Base bibliographique

Atteintes rénales de la sclérose tubéreuse de Bourneville : recommandations de prise en charge
Guidelines for the management of tuberous sclerosis complex renal disease
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 367-379

But : Déduire de la littérature des recommandations sur la prise en charge des atteintes rénales de la sclérose tubéreuse de Bourneville (STB).
Patients : Cinq praticiens ont rédigé les recommandations après revue de la littérature. Elles ont été évaluées par 14 experts grâce à une échelle à neuf paliers (1 : désaccord total ; 9 : accord total), puis reformulées jusqu’à ce que chaque item recueille un score médian supérieur ou égal à 8.
Résultats : Quarante-huit à 80 % des patients atteints de STB ont une pathologie rénale avec présence d’angiomyolipomes (AML), de kystes, de cancers et/ou évolution vers l’insuffisance rénale. Une échographie abdominale (et créatininémie si anomalie) est recommandée dès le diagnostic de STB. Le bilan sera répété tous les trois à cinq ans s’il est normal. Des kystes nombreux et volumineux, doivent faire évoquer une polykystose associée. Après 20 ans, le suivi reposera sur la tomodensitométrie ou l’IRM, plus précises pour la surveillance des AML. La biopsie d’une masse rénale doit se discuter en cas de calcifications, nécrose centrale ou croissance rapide. Une lymphangioléiomyomatose (LAM) doit être dépistée chez les femmes par tomodensitométrie pulmonaire à 18 et 30–40 ans. La rupture hémorragique d’un AML doit être traitée en première intention par embolisation. Les AML asymptomatiques cumulant les facteurs de risque hémorragique (taille > 80 mm, contingent vasculaire prédominant, micro-anévrysmes) doivent être traités préventivement, si possible par embolisation. La place des inhibiteurs de mTOR reste à définir.
Conclusion : Un suivi et un traitement standardisés sont nécessaires pour améliorer la prise en charge des atteintes rénales de la STB.

Purpose: To review existing literature and deduce guidelines for the management of renal disease in patients with tuberous sclerosis complex (TSC).
Patients: After review of literature, a core panel of five physicians wrote a draft that was evaluated by 14 reviewers who used a 9-level scale (1: total disagreement; 9: total agreement). The guidelines were then reformulated until each item received a median score superior or equal to 8.
Results: Forty-eight to 80 % of TSC patients have significant renal involvement including angiomyolipomas (AMLs), cysts, malignant tumors and renal insufficiency. It is recommended to perform an abdominal ultrasound (and serum creatinine if abnormal ultrasound) when TSC is diagnosed. This work-up will be repeated every 3–5 years if normal. Associated autosomal dominant polycystic kidney disease must be suspected in case of numerous and large cysts. After the age of 20, follow-up should use computed tomography (CT) or MRI that are more precise than ultrasound for the measurement of AMLs. Biopsy of a renal mass should be discussed in case of calcifications, necrosis or rapid growth. Females with TSC should undergo screening for pulmonary lymphangioleiomyomatosis by CT at the age of 18, and, if negative at the age of 30–40. Acute bleeding should be treated with percutaneous embolization. Asymptomatic angiomyolipomas with several risk factors (size > 80 mm, predominant vascular component, micro-aneurysms) should undergo prophylactic treatment, if possible using embolization. The role of mTOR inhibitors in the management of angiomyolipomas needs to be defined.
Conclusion: Standardization of follow-up and treatment is necessary to improve the management of TSC renal involvement.

Mots clés:
Sclérose tubéreuse de Bourneville / Rein / Angiomyolipome / Kyste / Embolisation
Mots-clés:
Tuberous sclerosis complex / Kidney / Angiomyolipoma / Cyst / Embolization
Intérêt du curage ganglionnaire dans les tumeurs urothéliales infiltrantes de la vessie (TVIM) et de la voie excrétrice supérieure (TVES) : article de revue du Comité de cancérologie de l’Association française d’urologie
Benefit of bladder and upper urinary tract urothelial tumors lymph node dissection: Review from the Bladder Cancer Committee of the French National Association of Urology (“CC-AFU Vessie”)
2011
- Article de revue
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 380-387

