Biopsie de la prostate

05 janvier 2015

Mots clés : prostate, Biopsie

Cette fiche d’information, rédigée par l’Association Française d’Urologie, est destinée aux patients ainsi qu’aux usagers du système de santé.

Remise lors de votre sortie, elle vous explique les suites opératoires habituelles et elle vous donne les principales consignes de sécurité post-opératoires.

Vous sont exposés ici, les effets secondaires habituels et les troubles mineurs qui ne doivent pas vous inquiéter. Sont également énoncés les signes plus alarmants qui doivent vous amener à prendre un avis médical et leur degré d’urgence.

Ce document, complémentaire de l’information orale que vous avez reçue de votre urologue, vous permet au mieux d’aborder votre convalescence.

Vous venez de subir des biopsies de la prostate.

Informations générales

Une fiche d’information vous avait été remise avant l’intervention expliquant la préparation, le déroulement et les complications possibles de ce geste. Ce document vous rappelle les suites habituelles et les effets secondaires et complications qui peuvent survenir.

Un rendez-vous est organisé avec votre urologue afin de vous informer du résultat des biopsies.

Suites habituelles

Des saignements sont possibles durant quelques heures à quelques jours dans les selles et dans l’urine, et pendant plusieurs semaines dans le sperme qui peut apparaître brunâtre. Il vous est recommandé de boire abondamment, d’uriner régulièrement pour laver la vessie et éviter que les urines deviennent rouges.

La douleur, si elle est présente, est ressentie au niveau du périnée et elle s’estompe généralement rapidement. En cas d’inconfort, vous pouvez prendre un antalgique le jour même (paracetamol).

L’activité, physique et professionnelle, est habituellement reprise le jour même ou le lendemain des biopsies.

L’activité sexuelle est limitée pendant quelques jours après la biopsie.

Si vous suivez un traitement anti-coagulant ou anti-agrégant, votre médecin ou votre urologue vous a précisé les conditions de sa reprise.

Les principales complications qui peuvent se produire après les biopsies sont :

  • l’infection de la prostate (prostatite aiguë)

  • la rétention urinaire (impossibilité d’uriner).

Si elles sont rares, ces complications peuvent être graves quand elles nesont pas prises en charge en urgence et de manière adaptée.

Signes qui peuvent survenir et conduite à tenir

Fièvre après biopsie

Toute fièvre (>38°) après biopsie de la prostate doit vous conduire en urgence à une consultation médicale. L’infection de la prostate (prostatite aiguë) se manifeste par l’association de fièvre, de frissons (comme lors d’une grippe) et parfois d’envies urgentes d’uriner avec brûlures au moment de la miction.

Dans ce cas, après la réalisation de prélèvements sanguins et urinaires, un traitement antibiotique adapté est nécessaire en urgence, sans attendre les résultats de ces examens. Ce traitement est d’une famille d’antibiotique différente de celui que vous avez pris avant les biopsies pour éviter l’infection (antibioprophylaxie). Si l’antibiotique avant les biopsies était une Quinolone, il est alors recommandé de vous administrer par voie intraveineuse une combinaison de deux antibiotiques : une Céphalosporine de troisième génération (Cefotaxime ou Ceftriaxone) et un Aminoside. Ce traitement est habituellement délivré au cours d’une hospitalisation en urgence. S’il est retardé ou non adapté, il y a un risque d’infection grave et parfois même de décès. Vous devez donc immédiatement contacter votre urologue ou votre médecin traitant en cas d’apparition de symptômes d’infection et présenter cette fiche au médecin qui vous recevra.

Difficultés à uriner

L’impossibilité d’uriner ou des envies très fréquentes d’uriner peuvent traduire une rétention d’urines. Une dérivation des urines stockées dans la vessie peut être nécessaire (par sondage ou par cathéter placé dans la vessie au travers de la peau, dit cathétérisme sus-pubien).

Douleurs

Une légère douleur peut survenir en urinant ou être ressentie au niveau du périnée. La douleur peut parfois persister quelques jours ou semaines. Elle justifie rarement un traitement spécifique.

Saignement

Il peut se produire dans les selles pendant quelques heures à quelques jours et pendant plusieurs semaines dans le sperme. Le saignement urinaire est plus rare, mais il peut entraîner un blocage des urines par formation de caillots. Si ce saignement persiste ou s’amplifie, il faut donc contacter votre médecin ou votre urologue.

En cas de survenue de complication, il est recommandé de contacter très rapidement, muni de ce document :

  • l’urologue (ou l’équipe d’urologie) qui vous a pris en charge,

  • ou votre médecin traitant,

  • ou un service d’urgence ou le 15.

Votre urologue se tient à votre disposition pour tout renseignement.

Avertissement

Le tabac augmente considérablement le risque de difficulté de cicatrisation interne et externe. Il est donc expressément recommandé de ne pas fumer durant la convalescence.

Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.