Tumeur infiltrante de vessie chez un transplanté rénal : cystectomie avec conservation prostatique et entérocystoplastie

16 juillet 2001

Mots clés : transplanté rénal, Vessie, tumeur urothéliale infiltrante, Cystectomie radicale
Auteurs : Koutani A, Lechevallier E, Coulange C
Référence : Prog Urol, 1997, 7, 277-280
BUT : Les principes du traitement des tumeurs de vessie de novo chez le transplanté rénal sont comparables à ceux des patients non transplantés. En cas de tumeur infiltrante, les techniques de rétablissement de la continuité urinaire après cystectomie sont possibles. Un cas de cystectomie avec entérocystoplastie pour tumeur infiltrante de vessie chez un transplanté rénal est rapporté.
MATERIEL ET METHODES : Il s'agit de la découverte d'une tumeur urothéliale infiltrante de vessie chez un homme de 62 ans, 3 mois après une 2ème transplantation rénale. Le traitement a été une cystectomie avec conservation prostatique et entérocystoplastie non détubulée.
RESULTATS : Avec un recul de 21 mois après la cystectomie, le patient est vivant sans récidive. Il est parfaitement continent le jour, avec des rapport sexuels normaux, sans reflux et sans résidu post-mictionnel. La fonction rénale est normale.
CONCLUSION : La cystectomie avec entérocystoplastie peut être un traitement des tumeurs infiltrantes de vessie chez le transplanté rénal. Ce traitement permet un contrôle carcinologique et un confort acceptable en respectant le transplant.