Fistules urétéro-vaginales. Alternatives thérapeutiques à propos de 10 cas

08 octobre 2001

Mots clés : Fistules urétéro-vaginales, chirurgie pelvienne, Traitement
Auteurs : TAZI K, MOUDOUNI S, KOUTANI A, IBN ATTYA A, HACHIMI M, LAKRISSA A
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 83-88
Buts : Le but de ce travail est d'analyser les aspects épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques des fistules urétéro-vaginales (F.U.V.) à travers une étude rétrospective de 10 observations.Matériel et Méthode : L'étiologie est dominée par la chirurgie gynécologique et obstétricale : 5 hystérectomies, 4 césariennes et un cas de récidive de cancer du rectum.Le diagnostic est posé sur l'anamnèse et l'examen gynécologiquesous valves.L'urographie intraveineuse confirme la lésion urétérale et renseigne sur le haut appareil urinaire. Le traitement a consisté en une réimplantation urét éro-vésicale dans 3 cas.Chez 5 patientes une urétéro-urétérostomie a été réalisée, le moignon urétéral distal étant repéré par perforation sous urétéroscopie à l'aide d'une sonde urétérale abandonnée dans le rétropéritoine.Dans un cas l'assèchement de la fistule a été obtenu grâce à la mise en place d'une sonde urétérale sous contrôle urétéroscopique.Résultats : Le contrôle urographique à distance est satisfaisant chez 7 patients et une hypotonie résiduelle est observée chez deux patientes qui ont eu une réimplantation (Leadbetter-Politano). Une patiente non opérée (fistule néoplasique) est perdue de vue.Conclusion : Les F.U.V. sont peu fréquentes.Elles surviennent après une chirurgie pelvienne difficile.Le meilleur traitement est représenté par la prévention de la lésion.L'anastomose urétéro-urétérale après urétéroscopie préopératoire est une technique qui nous a donné satisfaction.