Ureteral response to the placement of metallic stents: an animal model.

16 juillet 2001

Mots clés : endoscopic surgery, ureteral stent, biomaterials, animal experiment
Auteurs : Thijssen AM, Millward SF, Mai KT
Référence : J Urol, 1994, 151, 268-270
L'utilisation des endoprothèses métalliques est de plus en plus répandue en urologie. Cependant peu de données histologiques existent actuellement concernant leurs retentissements sur les parois urétérales. MATERIEL ET METHODES. Les auteurs ont étudié les effets des endoprothèses métalliques auto-expansives sur des uretères sains de 4 chiens. Après dilatation urétérale, des prothèses de Gianturco-Robin de 3mm utilisées habituellement en intra-coronaire, ont été introduites dans l'uretère pelvien. Les résultats ont été étudiés par UIV, UPR et autopsies à 1 mois pour 2 chiens et à 6 mois pour les deux autres. RESULTATS. Dans les 4 cas, les uretères sont restés perméables. L'examen histologique a démontré l'absence d'incorporation des stents dans la paroi urétérale. Les auteurs ont observé des incrustations de l'urothélium et de la sous-muqueuse au travers des mailles des prothèses ainsi qu'une fibrose de la sous-muqueuse. CONCLUSIONS. L'utilisation prolongée des stents métalliques risque d'être limitée par l'intensité de la réaction inflammatoire qu'ils provoquent.