Introduction : Le curage ganglionnaire lors de la cystectomie totale ou de la néphro-urétérectomie totale a un intérêt pronostique, voire thérapeutique. L’objectif de cette mise au point est de préciser les limites anatomiques du curage ganglionnaire, les perspectives actuelles en imagerie, les difficultés rencontrées lors de l’examen anatomopathologique, sa valeur pronostique et les éventuels traitements adjuvants.
Méthode : Une revue de la littérature utilisant la base de données PubMed a été conduite en utilisant diverses combinaisons des mots « urothelial carcinoma », « lymph node excision », « imaging », « pathology analysis », « prognosis », « chemotherapy » et « radiotherapy ».
Résultats : Pour les tumeurs de vessie, le curage étendu de référence remonte au-dessus de la division iliaque, jusqu’au croisement des uretères. Le scanner est l’examen de référence pour la stadification ganglionnaire mais sa sensibilité est faible. L’examen anatomopathologique du curage doit comprendre les ganglions périvésicaux et rapporter le nombre de ganglions normaux et envahis séparément. Le pronostic est lié au nombre de ganglions prélevés et à l’étendue du curage. La densité lymphatique (nombre de ganglions positifs/nombre total de ganglions prélevés) est le facteur pronostique le plus important. La chimiothérapie adjuvante n’a pas clairement prouvé son efficacité. Une association comprenant le cisplatine est la plus efficace. Pour les tumeurs du haut appareil, l’intérêt du curage est suggéré mais limité par l’absence de standardisation des techniques de curages et des indications.
Conclusion : Le curage ganglionnaire étendu des tumeurs urothéliales de vessie améliore la survie (niveau de preuve 3). Le curage permet de mieux définir le pronostic en vue d’un éventuel traitement adjuvant. L’impact du curage sur la survie pour les tumeurs urothéliales du haut appareil urinaire est suggéré (niveau de preuve 4).

Introduction: Lymph node dissection during radical cystectomy or nephroureterectomy confers improved prognosis and eventually therapeutic advantage. The aim of this update is to clarify the anatomical limits of the lymph node dissection, imaging related techniques, possible difficulties related to pathological analysis, its prognostic value and adjuvant treatments.
Method: A literature review was performed using PubMed database with a combination of the following keywords: “urothelial carcinoma”, “lymph node excision”, “imaging”, “pathology analysis”, “prognosis”, “chemotherapy” and “radiotherapy”.
Results: Regarding bladder tumours, extended lymph node dissection is usually performed up to the division of the iliac vessels and the crossing of the ureters. The CT scan is the recommended imaging technique for lymph node staging but its sensitivity is low. Pathological examination should include perivesicle lymph nodes analysis and report the number of normal and metastatic lymph nodes separately. The prognosis is correlated to the total number of lymph nodes removed and to the extent of the excision. The lymph node density (number of metastatic nodes/normal nodes) is the most important prognosis factor. Adjuvant chemotherapy has not demonstrated a clear advantage. Its most efficient modality is a combination including cisplatin. For upper urinary tract tumours, lymph node dissection may have an impact on survival but definitive conclusion is limited by the lack of surgical technique and indications standardisation.
Conclusion: Extended lymph node dissection improves survival of bladder cancer and prognosis assessment that could eventually be used to stratify patient requiring adjuvant treatment (level of evidence 3). Improvement on survival was also suggested for upper urinary tract tumors (level of evidence 4).

Mots clés:
Curage ganglionnaire / Pronostic / Chimiothérapie adjuvante / Tumeur de vessie / Tumeur de l’uretère
Mots-clés:
Lymph node excision / prognosis / adjuvant chemotherapy / Urinary bladder neoplasm / Ureteral neoplasm
Néphrectomie partielle versus élargie en cas d’envahissement de la graisse périrénale. Résultats oncologiques et fonctionnels
Partial versus radical nephrectomy for renal cell carcinoma involving peri renal fat. Oncological and Functional Outcomes
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 388-396

But : Les dernières recommandations de l’European Association of Urology valident actuellement l’indication de néphrectomie partielle pour les tumeurs de moins de 7 cm limitée au rein. Le risque est la méconnaissance d’un envahissement de la graisse périrénale et donc une dissection au sein d’un tissu potentiellement tumoral et l’augmentation du taux de récidive. Nous avons comparé les résultats entre la néphrectomie partielle (NP) et élargie (NE) pour le traitement de ces cancers envahissant la graisse extrarénale.
Méthodes : De 1994 à 2009, nous avons comparé rétrospectivement, les résultats de la NP par rapport à la NE dans le cadre de tumeurs uniques dont l’extension locale franchit les limites du rein. Nous avons également recherché les facteurs histologiques de mauvais pronostic, l’impact sur la fonction rénale et le taux de complication de ces deux techniques.
Résultats : Un total de 43 patients (dix partielles et 33 élargies) ont été inclus. Aucune différence significative en termes de survie spécifique et sans récidive n’a été mise en évidence. Les facteurs qui influençaient le pronostic étaient le grade de Fuhrman, l’envahissement des voies excrétrices et la présence d’une marge chirurgicale positive. On retrouve un bénéfice de la NP sur la fonction rénale. Il n’y a pas de différence en termes de complication pré- et postopératoire.
Conclusion : L’envahissement focal de la graisse ne paraît pas constituer une contre-indication à la réalisation d’une chirurgie partielle d’autant que le bénéfice en termes de fonction rénale est démontré.

