Les effets secondaires génito-urinaires de la curiethérapie pour cancer de la prostate localisé (1ère partie)

25 novembre 2004

Mots clés : radiothérapie, Curiethérapie, cancer de prostate
Auteurs : Rodolphe THURET, C. HENNEQUIN, F. DESGRANDCHAMPS
Référence : Progrès FMC, 2004, 14, 4, 3-7
Définition de l'échelle de toxicité urinaire modifiée du RTOG (Radiation Therapy Oncology Group).
  • Grade 0
    • Absence de signes fonctionnels urinaires.
  • Grade 1
    • Signes fonctionnels urinaires obstructifs et/ou irritatifs présents sans médicalisation.
    • Doublement de la fréquence des mictions diurnes ou nocturnes et/ou dysurie.
  • Grade 2
    • Nécessité d'un traitement par alpha-bloquant.
    • Pollakiurie diurne et nocturne inférieure à 1 heure.
  • Grade 3
    • Hospitalisation pour chirurgie mineure
    • Dysurie, douleurs pelviennes ou spasmes vésicaux nécessitant des analgésiques.
    • Hématurie macroscopique avec ou sans caillots. Rétention aiguë d'urine.
  • Grade 4
    • Hospitalisation prolongée ou chirurgie majeure.
    • Hématurie nécessitant une transfusion et rétention aiguë d'urine non secondaire au passage de caillots. Nécrose ou ulcération de l'uréthre.
  • Grade 5
    • Complication létale.