Récidive biologique secondaire après prostatectomie radicale : analyse multivariée des facteurs pronostiques cliniques, biologiques et histologiques

03 novembre 2001

Mots clés : prostate, Cancer, prostatectomie radicale, Facteurs pronostiques, Récidive
Auteurs : MALAVAUD B, GAME X, VILLERS A, MOUZIN M, MAZEROLLES C, RISCHMANN P, SARRAMON JP
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 277-282
Buts:Définir les variables cliniques, biologiques et histologiques associées à l'élévation secondaire, après une phase d'indétectabilité, du PSA après prostatectomie radicale. Matériels et méthodes:Il s'agit d'une étude prospective concernant 83 patients consécutifs opérés d'une prostatectomie radicale par voie rétropubienne dont le PSA post-opératoire à 3 mois était indétectable. Nous étudions grâce à une étude univariée puis multivariée la valeur prédictive de progression biologique secondaire de cinq critères préopératoires (âge, PSA total, score de Gleason sur les biopsies, biopsies positives de localisation apicale, stade clinique) et de quatre critères postopératoires (stade pathologique, score de Gleason sur la pièce, marges positives, suivi). Résultats:Avec un suivi médian de 36 mois, le taux de récidive biologique était de 19%. Cette dernière était associée à un score de Gleason biopsique supérieur ou égal à 7 (p = 0,04), un stade pathologique élevé (p = 0,03), un score histologique élevé (Gleason ? 7) (p < 0,01) et aux marges positives (p = 0,04). La régression logistique identifie le seul score de Gleason supérieur ou égal à 7 sur la pièce comme élément prédictif de progression biologique secondaire. Conclusion:La seule notion de marges positives ou de stade pathologique élevé est insuffisante pour identifier le risque de progression biologique après prostatectomie radicale. Le score de Gleason évaluant l'agressivité tumorale, le risque de micrométastases ou d'extension périprostatique, semble de plus d'intérêt.