Purpose: In the latest guidelines of the European Association of Urology, partial nephrectomy was a reference standard in tumors less than 7 cm confined to the kidney. The invasion of the perirenal fat and therefore dissection in a potentially tumor tissue with an increased risk of recurrence.
Material: From 1995 to 2009, we retrospectively evaluated the oncological outcomes of partial versus radical nephrectomy in tumors with local extension beyond the boundaries of the kidney, without adrenal involvement or metastatic lymph node extension. We evaluated the histological factors influencing the prognostic.
Results: A total of 43 patients have been included (ten partial and 33 radical nephrectomy). We did not found any significant difference in terms of specific and recurrence-free survival between partial and radical nephrectomy in tumor invading the perirenal fat (P = 0.739 and P = 0.683 respectively). Factors influencing the prognosis were the Fuhrman grade (P = 0.010), the invasion of the urinary tract (P = 0.017) and the presence of a positive surgical margin (P = 0.041). The renal function was better after partial nephrectomy. The complication rate was similar between partial and radical nephrectomy.
Conclusion: The perirenal fat invasion by kidney tumor did not impact the oncological outcomes of partial versus radical nephrectomy with better functional outcomes for partial nephrectomy.

Mots clés:
Néphrectomie / Néphrectomie partielle / cancer du rein
Mots-clés:
nephrectomy / Partial nephrectomy / Renal cell carcinoma
Caractéristiques des pyélonéphrites aiguës chez les patients transplantés rénaux
Characteristics of acute pyelonephritis in renal transplant patients
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 397-401

Introduction : La transplantation rénale est une alternative séduisante à la dialyse des patients atteints d’insuffisance rénale. La préservation de la fonction rénale après transplantations rénales dépend de nombreux facteurs dont la survenue d’infections urinaires avec retentissement fréquent sur le transplant.
Objectif : L’objectif de cette étude était de préciser les caractères des pyélonéphrites aiguës existant dans une population de transplantés rénaux et d’y discerner des facteurs de risque de survenue pendant la première année après la transplantation.
Patients et méthodes : Les données provenaient d’une base de données saisies pour l’ensemble des transplantés âgés de plus de 18 ans de notre établissement entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2007. Une analyse rétrospective des données était réalisée.
Résultats : Cent quatre-vingt-quatre patients ont été inclus dans l’étude. L’incidence des pyélonéphrites aiguës était de 10,9 %. Il y avait significativement plus de femmes dans notre population de pyélonéphrites (p = 0,012). Les patients transplantés ayant au moins un épisode de pyélonéphrite aiguë étaient significativement plus jeunes (p = 0,013) que les transplantés sans infection urinaire haute (44,4 ± 10,5 et 52,2 ± 13,4 ans respectivement).
Conclusion : Notre étude a mis en évidence une incidence plus faible des pyélonéphrites que dans la littérature. De plus, nous avons mis en évidence que le jeune âge et le sexe féminin étaient des facteurs de risque de pyélonéphrite aiguë chez les transplantés rénaux.

Introduction: Renal transplantation is an attractive alternative to haemodialysis for patients with renal failure. Preserving renal function after renal transplantation depends on rejection episodes and infections of the graft.
Purpose: To clarify the characteristics of acute pyelonephritis encountered in a population of kidney transplant patients and to discern risk factors occurring during the first year after transplantation.
Method: Data for all renal transplantations between January 1, 2006, and December 31, 2007 came from a database. Patients were at least 18 years old. A retrospective analysis was done.
Results: One hundred and eighty-four patients were included in the study. The incidence of acute pyelonephritis was 10.9%. In our sample, there were significantly more women who experienced pyelonephritis (P = 0.012). Patients who had grafts with at least one episode of acute pyelonephritis were significantly younger (P = 0.013) than transplanted patients without a history of acute pyelonephritis (44.4 ± 10.5 and 52.2 ± 13.4 years, respectively).
Conclusion: Our study shows a lower incidence of pyelonephritis compared with the literature. Moreover, we found that young age and female gender were risk factors for developing this infection.

