Lymphome primitif vésical chez le transplanté rénal : à propos d'un cas.

16 juillet 2001

Mots clés : Transplantation, transplanté rénal, Vessie, tumeur rare
Auteurs : Bitker MO, Bagnis C, Mouquet C, Rudelle E, Laradi A, Leblond V, Benalia H; Luciani J, Chatelain C
Référence : Prog Urol, 1992, 2, 908-912
Les auteurs rapportent l'observation d'un lymphome primitif vésical de type B, EBV (+), survenu chez un transplanté rénal à 14 mois de la greffe. Les suites post-opératoires avaient été marquées par trois épisodes de rejet précoce dont le dernier a nécessité l'emploi d'anticorps anti-CD3, puis l'introduction ultérieure de Ciclosporine. Après immuno-marquage montrant une prolifération oligoclonale, la lésion a été traitée par les anticorps monoclonaux anti-CD24 et anti-CD21. A vingt mois du traitement, le patient est en rémission avec une fonction rénale à 200 mmol/1 de créatinine plasmatique. L'Azathioprine et la Ciclosporine ont été interrompus. A l'occasion de cette observation, semble-t-il unique, les auteurs rappellent les caractéristiques habituelles des proliférations lymphocytaires chez le transplanté et insistent sur la rareté des localisations primitives intéressant l'appareil urinaire. Ils concluent sur l'intérêt des nouvelles modalités thérapeutiques que représentent les anticorps monoclonaux par rapport aux tentatives chirurgicales, radiothérapiques et/ou chimiothérapiques utilisées auparavant.