      3.

    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Réinsertion psycho-sociale et économique des femmes opérées pour fistules obstétricales et non obstétricales au Congo

      Résumé
      Objectif

      Étudier l’insertion psycho-sociale et économique des femmes avant la survenue d’une fistule, avant et après la cure chirurgicale de la fistule.

      Matériels et méthodes

      Il s’est agi d’une étude observationnelle descriptive réalisée à Brazzaville et Ewo, (République du Congo) du 1er avril au 31 octobre 2018. Elle concernait les patientes opérées pour fistule génitale entre 2008 et 2017. Les variables d’intérêt étaient les caractéristiques sociodémographiques, reproductives et cliniques. L’analyse a été faite à l’aide du logiciel SPSS 20.

      Résultats

      Les 34 patientes interrogées étaient âgées de 29 à 65 ans avec une médiane de 43(39 ; 50) ans. Le contexte de survenue de la fistule était obstétrical chez 24 femmes (70 %). L’exercice d’une activité génératrice de revenue avant la survenue, avant et après la cure chirurgicale de la fistule était de 76 % ; 32 % et 64 % (p =0,007).

      Sur le plan psychique, chez ces femmes, l’estime de soi est passé de 26 % à 82 % (p =0,0003) et la prévalence d’idées suicidaires est passée de 29 % avant cure de fistule à 0 % après (p =0,0009). La tendance à s’isoler est passée de 44 % avant cure de fistule à 3 % après (p =0,00008). On note également que, 54 % de femmes n’avaient plus de désir de maternité et un non-désir de reprise des rapports sexuels était rapporté dans 17 % de cas. Seulement 26 % des femmes ont bénéficié de l’accompagnement d’un psychologue.

      Conclusion

      Dans cette série, nous avons observé une reprise des activités génératrices de revenu chez les femmes opérées d’une cure de fistule urogénitale et une récupération psychologique avec augmentation de l’estime de soi et diminution des idées suicidaires.

      Niveau de preuve

      4.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

      Réinsertion psycho-sociale et économique des femmes opérées pour fistules obstétricales et non obstétricales au Congo

      Summary
      Objective

      To study the psycho-social and economic reintegration of women operated for genital fistula in Congo.

      Material and methods

      This was a descriptive observational study conducted in Brazzaville and Ewo, Republic of Congo, from April 1 to October 31, 2018. It included patients operated for genital fistula between 2008 and 2017. Variables of interest were socio-demographic, reproductive and clinical characteristics. The analysis was performed using the SPSS 20 software.

      Results

      The overall, 34 patients were studied, with age ranging from 29 to 65 years old with a median of 43 (39, 50) year. The context of fistula occurrence was obstetrical in 24 women (70%). The Practice of an income-generating activity before, during and after fistula was 76%; 32% and 64% (P =0.0007). Concerning the psychological status, in these women, self-esteem went from 26% to 73% (P =0.0003) and the prevalence of suicidal thoughts went from 29% before fistula treatment to 0% after (P =0.0009). The tendency to isolate themselves went from 44% before fistula cure to 3% after (P =0.00008). With regards to reproductive life, 54% of women had no desire for maternity and 17% did not have a desire of sexual intercourse. Only 26% of women benefited from the psychologist. Support.

      Conclusion

      In this series, we observed a resumption of income-generating activities in women operated for a treatment of urogenital fistula and a psychological recovery with an increase in self-esteem and a decrease in suicidal thoughts.

      Level of evidence

      4.

    • Editorial Board

      Prog Urol, 2021, 2, 31, i

      Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • TFPI-2 inhibits the invasion and metastasis of bladder cancer cells

      Résumé
      Introduction

      Les métastases du cancer de la vessie affectent sérieusement le pronostic des patients, mais son mécanisme moléculaire n’est pas clair. Cette étude a cherché à explorer les rôles de la surexpression du gène de la voie du facteur tissulaire inhibiteur-2 (TFPI-2) dans l’infiltration et les métastases du cancer de la vessie.

