Étude COMBOREIN : évaluation ex vivo de la réponse de carcinomes rénaux à cellules claires à des thérapies ciblées pour une médecine de précision

25 novembre 2019

Auteurs : C. Sarrazin, N. Peilleron, Q. Franquet, C. Pillet, C. Roelants, G. Fiard, J.A. Long, J. Descotes, O. Filhol-Cochet
Référence : Prog Urol, 2019, 13, 29, 645
Objectifs

Le taux de réponse aux thérapies ciblées, traitement de première intention dans le carcinome rénal à cellules claires (CRCC) métastatique, est variable selon les patients et il n’existe aucun dispositif permettant d’évaluer la sensibilité d’un patient aux traitements avant administration. L’objectif de cette étude était d’évaluer les performances de la culture organotypique de coupes tumorales pour déterminer l’efficacité des thérapies ciblées sur le CRCC ex vivo.

Méthodes

Étude prospective, monocentrique, descriptive, non contrôlée, en ouvert. Les patients opérés d’une néphrectomie pour tumeur du rein localisée étaient inclus. Deux fragments tumoraux étaient prélevés sur la pièce opératoire sans compromettre l’analyse histologique. Des coupes tumorales étaient réalisées à partir de ces fragments et mises en cultures pendant deux jours dans un milieu contenant des thérapies ciblées utilisées dans le traitement du CRCC (SUNITINIB, PAZOPANIB et TEMSIROLIMUS) ou un témoin négatif (DMSO). La proportion de cellules mortes après traitement était déterminée par une analyse de viabilité. Les données cliniques des patients étaient collectées prospectivement. Les tumeurs d’anatomopathologie différente du CRCC étaient exclues des analyses.

Résultats

Trente coupes issues de 18 patients ont été analysées. La différence de mortalité cellulaire entre les coupes traitées par SUNITINIB et celles traitées par DMSO était significative (différence de moyenne 28,4 %, IC95 % [17,1–39,7] p <0,0001), ainsi qu’entre les coupes traitées par TEMSIROLIUMS ou PAZOPANIB et DMSO (différence de moyenne de 15,7 %, IC95 % [4,6–27,8] p =0,006 et 11,9 %, IC95 % [2,2–21,6] p =0,01, respectivement). Le SUNITINIB était le traitement le plus efficace pour 20 coupes (66 %). Pour 13 patients (72 %) plusieurs analyses de viabilité étaient réalisées sur des coupes prélevées à des sites différents de la tumeur. Pour 8/13 patients (61,5 %), le traitement le plus efficace variait entre les différentes analyses, traduisant l’hétérogénéité intratumorale.

Conclusion

La culture organotypique de coupes tumorales de CRCC permet d’apprécier l’efficacité des thérapies ciblées sur les tumeurs ex vivo. Il est nécessaire de tester l’efficacité d’un même traitement sur plusieurs coupes différentes pour appréhender l’hétérogénéité intratumorale. Des études supplémentaires sont requises avant l’utilisation de ce modèle comme outil de prédiction de la sensibilité d’un patient aux thérapies ciblées.




 




Déclaration de liens d'intérêts


Fondation FOCH.






© 2019 
Publié par Elsevier Masson SAS.