Cystites interstitielles : réévaluation des patients ne répondant pas aux thérapeutiques standards

03 novembre 2001

Mots clés : cystite interstitielle, obstruction péri-uréthrale, Femme
Auteurs : LEMACK GE, ZIMMERN PE
Référence : Prog Urol, 2001, 11, 239-244
Objectif:La cystite interstitielle est une pathologie rare pour laquelle il n'existe aucun test spécifique et dont le diagnostic est fréquemment porté en excès, ce qui aboutit à des traitements prolongés et parfois inadaptés, de nombreux patients étant traités pendant une période prolongée avec différents traitements et ce sans aucune amélioration. Cette expérience clinique nous a poussé à réévaluer le diagnostic de cystite interstitielle chez des patients en échec thérapeutique. Patients et Méthode:De décembre 95 à octobre 98, vingt-trois patients (21 femmes, 2 hommes) ont été pris en charge pour des troubles vésico-sphinctériens avec un diagnostic présumé de cystite interstitielle. Ces patients avaient déjà reçu au moins un traitement pour cette pathologie (instillation endovésicale de DMSO ou d'héparine, Elmiron per os, ou hydrodistension), le plus souvent avec un bénéfice très limité. La réévaluation diagnostique de ces patients a comporté un ECBU, une débitmétrie avec mesure du volume résiduel post mictionnel, une cystoscopie, une cystomanométrie avec étude pression/débit (21 patients), une uréthrocystographie mictionnelle (17 patients) et une IRM de l'urèthre (9 patients). Résultats : Parmi les 23 patients qui nous avaient été adressés avec le diagnostic présumé de cystite interstitielle, seuls 4 remplissaient les critères diagnostiques du NIH. Un patient ne répondait pas à ces critères mais a répondu de manière positive au traitement de la cystite interstitielle. En revanche, la découverte d'une pathologie uréthrale a été fréquente (obstruction par fibrose péri-uréthrale distale : cinq patients, micro-diverticule uréthral : deux patients, uréthrite chronique : deux patients) et ce notamment chez les patientes pour lesquelles l'étude pression/débit était anormale. Conclusion:la plupart des patients adressés avec le diagnostic présumé de cystite interstitielle ont une autre pathologie démasquée par des explorations plus approfondies. L'examen urodynamique avec étude de la relation pression débit nous a semblé indispensable dans cette situation. Nous pensons que si l'examen clinique met en évidence une sensibilité douloureuse de l'urèthre ou s'il existe une anomalie de l'étude pression/débit, il est alors nécessaire de poursuivre les investigations.