L'urétéroscopie a-t-elle toujours une place dans le traitement des calculs de l'uretère?

21 octobre 2001

Mots clés : Uretère, Calcul, Urétéroscopie
Auteurs : YAO B, RAVERY V, DELMAS V, BOCCON-GIBOD L
Référence : Prog Urol, 2000, 10, 537-541
Objectifs:Evaluer les résultats obtenus par l'urétéroscopie pour traiter les calculs de l'uretère et les complications qui lui sont liées. Matériel et méthodes:74 urétéroscopies sont étudiées rétrospectivement, dont 62 pour calcul de l'uretère pelvien. Une fragmentation in situ a été nécessaire dans 28,4% des cas. Le succès est défini comme l'absence de calcul un mois après l'urétéroscopie. Les taux de succès sont analysés en fonction de la taille, du siège du calcul, de la nécessité d'une fragmentation et du sexe du patient. Résultats:La morbidité est de 6,8%. Le succès est obtenu dans 60,8% des cas : 72,7% chez les femmes et 55,8% chez les hommes. La taille moyenne des calculs traités avec succès est statistiquement inférieure (6,2 ± 2,1 mm) à celle des calculs pour lesquels le résultat est mauvais (7,8 ± 3,7 mm) (p = 0,044 ; Spearman). Conclusions:La taille, le siège du calcul et le sexe du patient influencent les résultats de l'urétéroscopie. L'urétéroscopie pour calcul reste d'actualité à la fois après échec de la lithotripsie extra-corporelle, mais également lorsque l'accès à un lithotripteur de bonne efficacité est difficile.