Valeur de l'IRM endorectale dans la stadification du cancer de prostate localisé.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, bilan d'extension tumorale, imagerie par résonance magnétique nucléaire
Auteurs : Pariente JL, Jacob F, Trillaud H, Deminière C, Khan H, Ferrière JM, Grenier N, Le Guillou M
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 449-454
BUTS : Déterminer la valeur diagnostique de l'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) endorectale dans la stadification locale du cancer de la prostate.
MATERIEL ET METHODES : 75 patients atteints d'un cancer de prostate cliniquement localisé ont été inclus de façon consécutive de décembre 1992 à septembre 1996. Un examen IRM (1,5 Tesla, Siemens) avec antenne endorectale a été réalisé avant la prostatectomie radicale. Les résultats de cet examen en ce qui concerne l'invasion capsulaire, l'atteinte des vésicules séminales et de l'apex ont été corrélés aux données de l'examen anatomopathologique de la pièce opératoire et aux données du toucher rectal, de l'échographie endorectale, du taux de PSA et de la cartographie biopsique.
RESULTATS : La meilleure performance de l'IRM endorectale est obtenue pour éliminer l'atteinte des vésicules séminales avec une spécificité de 92%. Pour l'envahissement capsulaire, la valeur prédictive positive de l'IRM endorectale est de 90%. En ce qui concerne l'apex, la valeur prédictive positive de l'IRM endorectale est de 56%, la sensibilité de 40% et la spécificité de 82%. Lorsque l'IRM endorectale ne montre pas d'atteinte extra-prostatique, le risque d'avoir des marges positives lors de la prostatectomie radicale est inférieur à 6%.
CONCLUSION : Dans cette étude l'IRM endorectale apparaît satisfaisante pour améliorer la stadification du cancer de prostate localisé notamment en ce qui concerne l'atteinte des vésicules séminales et celle de l'apex mais surtout semble très intéressante pour prédire des marges d'exérèse négatives.