La morbidité de la prostatectomie radicale par voie rétropubienne: une expérience de 150 cas.

16 juillet 2001

Mots clés : prostate, Tumeur, prostatectomie radicale, voie d'abord rétro-pubienne, complication iatrogène
Auteurs : Bretheau D, Bochereau G, Veillon B, Brisset JM, Vallancien G
Référence : Prog Urol, 1994, 4, 523-531
Nous avons étudié la morbidité de la prostatectomie radicale par voie rétropubienne chez 150 patients opérés de décembre 1983 à mars 1993. Le taux de mortalité péri-opératoire a été nul. Une plaie rectale est survenue dans 3 cas (2%), réparée immédiatement, sans colostomie. La médiane des pertes sanguines per-opératoires a été de 1500 ml. Les complications péri-opératoires ont représenté 36,6% des cas. 8% des complications post-opératoires précoces (< 1° mois) ont nécessité une réintervention. Les complications majeures (thrombo-emboliques et septiques) ont représenté 3,2% des cas. Parmi les complications post-opératoires tardives, le taux de sténoses fibreuses de l'anastomose uréthro-vésicale a été de 12% avec une médiane de survenue de 4 mois; 3,6% des patients avaient une sténose anastomotique due à une récidive locale. Le taux d'incontinence urinaire persistante a été de 12,6% des cas (6,6% d'incontinence mineure, 5,3% d'incontinence modérée et 0,7% d'incontinence sévère). L'incontinence a été plus fréquente (p < 0,05) dans le groupe des 75 premiers patients traités. La fonction érectile a pu être conservée chez 19,8% des patients. Le taux d'impuissance post-opératoire a été significativement inférieur (p< 0,01) chez les patients de moins de 60 ans (65% vs 94,8%). La prostatectomie radicale, considérée comme le traitement le plus approprié du cancer de la prostate localisé, peut être actuellement réalisée avec une morbidité acceptable.