L’expression de PD-L1/PD-1 expression est-elle un facteur pronostique de réponse au BCG dans les tumeurs de vessie n’infiltrant pas le muscle de haut risque ?

25 novembre 2019

Auteurs : M. Roumiguié, E. Compérat, L. Chaltiel, F. Nouhaud, V. Graffeille, A. Masson-Lecomte, P. Colin, F. Audenet, N. Houédé, S. Larré, E. Xylinas, S. Brunelle, J. Piana Thomassin, J. Cotte, G. Pignot, Y. Neuzillet, M. Rouprêt
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 692-693
Objectifs

Évaluer l’association entre la survie sans maladie des tumeurs de vessie n’infiltrat pas le muscle (TVNIM) de haut risque (HR) traitées par BCG et l’expression de PD-L1.

Méthodes

Les TVNIM de HR provenant de 5 centres universitaires Français ayant reçu du BCG en induction et en entretien étaient rétrospectivement inclues. Les informations suivantes étaient colligées : stade pathologique, le grade, la présence de CIS concomitante, le nombre de lésion et la taille tumorale. Une analyse immunohistochimique centralisée sur échantillons de paraffine a permis la quantification de l’expression de CD3, CD8, PD-L1 (anticorps SP263/SP142, E1L3N, 28 8) dans les cellules tumorales et immunitaires.

Résultats

Cent quarante patients (médian âge 66,5 ans, male vs female  : 6 :1) étaient inclus. Les TVNIM étaient toutes de haut grade, les stades Ta/T1 étaient repartis respectivement Ta37,1 % (n =52) T162,9 % (n =88). Le nombre médian d’instillation délivrées pendant le schéma d’entretien était 6 (range 1–30) (Tableau 1). Durant un suivi médian était de 54,24 mois (IC95 %=49,91–58,68), 25 patients (17,9 %) avaient une récidive ou progression. Le taux de survie sans maladie à 72 mois était de 81,11 %. L’âge (HR=1,07 [1,02–1,13] p =0,009), l’expression de PD-L1 (Ac E1N3L) dans les cellules tumorales (HRdivpar 10=1,96 [1,28–3,00] p =0,02) et le ratio CD3/CD8 (HR=3,38 [1,61–7,11] p =0,01) étaient en analyse multivariée associés à la survie sans maladie (Tableau 2). Par contre, le statut PD-L1+ dans les cellules tumorales, défini dans les études précédentes comme SP1425 %/SP26325 %, n’était pas un facteur prédictif de l’échec du BCG (Fig. 1).

Conclusion

L’expression de PD-L1 et la population lymphocytairesT sont 2 facteurs prédictifs de la réponse au BCG. Par contre, les seuils définissant le statut PD-L1+ issus des études sur les TVIMM+ ne sont pas associés au pronostic. Les résultats des essais sur la combinaison BCG+inhibiteur check-point permettront de confirmer l’hypothèse du rôle clé joué par PD-L1 dans la résistance au BCG.




 





Fig. 1
Fig. 1. 





Déclaration de liens d'intérêts


Donation IPSEN Bourse AFU.




Tableau 1 -







Tableau 2 -









© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.