      Matériaux

      Premièrement, la PCR en temps réel et l’immunohistochimie ont été utilisées pour comparer les niveaux d’expression de l’ARNm et des protéines, respectivement, de TFPI-2 et de la métalloprotéinase-1 matricielle (MMP-1) dans les tissus non tumoraux adjacents, le cancer de la vessie invasif musculaire (MIBC) et les tissus du cancer de la vessie non invasif musculaire (NMIBC). Les cellules BIU-87-TFPI-2 qui exprimaient de manière stable TFPI-2 ont été générées par transfection avec pcDNA3.1-TFPI-2. Une PCR en temps réel et un transfert Western ont été effectués pour déterminer les niveaux d’expression d’ARNm et de protéine, respectivement, de TFPI-2 et MMP-1 dans les cellules BIU-87-TFPI-2. Les capacités d’invasion et de migration des cellules BIU-87-TFPI-2 ont été étudiées en utilisant la méthode de la chambre de Transwell.

      Résultats

      TFPI-2 s’est révélé être significativement régulé à la baisse dans les tissus cancéreux de la vessie. L’expression de MMP-1 a augmenté avec la progression du cancer de la vessie. Les cellules BIU-87 qui ont surexprimé TFPI-2 ont été générées avec succès par transfection avec pcDNA3.1-TFPI-2. La surexpression de TFPI-2 dans les cellules BIU-87 a significativement inhibé l’invasion et les métastases des cellules cancéreuses. De plus, les niveaux d’expression d’ARNm et de protéine de MMP-1 ont été significativement réduits dans les cellules surexprimant TFPI-2.

      Conclusion

      Une diminution de l’expression de TFPI-2 dans les tissus de la vessie était corrélée à l’invasion et aux métastases dans le cancer de la vessie. La surexpression de TFPI-2 pourrait inhiber l’invasion et la migration des cellules cancéreuses de la vessie in vitro en inhibant l’expression de la protéine MMP-1.

      Niveau de préuve

      3.

      TFPI-2 inhibits the invasion and metastasis of bladder cancer cells

      Summary
      Introduction

      Bladder cancer metastasis seriously affects the prognosis of patients, but its molecular mechanism is unclear. This study sought to explore the roles of tissue factor pathway inhibitor-2 (TFPI-2) gene overexpression in the infiltration and metastasis of bladder cancer.

      Materials

      Firstly, real-time PCR and immunohistochemistry were used to compare the mRNA and protein expression levels, respectively, of TFPI-2 and matrix metalloproteinase-1 (MMP-1) in adjacent non-tumoral tissues, muscle-invasive bladder cancer (MIBC) tissues, and non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) tissues. BIU-87-TFPI-2 cells that stably expressed TFPI-2 were generated by transfection with pcDNA3.1-TFPI-2. Real-time PCR and western blotting were performed to determine the mRNA and protein expression levels, respectively, of TFPI-2 and MMP-1 in BIU-87-TFPI-2 cells. The invasion and migration abilities of BIU-87-TFPI-2 cells were investigated using the Transwell chamber method.

      Results

      TFPI-2 was found to be significantly downregulated in bladder cancer tissue. The expression of MMP-1 was increased with the progression of bladder cancer. BIU-87 cells that overexpressed TFPI-2 were successfully generated by transfection with pcDNA3.1-TFPI-2. TFPI-2 overexpression in BIU-87 cells significantly inhibited cancer cell invasion and metastasis. Furthermore, the mRNA and protein expression levels of MMP-1 were significantly reduced in TFPI-2-overexpressing cells.

      Conclusion

      Decreased TFPI-2 expression in bladder tissue was correlated with invasion and metastasis in bladder cancer. TFPI-2 overexpression could inhibit bladder cancer cell invasion and migration in vitro by inhibiting MMP-1 protein expression.

      Level of proof

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Micro-percutaneous nephrolithotomy (Microperc) for renal stones, outcomes and learning curve

      Résumé
      Introduction

      Rapporter les résultats et la courbe d’apprentissage de la Microperc, une technique mininvasive percutanée utilisant un endoscope de 4,85-Ch (16-Gauges) pour le traitement des calculs du rein.