Mots clés:
Pyélonéphrite aiguë / Transplantation rénale / facteur de risque
Mots-clés:
Pyelonephritis / Kidney transplantation / Risk factors
Transplantation pancréatique et thrombose veineuse : analyse multivariée des facteurs de risque
Pancreas transplantation and venous thrombosis: Multivariate analysis of risk factors
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 402-407

Objectif : La thrombose de la veine porte (TV) du transplant dans la transplantation pancréatique (6 à 20 % des cas) est la première cause de perte précoce du transplant. Notre objectif a été d’identifier les facteurs de risque de TV dans notre expérience.
Méthode : Cent six dossiers de patients ayant eu une transplantation pancréatique (drainage veineux mésentérique, drainage exocrine digestif) ont été revus de manière rétrospective au sein de notre institut de transplantation de 2004 à 2010. La veine porte a été allongée à la demande dans 25 % des cas. Les facteurs de risques pré- et peropératoire de TV ont été étudiés en analyses univariée et multivariée. (régression logistique binaire). Le seuil p de significativité a été p < 0,05.
Résultats : Seize patients, soit 15 %, ont eu une TV. Chez huit de ces 16 patients, la TV a été totale et a nécessité une transplantectomie. Trois facteurs de risque de TV ont été isolés par l’analyse multivariée : un IMC du receveur supérieur à 25 kg/m2 (odds ratio [OR] = 6,977), la nécessité d’un allongement veineux (OR = 4,1) et un âge du donneur supérieur à 45 ans (OR = 4,432).
Conclusion : La connaissance de ces facteurs de risque de TV a permis d’établir des mesures préventives : prise en charge nutritionnelle du receveur à l’inscription sur liste si l’IMC est supérieur à 25 kg/m2, prélèvement attentif du transplant (sans section trop proximale de la veine porte) afin d’éviter l’allongement porte et sélection du donneur. L’existence d’un de ces facteurs de risque chez un transplanté devrait conduire à l’introduction d’un traitement anticoagulant par héparine.

Objective: Portal veinous thrombosis (VT) in the pancreatic transplant (6 to 20% of the cases) is the first cause of early loss of the transplant. Our objective was to identify the risk factors of VT in our experiment.
Method: The sample group includes 106 patients who underwent pancreas transplantation (portal venous drainage, enteric-drained pancreas) within our institute of transplantation from 2004 until 2010. We completed a portal vein extension graft in 25% of the cases. First of all, risk factors were selected from preoperative and operative data with an univariate analysis. We then carried out a multivariate analysis of these factors (binary logistic regression). The threshold P was 0.05.
Results: Sixteen patients (15%) showed a VT. Eight of them developed a total thrombosis and required a transplantectomy. Three risk factors of VT were isolated by the multivariate analysis: a BMI of the receiver > 25 kg/m2 (Odds Ratio [OR] = 6.977), a portal vein extension graft (OR = 4.1) and an age of the donor > 45 years (OR = 4.432).
Conclusions: The knowledge of these risk factors of thrombosis allows the implementation of preventive measures (selection of the donor, nutritional support of the receiver in the registration if BMI > 25 kg/m2). The portal lengthening should be avoided by an attentive retrieval of the transplant (without shorter section of the portal vein). Nevertheless, the presence of one of these risk factors in a transplant patient should lead to start an antithrombotic treatment.

Mots clés:
Transplantation / Pancréas / Thrombose veineuse
Mots-clés:
transplantation / Pancreas / Venous thrombosis
Fiabilité des biopsies prostatiques pour l’étude de la topographie tumorale dans le cancer de prostate
Accuracy of prostate biopsies to evaluate tumor location in prostate cancer
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 408-414

