Hydrocèle (Intervention pour hydrocèle)

01 avril 2010

Mots clés : bourse, hydrocèle
Auteurs : Association Française d'Urologie
Référence : Fiches d'information patient, 2010, 1, 1, 1-2
L’intervention, qui vous est proposée, est destinée à traiter la grosseur que vous présentez au niveau de la bourse.

Pourquoi cette intervention ?

Une hydrocèle est une accumulation de liquide dans une « poche » entourant le testicule. Cette hydrocèle est responsable d’une augmentation de volume plus ou moins importante d’une bourse. Il s’agit d’une maladie bénigne qui ne risque ni de s’infecter ni d’évoluer vers une maladie plus grave.
Elle peut par contre être responsable d’une gêne, de douleurs ou d’un préjudice esthétique.
L’intervention a pour but de rendre à votre bourse un volume normal et de faire disparaître les symptômes pour lesquels vous avez consulté.
L’absence de traitement vous expose au risque d’augmentation de volume de la bourse avec apparition ou aggravation des troubles cliniques.

Existe-t-il d’autres possibilités ?

Il n’existe pas de traitement médical de l’hydrocèle.
Le traitement de l’hydrocèle par ponction ou injection de produit sclérosant peut être proposé mais le risque de récidive est important et le traitement secondaire par chirurgie devient plus difficile.

Préparation à l’intervention

Comme pour toute intervention chirurgicale, une consultation d’anesthésie pré-opératoire est nécessaire quelques jours avant l’opération.
L’intervention se déroule sous anesthésie générale ou loco-régionale.
Le rasage et la désinfection de la zone opératoire sont réalisés la veille ou le matin de l’intervention.

Technique opératoire

L’intervention est menée par une courte incision au niveau de la bourse ou au dessus du pli de l’aine.
Elle consiste à enlever la poche ou à simplement la froncer en fonction des anomalies rencontrées en per-opératoire.
Un drain est parfois laissé en place temporairement.

Suites habituelles

Si un drain a été mis en place, il est retiré dans les premiers jours postopératoires ; la douleur au niveau de l’incision est habituellement minime et temporaire
La durée d’hospitalisation varie de un à quelques jours sur les indications du chirurgien.
Des soins locaux à domicile sont prescrits ; les bains sont déconseillés jusqu’à ce que la cicatrisation soit obtenue.
Pendant quelques semaines la bourse reste augmentée de volume et une petite tuméfaction autour du testicule peut parfois persister, correspondant à la « poche » cicatrisée.
La convalescence et l’arrêt de travail sont adaptés au métier que vous exercez.
Une consultation de contrôle avec votre urologue est prévue quelques semaines après l’intervention.

Risques et complications

Toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques y compris vitaux, tenant à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle et peuvent parfois ne pas être guérissables.
Au cours de cette intervention, le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole prévu.
Certaines complications sont liées à votre état général et à l’anesthésie ; elles vous seront expliquées lors de la consultation préopératoire avec le médecin anesthésiste et sont possibles dans toute intervention chirurgicale.
D’autres complications directement en relation avec l’opération sont rares mais possibles :
  • Hématome : un saignement pendant ou après l’intervention peut conduire à la constitution d’un hématome de la bourse, éventuellement étendu aux organes génitaux externes; une réintervention pour arrêter le saignement et drainer l’hématome peut être nécessaire.
  • Retard de cicatrisation pouvant nécessiter des soins locaux prolongés.
  • Infection : l’existence d’un écoulement par l’ incision , de signes d’infection généraux comme de la fièvre, ou locaux comme une inflammation de la bourse, peuvent entraîner la mise en route d’un traitement antibiotique adapté et le traitement d’un éventuel abcès par votre chirurgien.
  • Atrophie testiculaire : elle est de survenue exceptionnelle après chirurgie de l’hydrocèle.
  • Récidive : le risque est extrêmement faible.
Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.
* L’Association Française d’Urologie n’assume aucune responsabilité propre en ce qui concerne les conséquences dommageables éventuelles pouvant résulter de l’exploitation des données extraites des documents, d’une erreur ou d’une imprécision dans le contenu des documents.