Biphosphonates et ostéonécrose

20 janvier 2007

Mots clés : Biphosphate, ostéonécrose
Auteurs : Jacques Irani
Référence : Prog Urol, 2006, 16, 602-602

Une image à retenir

Figure 1 : Biphosphonated-associated osteonecrosis (arrow) in a patient with multiple myeloma receiving pamidronate.



Contexte
: L'utilisation intraveineuse de biphosphonates pour traiter des patients porteurs de métastases osseuses a débuté en 1995 et les 1ers cas d'ostéonécrose associés à ce traitement ont été décrits en 2003. Des centaines de cas ont été rapportés depuis dans le monde. Conclusions: Cet article résume les connaissances actuelles sur l'ostéonécrose de la mâchoire associée au traitement par biphosphonates. Les auteurs décrivent la pathogenèse probable ainsi que les options de prise en charge. Ils mettent également l'accent sur des questions-clés qui ne sont pas encore élucidées.

L'image : Ostéonécrose (flèche) associée à l'utilisation de biphosphonates (pamidronate) chez un patient ayant un myélome multiple. Commentaires: L'ostéonécrose de la mâchoire associée à l'utilisation de biphosphonates peut survenir spontanément ou après une intervention telle qu'une extraction dentaire. Cette complication peut entraïner des douleurs importantes mais être également parfois asymptomatique. La durée du traitement (> 36 mois) est un facteur de risque bien que des cas ont été décrits après quelques mois d'utilisation. Les composés utilisés en intraveineux et comportant un groupe amino terminal (ex le pamidronate) ou une chaïne latérale comportant du nitrogène (ex le zoledronate) semblent présenter les risques les plus élevés.

L'incidence de cette complication n'est pas établie. Dans cette étude, le taux chez les patients ayant un cancer de prostate traités par pamidronate ou acide zoledronique était de 7%.

Faut-il arrêter ou modifier les biphosphonates en cas d'ostéonécrose ? Durant un traitement dentaire ? Les auteurs discutent les arguments pour et contre en l'absence de preuve établies actuellement. Les praticiens amenés à prescrire les biphosphonates et les dentistes devraient connaïtre cette complication et collaborer au mieux afin de la diagnostiquer précocement.