Cure d'incontinence urinaire féminine par bandelette de prolène «TVT» : résultats préliminaires d'une enquête multicentrique et prospective

22 octobre 2001

Mots clés : incontinence urinaire féminine, Bandelette sous-uréthrale, technique chirurgicale
Auteurs : SOULIE M, DELBERT-JULHES F, CUVILLIER X, MOULY P, THANWERDAS J, DUFEUIL P, LARROQUE JM, BERNSTEIN J, SOULIE R, CHEMASLE C, BRUCHER P, VAZZOLER N, SEGUIN P, PONTONNIER F, PLANTE P
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 622-628
Objectifs:Evaluer par une étude prospective et multicentrique (6 centres privés, 1 CHG et 1 CHU) la morbidité péri-opératoire et les résultats fonctionnels à court terme du procédé TVT dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort féminine. Patients et Méthodes:De novembre 1996 à septembre 1999, 120 patientes d'un âge moyen de 65,2 ans (37-91) ont été opérées avec la technique TVT pour une incontinence urinaire d'effort isolée (stade 2 ou 3) dans 94 cas et associée à un trouble statique pelvien dans 26 cas. 59 patientes (49,2%) étaient en récidive d'incontinence urinaire déjà opérée entre 1 et 4 fois. L'examen clinique a mis en évidence une hypermobilité de l'urètre dans 73 cas (60,8%), une insuffisance sphinctérienne clinique isolée dans 47 cas (39,2%) et des troubles statiques pelviens dans 31 cas. L'examen urodynamique réalisé chez 113 patientes a montré l'existence d'une insuffisance sphinctérienne dans 65 cas (57,5%) avec une pression de clôture urétrale maximum moyenne de 18 cm d'H2O (5-29). Résultats:L'intervention réalisée avec une rachi-anesthésie dans 97 cas (80,8%), une anesthésie générale dans 16 cas (13,3%) et locale dans 7 cas (5,8%) a duré en moyenne 28,7 min. pour la pose du TVT (15-60 jours). Douze plaies vésicales (10%) et deux hématomes pelviens (1,7%) ont constitué les complications péri-opératoires. Aucun cas d'infection, d'érosion ou de migration de la bandelette n'a été rapporté. Dans le groupe des 94 patientes opérées uniquement avec le "TVT", la durée moyenne de séjour a été de 2,6 jours (1-7). Douze patientes (10%) ont eu recours aux auto-sondages pendant 2 à 30 j. Avec un recul moyen de 15,2 mois (36-6), la continence était normalisée chez 104 patientes soit un taux de guérison de 86,7% des cas. Une amélioration a été notable dans 11 cas ( 9,2%) et cinq échecs (4,2%) ont été rapportés. Conclusion:Le procédé TVT est une nouveauté dans le traitement de l'incontinence urinaire d'effort féminine. Ses avantages sont la simplicité, la rapidité de l'acte technique et l'efficacité à court terme sur la continence. Un recul plus important est indispensable pour apprécier le devenir fonctionnel et la tolérance urétrale à long terme.