Valeur diagnostique de l'enregistrement des érections nocturnes.

16 juillet 2001

Mots clés : andrologie, dysérection, exploration fonctionnelle sexuelle, rigidimétrie pénienne
Auteurs : Staerman F, Coeurdacier P, Guiraud P, Cipolla B, Lobel B
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 403-408
L'enregistrement de la tumescence et de la rigidité lors d'érections nocturnes est considéré comme l'examen de référence pour différencier l'origine psychogène ou organique d'une dysérection. Mais son intérêt diagnostique est discuté en l'absence de valeurs normales de rigidité. 170 patients consécutifs ont eu un tel enregistrement (Rigiscan(r), Dacomed USA). A l'exception des patients présentant une sclérose en plaques, une rigidité ? 60% correspond toujours à des patients présentant des troubles de l'érection qualifiés de psychogènes. 59% d'entre eux sont ainsi détectés (sensibilité 59%; spécificité 87%). En revanche, aucune conclusion ne peut être donnée d'un enregistrement nocturne pathologique (32% de psychogènes) et finalement compte tenu des étiologies de cette série, 29% des patients tirent bénéfice d'un tel examen.