Introduction : La stratégie thérapeutique du cancer de prostate dépend en grande partie de critères histo-pronostiques obtenus à partir des ponctions biopsies prostatiques. Si le manque de fiabilité des biopsies pour la détermination du score de Gleason est parfaitement connu, la fiabilité de celles-ci pour le diagnostic de tumeur bilatérale ou multifocale n’a été évaluée. L’objectif de cette étude était donc d’évaluer la concordance entre biopsies et pièces de prostatectomie totale pour le caractère bilatéral et/ou multifocal des tumeurs prostatiques.
Méthode : Nous avons rétrospectivement comparé les résultats histologiques des carottes biopsiques à ceux de la pièce opératoire définitive chez les patients ayant eu une prostatectomie totale dans notre établissement entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2008. Les critères principaux étudiés ont été le score de Gleason, la bilatéralité et la multifocalité tumorale. L’impact du nombre de biopsies sur la détection a aussi été analysé.
Résultats : Deux cent cinq dossiers histologiques ont été étudiés. Concernant le score de Gleason, la concordance globale était de 55 % avec 38 % de sous-estimation du score de Gleason par les biopsies. Cette concordance diminuait avec l’agressivité tumorale pour passer de 90,6 % pour les cancers de Gleason 6 à 31 % pour les cancers de Gleason supérieurs à 7. Concernant la bilatéralité tumorale, 78 % des cancers concernaient les deux lobes sur la pièce de prostatectomie contre 49 % sur les biopsies soit une concordance de 61 %. Trente-six pour cent des cancers étaient multifocaux avec une concordance faible avec les biopsies de seulement 36 %. Le nombre de prélèvements biopsiques a permis d’augmenter la concordance pour le score de Gleason (de 60 à 81 % pour les Gleasons 7 et de 28 à 50 % pour les Gleason supérieurs à 7) et pour la bilatéralité (de 44 à 70 % selon le nombre de carottes biopsiques).
Conclusion : Les biopsies prostatiques étaient des examens qui ont permis une évaluation histologique et topographique de l’adénocarcinome prostatique peu fiable, notamment en cas de tumeur indifférenciée. La multiplication du nombre de prélèvements biopsiques a permis d’améliorer la sensibilité et la spécificité tant au niveau du score de Gleason qu’au niveau de la cartographie tumorale.

Introduction: The therapeutic approach of prostate cancer depends mainly on pathological criteria obtained through prostate biopsy. The low accuracy of prostate biopsy for Gleason grade determination is well known but its accuracy for bilateral or multifocal tumor has not been evaluated. The goal of this study was to assess the concordance between prostate biopsy and whole prostate specimen obtained after radical prostatectomy especially for bilateral and/or multifocal tumor.
Methods: We retrospectively compared the pathological results of prostate biopsy cores to the prostate specimen in patients who underwent radical prostatectomy in our department between the 01/01/1999 and the 31/12/2008. The criteria analyzed were the Gleason score, tumor bilaterality or multifocality. The impact of the number of prostate biopsy cores was also analyzed.
Results: Two hundred and five complete histological records were studied. Regarding the Gleason score overall concordance was 55%. In 38%, prostate biopsies downgraded the Gleason score. This concordance decreased with tumor differentiation (90.6% for Gleason 6 vs. 31% for Gleason greater than 7). For the tumor bilaterality, 78% of cancers affected both lobes at the definitive specimen analysis while only 49% were bilateral at prostate biopsies, achieving a concordance of 61%. Multifocal disease was observed in 36% at definitive pathology analysis with low concordance with prostate biopsies (36%). The number of biopsies increased the concordance for the Gleason score (60 to 81% for Gleason 7 and from 28 to 50% for Gleason greater than 7) and tumor location (44 to 70%).
Conclusion: Pathological criteria and tumor mapping obtained from prostate biopsies were not very reliable especially when the tumor was poorly differentiated. An increased number of prostate biopsy core improved the sensitivity and specificity for the Gleason score diagnostic and of the tumor mapping.

Mots clés:
cancer de prostate / Biopsie de prostate / score de Gleason / Localisation tumorale
Mots-clés:
Prostate cancer / Prostate biopsy / Gleason score / Tumor location
Cystostomies continentes : expérience monocentrique
Continent cystostomy: Monocentric experience
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 415-423

