Imagerie des bézoards candidosiques urinaires.

16 juillet 2001

Mots clés : infection urinaire, mycose, diabète, imagerie, scanner
Auteurs : El Fakir Y, Kabbaj N, Dafiri R, Imani F
Référence : Prog Urol, 1999, 9, 513-517
BUTS : Dégager le regain d'intérêt des infections candidosiques urinaires, du fait de la recrudescence des terrains immunodéprimés d'une part, et une meilleure connaissance de leurs manifestations radiologiques d'autre part.
MATÉRIEL ET MÉTHODES : 2 cas ont été rapportés de bézoards candidosiques diagnostiqués par UIV, échographie et TDM chez des patientes diabétiques insulino dépendantes.
RÉSULTATS : Dans le premier cas, il s'agit d'une atteinte rénale droite, sous forme d1un retard de sécrétion rénal à l'UIV avec présence d'une lacune pyélique, d'une dilatation des cavités excrétrices supérieures à l'échographie avec un bassinet dilaté occupé par une formation échogène sans cône d'ombre postérieur, qui s'est présenté en TDM sous forme d'une lésion hypodense discrètement hétérogène non rehaussée après injection.Dans le 2ème cas, il s'agissait d'une localisation pyélique droite et vésicale.Le diagnostic de candidose urinaire a été confirmé dans le premier cas par une montée de sonde ramenant des grumeaux blanchâtres, dont l'analyse et la culture sont en faveur d'une candidose; et le deuxième par l'examen direct et la culture des urines.La mise sous traitement (amphotéricien B) a permis dans les deux cas une amélioration puis une disparition des signes.
CONCLUSION : A côté des examens de laboratoire, l'imagerie grâce aux techniques non invasives, principalement échographie et TDM, mais aussi les ponctions percutanées, constitue un élément décisif dans la conduite diagnostique et des thérapeutiques des localisations urinaires des candidoses.