Prostatectomie radicale : comparaison de la voie périnéale et de la voie rétro-pubienne (40 patients). Résultats préliminaires.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, prostatectomie radicale, voie d'abord périnéale, voie d'abord rétro-pubienne
Auteurs : Doublet JD, Lagrange L, Ciofu C, Thibault P, Gattegno B
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 33-39
La prostatectomie radicale par voie périnéale, décrite au début du siècle pour le traitement du cancer prostatique est actuellement reconsidérée à la suite du développement de techniques chirurgicales permettant la dissection des ganglions iliaques externes sous-veineux par une voie d'abord réduite. Vingt-quatre patients (groupe 1 ) ont subi une prostatectomie par voie périnéale et 16 (groupe 2) par voie rétro-pubienne. Le choix de la voie d'abord a été laissé à l'opérateur. Nous avons comparé de manière rétrospective les deux groupes. Tous les patients avaient un cancer prostatique histologiquement prouvé et cliniquement limité à la prostate. La durée de l'intervention, la survenue de complications, la différence entre hémoglobinémie pré et post-opératoire, le nombre de patients transfusés et la quantité de culots sanguins transfusés, la continence urinaire à trois mois et les résultats de l'examen anatomo-pathologique ont été étudiés. Trois patients opérés par voie périnéale et un patient opéré par voie rétro-pubienne ont eu une plaie rectale per-opératoire. Le nombre de patients transfusés (12,5% dans le groupe 1 et 37,5% dans le groupe 2) était significativement différent de même que la différence entre hémoglobinémie pré et post-opératoire pour les patients non transfusés (2,9 g/100 ml en moyenne dans le groupe 1 et 4,6 g/100 ml dans le groupe 2). Il n'y avait pas de différence significative entre les deux groupes quant à l'envahissement capsulaire ou séminal. Au total, seuls 16 patients sur 40 avaient une tumeur réellement intra-prostatique, soit une sous-estimation du stade du cancer dans 60% des cas. Bien que le nombre de patients dont la continence était imparfaite soit plus élevé dans le groupe 1, la différence observée n'est pas significative. La voie périnéale permet de réaliser la prostatectomie dans des conditions carcinologiques comparables à la voie rétropubienne en réduisant la perte sanguine per-opératoire. La fréquence des complications per-opératoires devrait décroître avec la pratique et l'habitude de l'anatomie périnéale.