Résultats à long terme du traitement endoscopique du reflux chez les hémodialysés en attente de transplantation

16 juillet 2001

Mots clés : Reflux vésico-urétéral, Insuffisance rénale, opération anti-reflux, chirurgie endoscopique, résultat à long terme
Auteurs : Gabriele S, Dawhara M, Maréchal JM, Martin X, Gelet A
Référence : Prog Urol, 1991, 1, 894-899
De janvier 1986 à avril 1988, 13 patients (âge moyen 35 ans) en attente de transplantation (durée moyenne de l'hémodialyse : 46 mois) ont été traités selon la technique de O'Donnell. Le reflux était unilatéral chez 6 patients; bilatéral chez 7 (20 unités urétérales refluantes). Le reflux était de grade II pour 7 uretères; III pour 8 uretères et IV pour 5 uretères. Le volume de Téflon injecté a varié de 1 à 4 cm3 et 6 patients ont eu des injections itératives. Aucune complication n'est survenue. La disparition complète du reflux a été obtenue chez 9 patients (69%), soit 15 unités urétérales (75%). Le reflux a persisté chez 4 patients (31%), soit 5 unités urétérales (25%). 3 néphro-urétérectomies ont été réalisées chez 2 patients qui gardaient des reflux de haut grade mais 2 patients qui présentaient des reflux de grade I après traitement endoscopique n'ont pas été opérés. Tous les patients ont été transplantés après le traitement endoscopique (délai moyen correction du reflux -> greffe : 13 mois) et une cystographie de contrôle a été systématiquement réalisée après la transplantation (suivi moyen après la greffe : 27 mois). Aucune récidive du reflux n'a été mise en évidence (recul moyen après le traitement endoscopique : 40 mois). Le traitement endoscopique du reflux permet d'éviter dans plus de 80% des cas la néphro-urétérectomie chez les hémodialysés en attente de transplantation présentant un reflux.