Fistules vésico-utérines.A propos de dix observations

27 octobre 2001

Mots clés : Fistule vésico-uterine, césarienne
Auteurs : TAZI K, EL FASSI J, KARMOUNI T, KOUTANI A, IBN ATTYA A, HACHIMI M, LAKRISSA A
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 1173-1176
Buts:Etudier les aspects étiopathogéniques, diagnostiques et thérapeutiques des fistules vésico-utérines. Matériels et méthodes:10 cas de fistules vésico-utérines (FVU) ont été observés sur une période de 10 ans. L'âge moyen des patients était de 32 ans(30-40). Les fistules étaient secondaires à une césarienne dans 6 cas et à un accouchement dystocique dans 4 cas.
Le motif de consultation était une fuite d'urine par le vagin dans 6 cas, une hématurie cyclique isolée dans 3 cas et l'association des deux signes dans un cas.
Le diagnostic a été posé par l'examen clinique dans 8 cas.
L'urographie intraveineuse (UIV) a été réalisée chez toutes nos patientes et n'a visualisé la cavité utérine que dans 8 cas. Dans les deux cas restants le diagnostic a été posé par l'urétrocystographie rétrograde et mictionnelle (UCRM).
Le traitement a été chirurgical pour 9 patientes. Une patiente ayant une meno-urie a refusé l'intervention. Résultats : Le diagnostic des FVU est le plus souvent posé par la clinique mais nécessite le plus souvent le recours aux examens complémentaires surtout dans les formes meno-uriques. L'UIV quoique ne permettant pas de poser le diagnostic dans tous les cas est un examen indispensable car permet de rechercher une lésion urétérale associée. Avec un recul moyen d'un an le résultat jugé sur la disparition des signes cliniques a été bon chez toutes les patientes. Conclusion:Les FVU sont le plus souvent secondaires à une césarienne ou à un accouchement dystocique. Leur traitement est chirurgical mais est avant tout préventif en améliorant le prise en charge obstétricale et en évitant les lésions vésicales au cours des césariennes.