Retransplantation rénale chez l'adulte - Etude pronostique comparative

16 juillet 2001

Mots clés : Transplantation rénale, transplantations itératives, Pronostic, résultat à long terme
Auteurs : Mouquet C, Benalia H, Chartier-Kastler E, Sylla C, Coriat P, Bitker MO, Richard F
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 239-243
BUTS : Les patients retransplantés ont longtemps été considérés comme des sujets à risque. Néanmoins, des études ont montré que la retransplantation pouvait donner de bons résultats à court terme. Le but de cette étude a été de comparer à long terme le devenir de patients retransplantés à des patients transplantés pour la première fois.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : Entre octobre 1987 et février 1997, 51 retransplantés (Groupe 1) ont été comparés à 96 patients (Groupe 2), appariés selon l'âge, le sexe et la date de transplantation, recevant un premier rein, âgés de 41 ± 10 ans, avec un recul moyen de 44 ± 32 mois.
RÉSULTATS : l'étiologie de la néphropathie, les mismatchs et la durée de dialyse avant la 1ère greffe ne diffèrent pas et la durée de dialyse avant la 2ème greffe est de 53 ± 54 mois. Dans le Groupe 1, la cause de perte du greffon est immunologique [34], chirurgicale [8], médicale [3], due à une récidive de la maladie [3] et à un arrêt du traitement [5]. Les hyperimmunisés sont plus nombreux dans le Groupe 1 (29,4% contre 5,2% p< 0,01. Les hyperimmunisés sont plus nombreux dans le Groupe 1 (29,4% contre 5,2% p <0,01). L'immunosuppression ne diffère que pour la Ciclosporine (65% Groupe 1 contre 45% Groupe 2, p<0,05). Les deux groupes ne diffèrent pas en terme de rejet aigu (33% Groupe 1 contre 48% Groupe 2), de créatinémie à la date des dernières nouvelles (140 ± 51 contre 139 ± 65 µmol/l) et de courbes de survie des patients à 5 et 8 ans (92 contre 82% et 92 contre 76%) et des greffons (85 contre 75% et 59 contre 61%).
CONCLUSION : cette étude confirme que la retransplantation peut être effectuée avec succès, même à long terme.