Intérêt pronostic de la NGAL urinaire pour le carcinome rénal à cellule claire

25 novembre 2013

Auteurs : P. De Sousa, F. Rose-Robert, Y. Pillat, H. Sevestre, G. Choukhroun, F. Saint
Référence : Prog Urol, 2013, 13, 23, 1018-1019




 



Objectifs .- Il n'existe actuellement pas de marqueur tumoral de type « PSA » dans la surveillance ou dans les choix thérapeutiques de cette maladie. La Neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin (NGAL) fait partie du groupe des glycoprotéines comme l'ACE. Son rôle au niveau tumoral est de se lier à la MMP-9 (métalloproteinases 9), pour stopper sa dégradation et permettre la prolifération, la migration et le remodelage tumoral.


Méthodes .- Étude rétrospective évaluant la valeur pronostique de la NGAL urinaire pour le carcinome rénal. De novembre 2004 à septembre 2012 au cours du geste de néphrectomie élargie, nous avons effectué prospectivement la préservation d'échantillons de sang, d'urine et de tumeur du rein. Cinquante échantillons ont été évalués dont 40 provenant de patients atteints d'un carcinome à cellules claires. Les urines ont été décongelées pour les besoins de l'étude et un dosage urinaire de la NGAL était réalisé par l'automate ARCHITECT®. Un dosage de la créatinine urinaire était associé. Les valeurs de NGALu/CREATu étaient alors corrélées aux données anatomocliniques des patients (âge, sexe, indice de masse corporelle, taille tumorale, clairance de la créatinine, stade TNM2009, grade de Furhman). Une évaluation de la survie sans progression et de la survie globale était réalisée en fonction des concentrations de NGALu/CREATu.


Résultats .- L'âge moyen était de 62ans [38-86], la répartition homme/femme était 28/22, l'IMC moyen de 28,4 [18,7-40,1]. Le suivi moyen était de 21,7 mois [0,6-86,9]. Le diamètre tumoral moyen observé était de 67mm [17-150]. La clairance de la créatinine moyenne était de 70mL/min [12-140]. Le rapport moyen de NGALu/CREATu était de 78,5 [0,2-2879] (médiane=1,4). Il existait une corrélation entre un rapport NGALu/CREATu supérieur à 1,4 et un stade tumorale plus agressif (pT3-p4) (p =0,005), un grade de Fuhrman élevé (Grade 3-4) (p =0,004) et la présence de métastases (p =0,04). La survie sans progression était associée au ratio NGALu/CREATu (médiane=1,4) (p =0,04).


Conclusion .- La NGAL urinaire pourrait constituer un marqueur pronostique intéressant pour le carcinome rénal à cellule claire. Un échantillon plus important et une analyse multivariée sont cependant nécessaires pour confirmer ces résultats.



Courbe de survie sans progression.






© 2013 
Publié par Elsevier Masson SAS.