Sphinctérotomie chirurgicale (Incontinentation)

02 avril 2010

Mots clés : Incontinentation, Sphinctérotomie chirurgicale
Auteurs : A Ruffion, X Game, G Karsenty, M de Seze, E Castel, S Bart, JJ Labat, P Grise, C Scheiber-Nogueira, L Cormier, P Denys
Référence : Fiches d'information patient, 2010, 9, 6, 1-3

Introduction / objectif

Objectif

Permettre que les urines soient éliminées rapidement et complètement de la vessie, sans avoir recours à des sondages.

L’organe

Après une lésion de la moelle épinière on peut parfois noter une modification du fonctionnement du sphincter urinaire de la vessie qui tarde à s’ouvrir ou bien reste fermé au moment de la miction. Ce dysfonctionnement est source d'incontinence, de difficulté à uriner et de vidange incomplète de la vessie. De plus sans traitement il est possible d’avoir des complications rénales, des calculs et des infections urinaires.

Principe de l’intervention

Pour obtenir la vidange de la vessie, on peut utiliser les contractions réflexes du muscle vésical. Il est dans ce cas important de diminuer l'importance de l'obstacle entraîné par l'absence de relaxation sphinctérienne durant la contraction vésicale. L'objectif est d'obtenir une vidange complète rapide et à basse pression. Dans un premier temps il est possible d'utiliser un traitement médical. En cas d'inefficacité on peut proposer d’insérer une prothèse à l’intérieur du sphincter. C’est ce que l’on appelle une « sphinctérotomie prothétique ». Chez certains patients on peut proposer une sphinctérotomie chirurgicale qui consiste à sectionner le sphincter urinaire. Cette intervention est définitive et irréversible.

Autres options de prise en charge

Le traitement de référence de ces troubles est le sondage intermittent propre de la vessie. La sphinctérotomie s'adresse donc à des patients de sexe masculin, ne pouvant (tétraplégie haute) ou ne voulant pas utiliser l'auto sondage, tolérant bien l'étui pénien, et après échec du traitement médical.

L’intervention / le séjour

Éléments à vérifier par le patient avant le geste pour qu’il se déroule le mieux possible

Si vous avez des difficultés d’appareillage avec les étuis péniens, il est important que vous le signaliez à l’urologue.
Une consultation d’anesthésie va être faite (Un à trois mois avant le geste)
  • Pensez à amener toutes vos ordonnances et les examens de sang récents
  • Il est important que vous signaliez : toute allergie, la prise d’anti-coagulants, tout problème médical qui vous semble important à signaler.
Si vous avez des problèmes cutanés ou une fragilité particulière, signalez-le au cadre infirmier pour qu’il puisse le cas échéant prévoir un lit adapté. De même, si vous avez un fauteuil roulant, demandez-lui s’il est possible de garder votre fauteuil dans la chambre durant la période d’hospitalisation.
Une semaine avant l’intervention : faites faire un nouvel ECBU. En cas d’infection urinaire, un traitement doit impérativement être prescrit au moins 48H avant le geste.
En arrivant dans le service, signalez les éventuels problèmes cutanés que vous avez, de même que la présence d’une infection urinaire et le traitement qui vous a été prescrit.
Pendant l’hospitalisation, n’hésitez pas à demander à l’équipe infirmière de réaliser des lavements évacuateurs ou des touchers rectaux si vous en avez besoin tous les jours pour garder un transit équilibré.

Technique opératoire

La sphinctérotomie consiste à couper le sphincter strié. Chez certains patients, on peut couper le sphincter strié et le sphincter du col vésical ou associer une résection de la prostate en cas d’obstacle suspecté à ces niveaux. L’ensemble du geste est fait par voie endoscopique, en passant les instruments à travers le canal de l’urètre.

Durée prévisible

  • de l’intervention : 1H
  • du passage en salle de réveil : 1H
  • du séjour : 1 à 3 jours

Suites habituelles

Sortie de salle de bloc avec une sonde à demeure et un lavage vésical
Vérification de la bonne vidange vésicale après ablation de la sonde à demeure trois ou quatre jours après l’intervention.

Le retour à domicile

Préparation à la sortie et soins à domicile

Ordonnances de sortie : consultation de contrôle (1-3 mois) pour vérification du bon fonctionnement de la sphinctérotomie

Reprise d’activités

Elle est possible dès la sortie de l’hôpital

Suivi postopératoire

Il est conseillé de vérifier la bonne vidange vésicale une fois par an par une échographie, car le sphincter peut devenir de nouveau obstructif après quelques années.

Risques et complications

Complications pendant l’opération

  • Risque vital : si saignement important dans les suites de la sphinctérotomie chirurgicale.
  • Augmentation de la tension artérielle pour les patients qui souffrent d’hyperréflexie

Complications postopératoires précoces

  • Saignement important par le canal de l’urètre
  • Infection urinaire fébrile
  • Augmentation de la tension artérielle pour les patients qui souffrent d’hyperréflexie

Complications tardives

  • Récidive de l’obstruction par rétrécissement du canal de l’urètre

Autres sources d’information

Année de rédaction de la fiche : 2008
Année d’actualisation de la fiche : 2008
* L’Association Française d’Urologie n’assume aucune responsabilité propre en ce qui concerne les conséquences dommageables éventuelles pouvant résulter de l’exploitation des données extraites des documents, d’une erreur ou d’une imprécision dans le contenu des documents.