Editorial

03 février 2009

Auteurs : Antoine Valéri
Référence : Progrès FMC, 2008, 18, 4, 3
Chers lecteurs,
Ce numéro de Progrès en Urologie-FMC nous propose à nouveau des sujets variés et proches de nos préoccupations cliniques quotidiennes.
Jean-Philippe Haymann, néphrologue à l’hôpital Tenon, attire notre attention sur les relations entre maladie lithiasique calcique et risque de fractures osseuses, suggérant un lien entre minéralisation des calculs et déminéralisation de l’os. Après une revue des mécanismes de l’hypercalciurie et de l’impact sur l’os des régimes pauvres en calcium, il précise pour quels patients il faut réaliser en plus du bilan métabolique standard à toute lithiase, une évaluation spécialisée (sujets jeunes, néphrocalcinose, activité lithiasique intense, anomalies biologiques). Il insiste sur la nécessité de prendre un laitage par repas et d’éviter tout régime pauvre en calcium.
Dans un article concernant la chirurgie ambulatoire, l’équipe du Centre hospitalier universitaire de Lille traite d’un sujet d’actualité, puisqu’au centre des préoccupations des administrations hospitalières et de l’Assurance-maladie, tant la France a pris de retard dans ce domaine.
Un autre article fait le point sur la place de la surveillance active dans l’arsenal de la prise en charge du cancer de la prostate localisé. Nicolas Mottet rappelle les problèmes encore à résoudre au centre de cette stratégie : en particulier la définition des formes latentes et des critères de progression nécessitant alors de ne plus différer le traitement curatif. Il nous donne les résultats préliminaires des principales études en cours, essentiellement au Canada et aux États-Unis, qui paraissent prometteurs mais perfectibles. Il nous présente le protocole Français : SurACaP (Surveillance Active du Cancer de Prostate), réalisé dans le cadre d’un PHRC national, comportant des critères très stricts de sélection et de suivi. L’objectif principal de cet essai (suivi d’une cohorte homogène) est l’étude de la survie spécifique à dix ans et il y a de nombreux objectifs secondaires oncologiques mais également de qualité de vie. Cette étude très intéressante, vu l’impact des résultats attendus, pourrait être la 1re étape avant une étude randomisée, probablement difficile à mettre en œuvre, comparant la surveillance active au traitement immédiat en cas de cancer prostatique latent.
Antoine Wallois et Vincent Delmas nous détaillent la technique chirurgicale de pose des bandelettes sous urétrales Invance pour l’incontinence postopératoire de l’homme, plutôt légère à modérée. Les résultats sont variables avec des taux de succès allant de 37,5 à 79 %, rappelant des critères d’évaluation différents selon les études, avec un taux d’échec et de complication plus important en cas antécédents de radiothérapie et de pose de sphincter urinaire artificiel. Les complications les plus fréquentes sont la rétention aiguë d’urine et la persistance de douleurs périnéo-scrotales et plus rarement une infection locale.
L’équipe de Créteil nous présente la technique chirurgicale de la néphrolithotomie percutanée en décubitus dorsal publiée il y a dix ans par Valdivia-Uria mais qui ne s’est pas répandue. Elle permet un double abord des cavités, antégrade et rétrograde, ce qui explique son regain d’intérêt à l’heure de l’urétéro-rénoscopie souple. Cette technique permet en outre de gagner du temps d’installation et facilite les conditions d’anesthésie. Les résultats semblent comparables à ceux de la technique standard avec des taux de succès de 89-95 % et de transfusion de 3-3,7 %.
Enfin, toujours au cœur de l’actualité, ce numéro de Progrès en Urologie-FMC nous rapporte les points forts du dernier congrès de l’AFU dans les différents domaines de notre exercice.
Nous sommes convaincus que, comme habituellement, chaque urologue trouvera dans ce nouveau numéro plusieurs centres d’intérêt tant ces articles sont proches de la pratique quotidienne.
Bonne lecture à tous.