Comparaison du rapport coût–efficacité de la toxine botulinique de type A associé aux meilleurs soins de support vs les meilleurs soins de support seuls dans le traitement de l’hyperactivité vésicale idiopathique avec incontinence

19 novembre 2014 - 5:15pm

Thème: 
Incontinence urinaire
Référence: 
O-035

Objectifs
Évaluation du rapport coût–efficacité de la toxine botulinique de type A (BTXA ; BOTOX®) à 100 U dans le traitement de l’hyperactivité vésicale idiopathique (HVI) avec incontinence urinaire (IU) chez les patients réfractaires au traitement anti-cholinergique en France.

Méthodes
Un modèle de Markov a été développé pour prédire les coûts à long terme et les résultats de santé de la BTXA + les meilleurs soins de support (BSC ; comportant une thérapie comportementale, des protections d’incontinence, un traitement anti-cholinergique pour certains patients et, occasionnellement, des sondes) versus le BSC seul dans la perspective sociétale (excluant la perte de productivité) en France (Tableau 1). La population modélisée était issue des essais de phase 3 de la BTXA. Les analyses de sensibilité ont évalué l’impact des paramètres changeants du modèle, tels que l’horizon temporel, tout en permettant une comparaison directe entre BTXA + BSC et NMS.

Résultats
BTXA + BSC était économiquement dominant en comparaison au BSC seul dans le scénario de base (coût incrémental par année de vie gagnée pondérée sur la qualité de vie [QALY] : +0,198 ; différence de coût : –€ 1937) et dans la plupart des scénarios évalués (Tableau 2). BTXA + BSC était également économiquement dominant en comparaison directe à NMS. Les analyses probabilistes montrent que le critère de résultat principal (RDCR) a environ 90 % de probabilité d’être inférieur à 20 000 €/QALY. (Fig. 1).

Conclusion
En France, BTXA + BSC est économiquement dominant par rapport au BSC seul chez les patients souffrant d’HVI, des symptômes d’IU et réfractaires au traitement anti-cholinergique.