Une révolution tranquille : l'endoprothèse uréthrale de Wallstent (Urolume(r) AMS).

16 juillet 2001

Mots clés : Urèthre, sténose, endoprothèse uréthrale, lésion
Auteurs : Abbar M, Gelet A, Cuzin B, Viguier JL, Martin X, Maréchal JM, Dubernard JM
Référence : Prog Urol, 1993, 3, 771-777
14 patients (âge moyen 57 ans), présentant un rétrécissement de l'urètre postérieur ont été traités pas urétrotomie interne et implantation d'une ou plusieurs prothèses de Wallsten. La prothèse a dû être enlevée chez 2 patients (15%) et 12 patients (85%) présentent une perméabilité urétrale satisfaisante (suivi moyen 17,5 mois). Des complications ont été observées dans 50% des cas. Elles ont pu être traitées de façon satisfaisante dans 5 cas sur 6 par voie endoscopique (lithiase intra-prothétique ou sténose aux extrémités de l'endoprothèse); 2 patients incontinents, après mise en place de l'endoprothèse, ont pu retrouver une continence normale après mise en place d'un sphincter artificiel en aval de l'endoprothèse.L'endoprothèse de Wallsten nous paraît donc un traitement très satisfaisant des sténoses complexes récidivantes de l'urètre postérieur.