Objectif : Évaluer la faisabilité, l’efficacité, les résultats des cystostomies continentes dans une population adulte.
Patients et méthode : Étude rétrospective de revue de dossiers menée de 1987 à 2011. Les données pré-, per-, postopératoires ont été analysées. Tous les patients ont été revus en consultation au terme de l’étude.
Résultats : De juillet 1994 à juin 2009, 43 ont été opérés d’une cystostomie continente (13 hommes, 30 femmes). L’âge moyen à la constitution de la cystostomie était de 53,4 ± 14,6 ans. L’indice de masse corporel moyen était de 25 kg/m2. Aucun décès en rapport avec la cystostomie n’a été rapporté. Trente-deux patients avaient une pathologie neurologique (74,4 %), 11 une pathologie autre que neurologique (25,6 %). Douze patients (27,9 %) étaient rétentionnistes, 17 (39,5 %) incontinents, et 14 (32,6 %) avaient une symptomatologie mixte. Tous les patients ont eu un bilan uro-dynamique et une évaluation du haut appareil en préopératoire. Dix-neuf cystostomies trans-apendiculaires (Mitrofanoff) ont été effectuées, 15 doubles Monti, six simples Monti, trois montages composites. La durée de fonctionnalité moyenne de la cystostomie a été de 47,6 ± 29 mois. Au terme du suivi, 37 patients (86 %) ont été continents aussi bien par la stomie que par le col, deux patients ont été opérés d’un Bricker. Huit patients (18,6 %) ont eu un épisode de sténose cutanée, avec un délai de survenue de 16,1 ± 20,4 mois. Sur les dix patients ayant eu une fermeture du col associée à la constitution de la cystostomie, deux patients (4,6 %) ont eu une incontinence par l’urètre. Des auto-sondages intermittents propres étaient effectués par 30 patients, des hétérosondages par quatre patients, sept n’utilisaient pas leur stomie du fait de l’évolution de leur pathologie causale au terme de l’étude, ou du fait d’une pathologie intercurrente. Aucune différence entre les conduits (Mitrofanoff versus Monti) n’a été mise en évidence.
Conclusion : Notre série a rapporté les résultats des cystostomies continentes dans une population adulte. Leur efficacité a été prouvé au long cours avec une durée de fonctionnalité moyenne de 47,6 mois jusqu’à 127 mois pour l’une d’entre elles. Elle a prouvé leur faisabilité dans une population adulte toute étiologie confondue. Avec un taux de continence supérieur à 80 %, elles ont été des techniques de dérivation efficaces dans le but d’offrir un site de cathétérisme intermittent.

Aims: To evaluate the feasibility, the efficiency, the results of continent cystostomy in adult population.
Material and methods: Retrospective study of patients who underwent a continent cystostomy between 1987 and 2011.
Results: Forty-three patients underwent a continent cystostomy (13 men and 30 women). The mean age at surgery was 53.4 ± 14.6 years. The mean BMI was 25 kg/m2. No death in relation with the cystostomy was reported. Thirty-two patients had a neurological pathology (74.4%), 11 a pathology other than neurological (25.6%). A retention bladder was reported for 12 patients (27.9%), 17 (39.5%) were incontinent, and 14 (32.6%) had a mixed symptomatology. All patients had urodynamics and an evaluation of the urinary tract. Nineteen appendicovesicostomy were made, 15 double Monti-procedure, six simple Monti-procedure, three channels were made of an association of ileon and appendix. Seventeen patients underwent an augmentation cystoplasty in combination with the continent catheterizable conduit. The mean follow-up was 47.6 ± 29 months. Continence was achieved in 37 patients (86%), two patients underwent a Bricker. Stomal stenosis occurred in eight patients (18.6%), with a median time of 16.1 ± 20.4 months. Leakage occurred after bladder neck closure for two patients (4.6%). Clean intermittent catheterization were performed by 30 patients, catheterization by a care giver for four patients, seven did not use their stomy because of the evolution of their causal pathology, or because of an intercurrent pathology. No difference between the channels (Mitrofanoff versus Monti) was reported.
Conclusion: Continent catherizable cystostomy were a feasible method of continent urinary diversion in an adult population. This study demonstrated their feasibility in an adult population and their long-term efficiency with a mean follow-up of 47.6 months and 127 months for one of them. With a rate of continence upper than 80%, it was an effective technique of urinary diversion associated with intermittent catheterization.

Mots clés:
dérivation urinaire continente / Cystostomie / Mitrofanoff / Monti / Incontinence
Mots-clés:
appendicovesicostomy / continent urinary diversion / Mitrofanoff / Monti-procedure / Incontinence
Résultats de la neuromodulation des racines sacrées sur la continence et la sexualité dans une cohorte de 20 patientes ayant une double incontinence
Results of sacral neuromodulation on the urinary and fecal incontinence and sexuality in 20 women suffering from a double incontinence
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 424-432

