Modalités d'utilisation de la térazosine en pratique médicale courante chez des patients ambulatoires présentant des troubles mictionnels obstructifs et irritatifs

25 novembre 2001

Mots clés : hypertrophie bénigne de la prostate, térazosine, Médecine générale
Auteurs : SERMENT G, ROSSI D, REITZ C, BOUMENDIL O
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 254-260
Buts:Evaluer l'efficacité et décrire les modalités d'utilisation du chlorhydrate de térazosine dihydraté prescrit, dans les conditions de la pratique médicale quotidienne, à une vaste population de patients présentant une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP). Matériel et méthodes:1624 patients souffrant d'une HBP relevant d'un traitement médical ont été inclus dans cette étude clinique multicentrique de ville réalisée en ouvert par 983 médecins généralistes. Après une phase de titration d'une semaine, la térazosine a été administrée pendant 4 semaines à la posologie de 5 mg par jour en une seule prise le soir au coucher. L'efficacité du traitement a été mesurée sur l'évolution du score IPSS entre l'inclusion et la fin du traitement, le taux de réponse au traitement (baisse d'au moins 3 points du score IPSS) et l'évolution du score de qualité de vie. La tolérance du traitement a été évaluée par l'interrogatoire et l'examen clinique à chaque visite et par l'analyse de tout événement indésirable survenant en cours d'étude. Résultats:Une amélioration de 45,8% en moyenne du score IPSS (correspondant à une baisse moyenne de 8,81 points) a été mise en évidence entre J.0 et J.35 (p < 0,001). Le taux de réponse au traitement a été de 91,8%. Une amélioration moyenne de 2,11 points (p < 0,001) du score de qualité de vie a été obtenue. Une analyse complémentaire par sous-groupes (dysurie modérée n = 775 et HBP sévère n = 702) a montré que l'efficacité du traitement était indépendante de l'intensité initiale du trouble mictionnel.
La tolérance clinique du traitement a été jugée bonne dans 92,5 % des cas par les médecins investigateurs. Les événements indésirables imputables au traitement et reliés à une baisse de la pression artérielle sont survenus avec une incidence de 2,6%. Moins de la moitié (20/43, soit 1,25% de la population) des patients ayant présenté un E.I. de ce type ont dû interrompre leur traitement. La maniabilité du traitement a été considérée comme bonne dans 85,2% des cas. Conclusion : La térazosine constitue un traitement symptomatique efficace de l'HBP lorsque la chirurgie n'est pas indiquée, que l'intensité des troubles soit initialement modérée ou sévère. Sa tolérance apparaît tout à fait satisfaisante, dans une série de patients représentative d'une population ambulatoire de médecine générale concernée par l'HBP (âge, état de santé, traitements associés). Le schéma posologique progressif sur une semaine permet une initiation prudente du traitement et ne pose généralement pas de problème d'acceptabilité.