Schwannome du pénis : une tumeur rare et inhabituelle des organes génitaux externes

26 juin 2003

Mots clés : Pénis, Schwannome, nodules de Verocay, anticorps anti-protéine S-100.
Auteurs : AMARA N., LEROY X., NIVET J., ZINI L., BISERTE J., MAZEMAN E.
Référence : Prog Urol, 2003, 13, 324-325
Nous rapportons un cas isolé de schwannome du pénis, découvert chez un homme de 34 ans. Des critères anatomopathologiques et immunohistochimiques précis ont permis le diagnostic. Le traitement a consisté en une simple excision chirurgicale suivie d'une surveillance clinique.

Observation

Un homme de 34 ans s'est présenté avec un petit nodule indolore du fourreau du pénis. Il n'avait aucune symptomatologie fonctionnelle urinaire. L'examen clinique trouvait un nodule sous-cutané, solide, mobile, sur la face dorsale du fourreau du pénis d'environ 1,5 cm de diamètre. L'échographie mettait en évidence une masse solide et homogène. La prise en charge chirurgicale a révélé une lésion bien limitée de couleur blanchâtre.

Microscopiquement, il s'agissait d'une formation uni nodulaire limitée en périphérie par une capsule conjonctive. La lésion était composée de cellules fusiformes en vague et arrangées en faisceaux. Les noyaux étaient allongés, réguliers et s'alignaient en palissade donnant l'aspect de nodules de Verocay (Figure 1).

Figure 1 : Aspect histologique du schwannome du pénis. G x 40. Coloration HES : nodule de Verocay.

Les vaisseaux présentaient des parois épaisses hyalinisées. Il n'y avait pas d'atypies cyto-nucléaires ou d'activité mitotique significative et de nécrose. En immunohistochimie les cellules exprimaient fortement l'anticorps anti-protéine S-100. Le diagnostic de schwannome de type Antoni A était retenu. Le suivi à 18 mois n'a pas mis en évidence de récidive.

COMMENTAIRES

Le schwannome est une tumeur bénigne composée de cellules de Schwann. Il se présente aussi bien en situation superficielle que profonde, unique ou multiples, avec une légère prédilection pour les extrémités distales, la tête et la région du cou. Sa localisation sur le pénis est extrêmement rare. Seulement 13 cas ont été rapportés dans la littérature à notre connaissance. L'age des patient allaient de 24 à 74 ans [3]. Le schwannome est généralement sphérique ou ovoide bien limité, encapsulé. Microscopiquement, on en distingue classiquement deux types : Le type Antoni A à structure dense richement cellulaire avec nodules de Verocay et la forme Antoni B à structure plus lâche oedémateuse, moins cellulaire avec dégénérescence myxoide. Les diagnostics différentiels microscopiques sont principalement le léiomyome et le neurofibrome. Il s'agit d'une lésion bénigne d'évolution lente refoulant et comprimant les tissus voisins. L'étude immunohistochimique utilisant l'anticorps anti-protéine S-100 est indispensable pour établir le diagnostic. La transformation maligne est extrêmement rare et semble être toujours associée à une maladie de Von Recklinghausen [1, 3]. Le traitement de choix est la simple excision. Néanmoins une surveillance est recommandée car la tumeur peut récidiver [1, 2].

Références

1. Dehner L.P., Smith B.H., Soft tissue tumors of the penis. A clinicopathologic study of 46 cases. Cancer, 1970, 25, 1431-1447.

2. Marsidi P.J., Winter C.C. Schwannoma of penis. Urology, 1980, 16, 303-304.

3. Suzuki T., Ishigooka M., Tomaru M., Kubota Y., Kubota Y., Nakada T. Schwannoma of the penis : report of a case and review of the literature. Int. Urol. Nephrol. 1998, 30, 197-202.