      Matériel et méthode

      Trente et une interventions de Microperc pour calculs du rein<2,5cm ont été réalisés par 2 opérateurs dans 2 établissements de 2015 à 2017.

      Résultats

      La taille moyenne des calculs rénaux était 119 mm±11, la densité moyenne était 1048±249UH. Les calculs traités étaient localisés dans le calice inférieur 21/21 (68 %), le calice moyen 3/31 (10 %), le bassinet 4/31 (12 %). Ils étaient multi-caliciels pour 3/31 (10 %). Cinq patients (16 %) avaient une dérivation urinaire (4 dérivations iléales, 1 enterocystoplastie avec Mitrofanoff et fermeture du col vésical), dans un contexte de neuropathie (2 scléroses en plaque, 3 blessés médullaires). Pour les 2 opérateurs, la durée opératoire moyenne diminuait, passant de 98±10min à 64 min±6min après 15 interventions (p =0,01). Pour les patients hospitalisés 17/31 (55 %), la durée de séjour était de 2jours [2–7] et 14/31 patients ont été traités en ambulatoire. Un traitement complet était obtenu pour 13/31 (42 %) et 11/31 (36 %) avaient des microfragments < 3mm qui n’ont pas nécessité de retraitement, soit un taux de succès de 78 % (24/31).

      Conclusion

      Dans cette étude préliminaire, la Microperc a permis le traitement de calcul du rein avec un taux de complication faible, une durée opératoire acceptable et une courbe d’apprentissage courte. Pour les calculs du calice inférieurs et/ou les patients avec dérivation urinaire, la Microperc pourrait être une alternative à l’urétéroscopie rétrograde.

      Niveau de preuve

      3.

      Micro-percutaneous nephrolithotomy (Microperc) for renal stones, outcomes and learning curve

      Summary
      Objective

      To report the effectiveness, reliability and learning curve of Microperc, a minimal invasive percutaneous technique using a 4.85-Ch (16-gauge) sheath, in the treatment of nephrolithiasis.

      Material and methods

      31 consecutive Micropercs for nephrolithiasis<2.5cm were performed by 2 operators in 2 different institutions from the 1st of May 2015 to 31st of December 2017.

      Results

      The mean size of stones was 19mm±11mm, and mean density was 1048±249UH. Stones were located in lower calyx in 21/31(68%), medium calyx in 3/31(10%), pelvis in 4/31(12%) and were multi-caliceal in 3/31(10%). Five patients (16%) had urinary diversion (4 ileal conduits, 1 enterocystoplasty with Mitrofanoff+bladder neck closure) all of those having neurological disease (2 multiple sclerosis, 3 spinal cord injury). Mean operating time was 83±35min and decreased after short period for both operators. 9/31(29%) patients had complication: 8 (26%) had fever (Clavien II) and 1 (3%) had renal colic pain (Clavien III) (required JJ stent). Stone-free was obtained in 13/31(42%) and 11/31(36%) had residual microfragments<3mm which did not require further treatment, corresponding to a technical success of 78% (24/31). Success rate was similar in patients with urinary diversion and patients with normal anatomy.

      Conclusions

      This study showed that Microperc was an effective technic for kidney stone treatment with low complication rate, acceptable operating time and short learning curve. Microperc was useful for stones in the lower calyx and/or urinary diversion where retrograde ureteroscopy could reach its limits.

      Level of evidence

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.
    • Lire l'article Ajouter à ma sélection Désélectionner
    • Sperm DNA status in infertile patients with clinical varicocele

      Résumé
      But

      Évaluer s’il existe une relation potentielle entre les dommages de l’ADN nucléaire du sperme et la varicocèle clinique et déterminer l’impact de la varicocèle clinique sur les paramètres spermatiques.

