Un abcès pré-pubien de cause indéterminée

26 juin 2003

Mots clés : abcès, Infection, symphyse pubienne, pénis.
Auteurs : PEYROMAURE M., FLAM T., AMSELLEM-OUAZANA D., SAIGHI D., ZERBIB M., DEBRE B.
Référence : Prog Urol, 2003, 13, 306-307
Nous rapportons le cas d'une collection pré-pubienne douloureuse chez un homme jeune. Une exploration chirurgicale a permis de découvrir un abcès à Streptocoque A. La cause de cet abcès n'a pas été établie.

Un homme de 40 ans a consulté pour une douleur pubienne irradiant au pénis, survenue au retour d'un voyage à Madagascar. Le patient n'avait eu ni traumatisme, ni piqûre d'insecte. Le seul incident rapporté était une blessure d'un orteil sur du corail, dont la cicatrisation s'était fait spontanément en 2 semaines.

A l'examen, il existait une induration douloureuse au dessus de la racine du pénis, sans lésion cutanée. Le pénis était normal à la palpation.

La numération-formule sanguine et le ionogramme sanguin ne montraient pas d'anomalie. La sérologie VIH était négative. L'échographie pénienne montrait un épaississement non spécifique des tissus sous-cutanés autour des corps caverneux.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) a révélé une collection liquidienne de 4 x 4 centimètres située en avant de la symphyse pubienne (Figure 1).

Figure 1(A). Aspect IRM de l'abcès en coupe transversale : masse hypodense cloisonnée, située au dessus des corps caverneux.
Figure 1(B). Aspect IRM de l'abcès en coupe sagittale.

Il n'y avait pas de signe d'ostéite pubienne.

En l'absence d'amélioration après 4 jours d'antibiothérapie, une exploration chirurgicale a été réalisée. Celle-ci a permis l'évacuation d'environ 20 ml de pus.

L'analyse bactériologique du pus a isolé un Streptocoque A, sensible à la pénicilline et au cotrimoxazole. La recherche de bacilles de Koch était négative. L'analyse anatomo-pathologique de la coque de l'abcès a conclu à du tissu inflammatoire non tumoral.

L'évolution a été rapidement favorable avec des soins locaux, et le patient est sorti au 5ème jour sous cotrimoxazole pour 10 jours. L'examen clinique était normal à 1 et 3 mois.

Discussion

L'originalité de cette observation repose d'une part sur la rareté des abcès pré-pubiens, et d'autre part sur l'absence de cause retrouvée à cet abcès. En effet, les principales étiologies des abcès pré et rétro-pubiens sont les complications de la chirurgie du petit bassin (chirurgie urologique, gynécologique ou orthopédique) et les traumatismes du bassin. En dehors d'un contexte post-opératoire ou traumatique, les abcès pré-pubiens sont exceptionnels.

Chez ce patient, le diagnostic de sarcome des parties molles nécrotique a été évoqué. Cependant, la masse décrite en IRM ne présentait pas d'hypersignal après injection de Gadolinium, ce qui n'était pas en faveur d'une tumeur tissulaire [1]. D'autre part, l'étude anatomo-pathologique de la coque de l'abcès a confirmé l'absence de tissu malin.

Une tuberculose pubienne a également été évoquée. Les abcès pré-pubiens d'origine tuberculeuse ont comme point de départ une ostéite pubienne [2]. Ce patient n'avait aucun signe radiologique d'ostéite pubienne. De plus, l'absence de bacilles de Koch dans le prélèvement a éliminé l'hypothèse d'une tuberculose.

Dans notre observation, la seule cause possible à cet abcès est une dissémination bactérienne à partir de la plaie d'orteil. Cependant, cette hypothèse est peu probable compte tenu de l'absence de signes inflammatoires sur le membre inférieur.

A notre connaissance, il s'agit du premier cas d'abcès pré-pubien spontané à streptocoque A rapporté dans la littérature. Bien que l'origine de cet abcès n'ait pu être établie, le drainage associé à une courte antibiothérapie en ont permis la guérison.

Références

1. Ma L.D. : Magnetic resonance imaging of musculoskeletal tumors : skeletal and soft tissue masses. Curr. Probl. Diagn. Radiol., 28 : 29, 1999.

2. Rozadilla A., Nolla J.M., Rodriguez J., Del BlancoJ. Roig Escofet D. : Tuberculosis of the pubis symphysis. J. Rheumatol., 18 : 1271, 1991.