Résultats de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein à partir d’une série de plus de 200 patients

25 novembre 2015

Auteurs : T. Benoit, N. Doumerc, R. Mathieu, F. Sallusto, J. Beauval, B. Malavaud, M. Soulié, P. Rischmann, N. Kamar, X. Game
Référence : Prog Urol, 2015, 13, 25, 723
Objectifs

Évaluer les résultats sur la morbidité péri-opératoire et sur la fonction rénale de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein.

Méthodes

Étude monocentrique incluant 226 patients consécutifs ayant eu une néphrectomie laparoscopique pour don de rein a été menée entre juin 2006 et octobre 2014. Les données sociodémographiques, anatomiques, la technique opératoire, les complications (selon la classification de Clavien Dindo) et l’évolution de la fonction rénale (par l’estimation du débit de filtration glomérulaire selon la formule du CKD EPI) ont été évaluées.

Résultats

L’âge médian des donneurs était de 51ans (23–78) avec 39,4 % d’hommes et 60,6 % de femmes. La durée opératoire moyenne était de 143,3±40,7min avec un saignement moyen de 76,5±101mL et un temps d’ischémie chaude moyen de 206,6±105sec. Sur une durée d’hospitalisation moyenne de 5,6±1,2jours, quatorze (6,1 %) complications sont survenues. La plus grave était de grade IIIb. Pour un suivi moyen de 22,9±4 mois, la fonction rénale des donneurs était significativement diminuée par rapport à la fonction rénale préopératoire (93,6±15,9 vs 64,6±14,8mL/min/1,73, respectivement, p <0,0001). Trente-quatre pour cent des patients avaient alors une insuffisance rénale modérée mais aucun n’a présenté d’insuffisance rénale sévère ou terminale durant le suivi.

Conclusion

La néphrectomie laparoscopique pour don de rein est une technique standardisée, associée à une morbidité limitée. En revanche, le don s’accompagne d’une altération modérée de la fonction rénale de façon durable.




 




Déclaration d'intérêts


Les auteurs n'ont pas transmis de déclaration de conflits d'intérêts.






© 2015 
Publié par Elsevier Masson SAS.