Contexte : L’association d’une incontinence urinaire (IU) et fécale (IF), définissant la double incontinence (DI) est fréquente et peut engendrer une dysfonction sexuelle (DS). L’efficacité de la neuromodulation des racines sacrées (NMS) dans le traitement de l’IUI, l’IF et plus récemment sur la DI a été démontrée. L’impact de la NMS sur la sexualité des patientes reste moins étudié et plus controversé.
Objectif : Évaluer les résultats de la NMS sur la sexualité de patientes ayant une DI.
Matériels et méthodes : Étude rétrospective, multicentrique par autoquestionnaire chez 305 patients implantés initialement pour une IUI et/ou une IF entre le 1er janvier 2005 et le 1er mai 2010. Les patients sélectionnés étaient des femmes sexuellement actives avec une DI avant le début du test de NMS. Le stimulateur était fonctionnel et activé. La sexualité était évaluée par un autoquestionnaire non validé dérivé des sept domaines défini par Rosen.
Résultats : Les questionnaires de 20 patientes (moyenne d’âge 56,9 ± 15 ans) étaient analysés. Le recul moyen par rapport à l’implantation était de 27 mois. Toutes les patientes conservaient des rapports sexuels après la NMS. Dix (50 %) patientes étaient améliorées sur la DI (c’est à dire à la fois sur l’IU et l’IF). La qualité de vie (QdV) sexuelle, le nombre d’épisode d’IU lors des rapports sexuels et le plaisir ou orgasme était respectivement améliorée pour sept (70 %), huit (80 %) et six (60 %) patientes dans le groupe des dix patientes améliorées sur leur DI. Dans ces trois domaines explorant la sexualité, il existe une différence statistiquement significative avec le groupe de patientes non améliorées sur leur DI.
Conclusion : Cette étude a confirmé les résultats de la NMS dans le traitement de la DI sur une cohorte de 20 patientes puisqu’une femme sur deux était améliorée à la fois sur l’IUI et l’IF. Il existait également un bénéficie de la NMS sur la QdV sexuelle et le plaisir ou orgasme dans le groupe de patientes améliorées sur la DI. Dans notre étude, les résultats de la NMS sur la sexualité féminine sont en faveur d’un effet indirect par une amélioration de la continence. Des études prospectives, multicentriques, contrôlées avec des questionnaires validés sont nécessaires pour définir des facteurs prédictifs de succès sur la DI et la fonction sexuelle de la NMS.

Context: Urinary and faecal incontinence (defining double incontinence) are common conditions, which are frequently associated and can altered sexuality. The effectiveness of the sacral nerve modulation (NMS) in the treatment of the urge urinary incontinence, faecal incontinence and double incontinence was shown.
Objective: The present article aims to determine the impact of SNM on female sexual function in twenty women suffering from a double incontinence.
Methods: All patients who received sacral neuromodulation for urge urinary and/or faecal incontinence between 2005 and 2010 and who still had the implant were included. Only 20 sexually active patients suffering from double incontinence were considered eligible. They completed a questionnaire on follow-up examinations.
Results: The initial indication of NMS was the urge urinary incontinence for 15 patients and the faecal incontinence for five patients. Ten patients (50%) were improved on two incontinence. All patients preserved sexual activity after the treatment of NMS. NMS improves the quality of sexual activity in 45% patients. The numbers of urinary and faecal episodes of incontinence are decreased respectively for 50% and 15% patients during sexual activity. The quality of sexual's life and orgasm score are significantly increased in the group of patients improved on the DI.
Conclusion: This study confirms the effectiveness of NMS in the treatment of double incontinence which half patients are improved on the two incontinence. This study shows that improvement of urinary or faecal incontinence could have a positive impact on sexuality of these patients, especially for patients improved double incontinence. It is difficult to know if these results are related to its direct action on the neurological ways of sexual function or on its benefit on the continence.

Mots clés:
Neuromodulation des racines sacrées / Double incontinence / Sexualité féminine / incontinence urinaire / Incontinence fécale
Mots-clés:
Sacral neuromodulation / Double incontinence / Urinary incontinence / Fecal incontinence / Sexual function
Les décisions sont-elles homogènes en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) en onco-urologie ? Comparaison des choix thérapeutiques dans quatre RCP parisiennes
Are therapeutics decisions homogeneous in multidisciplinary onco-urology staff meeting? Comparison of therapeutic options taken in four departments from Paris
2011
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 433-437

