Évaluation fonctionnelle à long terme et qualité de vie des femmes traitées par cystectomie totale et entérocystoplasties pour un cancer de la vessie localisé

25 novembre 2012

Auteurs : G. Legrand, M. Rouanne, Y. Neuzillet, F. Cour, A. Vidart, J.-M. Hervé, L. Yonneau, D. Bohin, N. Letang, H. Botto, T. Lebret
Référence : Prog Urol, 2012, 13, 22, 762




 

Objectifs.– Évaluer la qualité de vie globale et fonctionnelle des femmes traitées par cystectomie totale et entérocystoplastie en Z pour un cancer de la vessie localisée infiltrant le muscle.


Méthodes.– Entre juin 1995 et décembre 2011, les patientes traitées par cystectomie totale et entérocystoplastie en Z pour un cancer de la vessie localisé ont été sollicitées lors d’un entretien personnalisé au cours duquel leur mode mictionnel était évalué. Deux questionnaires leur ont été soumis : l’échelle de qualité de vie Contilife évaluant le retentissement de leur incontinence urinaire sur leur qualité de vie et le questionnaire SF-12 évaluant leur qualité de vie globale au moyen d’un score de santé physique et mentale.


Résultat.– Parmi 39 patientes, 26 d’entre elles (67 %) ont répondu aux questionnaires. Leur âge médian était de 62ans (41–81), le stade pathologique sur la pièce de cystectomie était de 8 pTis-pT1 (31 %), 13 pT2 (50 %) et 5 pT3 (19 %), leur statut ganglionnaire était de 23 pN0 (89 %) et 3 pN1 (11 %). La durée médiane du suivi était de 4,5ans (0–17). Au total, six patientes avaient une incontinence urinaire (IU) diurne et nocturne (23 %), une patiente (4 %) une IU diurne uniquement et six patientes (23 %) une IU nocturne uniquement. Elles utilisaient en moyenne 1,4 (1 ; 3) protections par jour. Six patientes (23 %) effectuaient des autosondages quotidiens. Le score global moyen du questionnaire Contilife était 58/140 (15–99). Parmi elles, 18 patientes (70 %) déclaraient se sentir bien dans leur peau malgré leurs troubles urinaires et 16 patientes (62 %) disaient être un peu ou pas du tout gênée par le fait d’avoir à porter des protections. Concernant le questionnaire SF12, le score moyen de santé physique était de 41/70 et le score moyen de santé mentale de 45/72. Au total, 18 patientes (70 %) jugeaient leur santé bonne, très bonne ou excellente.


Conclusion.– L’entérocystoplastie en Z après cystectomie totale est un mode de dérivation urinaire qui offre aux patientes une qualité de vie satisfaisante sur le long terme tant sur le plan fonctionnel que sur le plan général.




Haut de page



© 2012 
Publié par Elsevier Masson SAS.