Problèmes posés par la représentation de l'activité en Urologie. Travail coopératif des services d'urologie de l'APHP.

16 juillet 2001

Mots clés : organisation professionnelle, analyse d'activité, dépenses de santé, nomenclature d'actes chirurgicaux
Auteurs : Lukacs B, Cortesse A, Hermieu JF, Desgrandchamps F, Conort P, Desportes L, Hoznek A, Leprise P
Référence : Prog Urol, 1996, 6, 415-423
Les services d'Urologie de l'AP-HP ont entrepris un travail qui avait trois objectifs :1) Tester les indicateurs d'activité pour savoir si ils étaient bien adaptés à la mesure de l'activité chirurgicale effectuée, 2) connaître l'apport du PMSI pour la mesure de cette activité, 3) proposer des actions susceptibles d'améliorer la représentation de l'activité chirurgicale réellement effectuée par les services. Le résultat de ce travail montre que la moitié des interventions réalisées ne sont pas dans le champ du PMSI (ambulatoite, consultations externes). Dans un objectif d'allocation budgétaire ou de comparaison d'activité interservices, les indicateurs actuellement employés sont inadéquats et surtout induisent des déformations, variables d'un service à l'autre qui affectent fortement l'image de l'activité produite par ces indicateurs. Deux raisons principales expliquent ces déformations : l'utilisation de la NGAP et de la cotation pour mesurer l'activité (il existe une grande variation de cotation pour une même intervention, d'un service à l'autre, et le très mauvais recensement de l'activité effectuée en chirurgie ambulatoire. Ces deux raisons ne sont pas liées à l'action médicale. Disposer d'une nomenclature unique des actes chirugicaux serait un grand progrès à la condition que cette nomenclature nous permette de bien décrire notre activité et évolue en fonction de nos besoins. Si le PMSI est une nette évolution du système d'information, dans son état actuel, sa mise en place ne changera pas radicalement la situation. Le PMSI doit être élargi d'une manière ou d'une autre, à l'activité ambulatoire incluant l'activité de consultation externe. Si nous voulons que ces outils de mesure d'activité, qui conditionnent le calcul de nos budgets, soient adaptés à notre pratique, nous devons pouvoir analyser leur pertinence et les faire évoluer. Nous devons développer au sein de l'urologie ce champ de recherche médico-économique.