Objectif : Un des objectifs prioritaires du Plan cancer est de garantir à tous les patients la discussion de son cas au sein d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). La mise en commun de compétences individuelles a pour but de ne pas faire perdre de chance au patient, notamment dans le cas de dossiers complexes. L’objectif de ce travail était de comparer les propositions thérapeutiques de quatre RCP d’Île-de-France à partir de trois dossiers cliniques identiques, discutés successivement dans chacune d’entre elle.
Matériel : Les trois dossiers d’onco-urologie concernaient les cancers de la prostate (CaP), du rein (CCR) et de la vessie (TV). Ils ont été sélectionnés par un praticien qui n’a pas participé aux discussions de RCP. Ces dossiers ont été présentés en aveugle dans les RCP de quatre services d’urologie d’Île-de-France : la Pitié-Salpêtrière, l’hôpital Henri-Mondor, l’hôpital européen Georges-Pompidou et l’hôpital Foch.
Résultats : Les quatre centres respectaient les critères de qualité des RCP en terme de pluridisciplinarité, de fréquence et de standardisation. Les propositions thérapeutiques étaient identiques pour le dossier de cancer du rein, il existait des différences quant à la voie d’abord et les explorations préopératoires pour le dossier de CaP et enfin les propositions divergeaient pour le dossier de TV.
Conclusion : Les décisions de RCP reposent sur les données cliniques et sur le bilan d’extension mais également sur l’expertise et les habitudes du centre amené à le prendre en charge. Pour les dossiers complexes sans référentiel clairement établi, la discussion entre experts conduisait à des attitudes différentes selon les centres et était largement influencée par la construction locale de la RCP.

Objective: One of the priorities of the “Plan against the Cancer” in France is to ensure the discussion of all cancer cases in a multidisciplinary meeting staff (RCP). The multidisciplinary collaboration is proposed to guarantee a discussion between specialists in every cases, particularly in complex cases. The aim of this study was to compare the therapeutic decision taken in four RCP in Paris Île-de-France academic centres for three identical cases.
Material: Three cases of urological oncology (prostate cancer [PCa], renal cell carcinoma [RCC] and bladder tumour) were selected by a single urologist, not involved in further discussion. These cases were blindly presented in four academic urology department from Paris: Pitié-Salpêtrière Hospital, Mondor Hospital, the Georges-Pompidou European Hospital and Foch Hospital.
Results: The four centres met the criteria of quality of RCP in terms of multidisciplinarity, frequency and standardization. The therapeutic suggestions were similar in the RCC cases, there were differences in the surgical approaches and preoperative work-up in the PCa case and, lastly, the proposals were different for the bladder cancer case.
Conclusion: The decisions relies on clinical data and preoperative work-up but also on the experience and habits of the centre of excellence. For complex cases that does not fit with current guidelines, the panel discussion can lead to different therapeutic options from a centre to another and is largely influenced by the local organisation of the RCP.

Mots clés:
Réunion de concertation pluridisciplinaire / Cancer / Oncologie / Tumeur / Décision
Mots-clés:
Multidisciplinary meeting / Cancer / Oncology / tumor / Decision
Angiosarcome primitif du rein : à propos d’un cas et revue de la littérature
Primary angiosarcoma of the kidney: Case report and literature review
2011
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2012, 22, 7, 438-441

L’angiosarcome primitif du rein est une tumeur rarissime. Nous rapportons, ici, un cas d’angiosarcome du rein droit chez un homme de 60 ans. L’aspect tomodensitométrique était celui d’une tumeur solide compatible avec un carcinome à cellules rénales. L’examen anatomopathologique de la pièce de néphrectomie a corrigé le diagnostic et a affirmé la nature angiosarcomateuse. Chez ce patient métastatique osseux et pulmonaire synchrone, l’évolution a été foudroyante avec un décès survenu en moins de trois mois. La revue de la littérature confirme le fort potentiel de malignité de ce type de tumeur (métastases quasi constantes et survie très courte en dépit des traitements locaux et généraux).

The primary angiosarcoma of the kidney is a rare tumor. We report a case of angiosarcoma of the right kidney in a man of 60 years. The CT-scan appearance is the one of a solid tumor compatible with renal cell carcinoma. Histological examination of the piece of nephrectomy straightens diagnosis and reveals the angiosarcomatous nature. In this patient with bone and lung synchronous metastasis, evolution has been a lightning death in less than three months. The literature review confirms the high potential of malignancy of these tumors (metastases almost constant and very short survival in spite of local and systemic treatment).

Mots clés:
Cancer / Rein / Angiosarcome
Mots-clés:
Cancer / Kidney / Angiosarcoma