Une image à retenir Myoblastes et fibroblastes autologues dans l'incontinence urinaire d'effort

11 janvier 2008

Mots clés : IUE, incontinence urinaire
Auteurs : Jacques Irani
Référence : Prog Urol, 2007, 17, 7, 1378

Service d'Urologie, Hôpital de la Milétrie, Poitiers, France

Hannes Strasser, Rainer Marksteiner, Eva Margreiter, Germar Michael Pinggera, Michael Mitterberger, Ferdinand Frauscher, Hanno Ulmer, Martin Fussenegger, Kurt Kofler, Georg Bartsch : Autologous myoblasts and fibroblasts versus collagen for treatment of stress urinary incontinence in women : a randomised controlled trial. Lancet, 2007 ; 369 : 2179-2186.

Contexte : Des études précliniques ont suggéré que l'injection transuréthrale de myoblastes autologues pourrait participer à la régénération du rhabdosphincter et les fibroblastes dans la reconstruction de la sous-muqueuse urétrale. Cette étude a comparé de façon randomisée l'efficacité et la tolérance d'injection écho-guidée de cellules autologues (provenant de prélèvements de muscle squelettique) avec celles du collagène dans l'incontinence urinaire d'effort.

Conclusions : L'injection transuréthrale de cellules autologues était significativement plus efficace à 12 mois que celle de collagène.

L'image : Vue endoscopique de la muqueuse urétrale. (A) Avant traitement, muqueuse urétrale atrophique avec une adhésion ou coaptation faible. (B) 1 an après traitement, amélioration de la coaptation due à la régénérescence de la muqueuse urétrale et du rhabdosphincter. Les 2 images sont faites avec le même matériel dans des conditions identiques.

Commentaires : Les critères de jugement dans cette étude ont été divers : questionnaires, calendriers mictionnels, pad-tests, évaluations morphologique et fonctionnelle du sphincter par échographie transuréthrale et électromyographie : 38/42 (90%) des patientes qui avaient eu ce nouveau traitement étaient continentes comparées à 2/21 (9,5%) du groupe contrôle. Aucun effet indésirable n'a été noté chez les 63 patientes.

Cette étude aux résultats impressionnants pourrait inaugurer une nouvelle ère dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort. Cependant, les pseudo grandes découvertes qui n'ont fait qu'un feu de paille ont échaudé les cliniciens qui vont guetter avec impatience des confirmations de ces résultats par des équipes indépendantes et avec un recul plus important.