      Méthodes

      Une étude prospective incluant 30 patients infertiles atteints de varicocèle clinique et 15 patients témoins adressés à notre laboratoire pour une exploration spermiologique de routine. Tous les spermogrammes ont été réalisés et analysés conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) 2010. La fragmentation de l’ADN a été détectée par le test TUNEL (terminal désoxynucléotidyl transférase médiée par la désoxyuridine triphosphate biotine nick-end).

      Résultats

      L’indice de fragmentation de l’ADN (DFI) était significativement plus élevé chez les patients atteints de varicocèle clinique par rapport aux témoins (soit 13,3±3,4 % versus 6,1±2,5 %, p =0,0001). De plus, le DFI était positivement et significativement corrélé avec le degré de gravité de la varicocèle, ainsi le DFI était de 15,24±1,9 % chez les patients avec varicocèle grade 3 versus 12,92±3,5 % chez ceux de grade 2 (p <0,0001). Cependant, une anomalie d’au moins un des paramètres spermatiques a été trouvée chez 90 % des patients atteints de varicocèle, de même toutes les caractéristiques spermatiques telles que la concentration spermatique, la vitalité, la mobilité et les formes typiques sont diminués par rapport aux témoins. De plus, des corrélations négatives et statistiquement significatives ont été notées entre l’indice de fragmentation de l’ADN du sperme et la concentration du sperme (p =0,0001), la motilité (p =0,03) ainsi que la morphologie normale spermatique (p =0,03).

      Conclusion

      La varicocèle clinique génère une augmentation significative des anomalies spermatiques avec des dommages de l’ADN spermatique, et ces altérations sont positivement corrélées avec le grade de la varicocèle. Les dommages de l’ADN nucléaire des spermatozoïdes peuvent indépendamment de leurs causes, affecter la qualité des spermatozoïdes éjaculés et avoir des implications sur le potentiel de fertilité du patient.

      Niveau de préuve

      3.

      Sperm DNA status in infertile patients with clinical varicocele

      Summary
      Objective

      To evaluate if a potential relationship exists between sperm nuclear DNA damage and clinical varicocele and to determine the impact of clinical varicocele on standard semen parameters.

      Materials and Methods

      A prospective study involving 30 infertile patients with clinical varicocele and 15 controls patients referred to our laboratory for routine spermiological exploration. Spermograms were performed and analyzed according to World Health Organisation (WHO) guidelines 2010. The DNA fragmentation was detected by the terminal desoxynucleotidyl transferase-mediated deoxyuridine triphosphate biotin nick-end labeling (TUNEL) assay.

      Results

      The DNA fragmentation index (DFI) was significantly higher in patients with clinical varicocele compared to controls (13.3±3.4% versus 6.1±2.5%, P =0.0001). In addition, the DFI was positively and significantly correlated with the degree of severity of varicocele thus the DFI was 15.24±1.9% in patients with grade 3 versus 12.92±3.5% in those with grade 2(P <0.0001). However, an abnormality of at least one of the spermatic parameters was found in 90% of varicocele patients, and all semen characteristics such as sperm count, vitality, mobility and typical forms were decreased compared to the controls. Furthermore, statistically significant negative correlations were noted between sperm DNA fragmentation index and sperm concentration (P =0.0001), motility (P =0.03), and normal sperm morphology (P =0.03).

      Conclusion

      Clinical varicocele generates a significant increase of sperm abnormalities and DNA damage, and these changes are positively correlated with varicocele grade. Sperm DNA damage independent of its cause, may affect the quality of the ejaculated sperm and may have implications on patient's fertility potential.

      Level of evidence

      3.

      Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

    Vous pourrez également aimer

    • Single use and reusable flexible ureteroscopies for the treatment of urinary stones: A comparative study of perioperative complicationsLire la suite
    • Administration of neoadjuvant chemotherapy for muscle-invasive bladder cancer in real life: Are urologists still too cautious?Lire la suite
    • Adverse events associated with mirabegron 50 mg versus placebo: A systematic review and meta-analysisLire la suite

    Continuer votre lecture