Base bibliographique

Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 739-893

Ce rapport présenté au 89e Congrès de l'Association Française d'Urologie, Paris, Novembre 1995 est divisé en 8 chapitres :
1 - Quelques repères historiques
2 - Epidémiologie - Cout
3 - Mécanismes de la continence et de l'incontinence
4 - Incontinence urinaire d'origine vésicale, Instabilité vésicale
5 - Incontinence urinaire d'origine urétrale, Incontinence urinaire à l'effort
6 - L'incontinence urinaire féminine en pratique
7 - Aspects particuliers (incontinence urinaire et prolapsus, incontinence urinaire récidivée, incontinence urinaire de la femme âgée)
8 - Résultats de l'enquête AFU

Mots clés:
incontinence urinaire / Femme
Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 2 : Epidémiologie - coût
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 747-752

L'évaluation précise de la prévalence de l'incontinence urinaire (IU) est difficile à cause de la méthodologie variable des études qui ont pu être entreprises sur ce sujet. L'analyse des données de la littérature montre une progression de la prévalence avec l'âge. Tenant compte de la fréquence de survenue des fuites, de l'importance de chaque épisode, et de l'impact psycho-sociologique, on considère que 10 à 15 % des femmes hors institution en Europe ont une IU significative pouvant justifier une démarche thérapeutique. L'incidence de l'IU chez la femme active de plus de 40 ans vivant à domicile est de 2 à 3 % par an. Il est remarquable de constater dans les études que parmi les femmes qui ont une IU, seulement une sur deux a consulté un médecin pour ce problème et 30 % d'entre elles ont attendu cinq ans pour consulter. L'évaluation du coût de l'IU est forcément imprécise car dépendante de multiples facteurs liés aux individus et aux différents systèmes de soins. Il a cependant pu être établi que ce coût serait d'environ 17,5 dollars US en France et de 27 dollars US aux Etats Unis par habitant et par an. Tenant compte de l'augmentation de 20 % du nombre de femmes de plus de 60 ans, d'ici 2015 en fonction de l'évolution démographique, on peut mieux mesurer la dimension de ce problème.

Mots clés:
incontinence urinaire / Femme / Épidémiologie / Coût
Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 3 : Mécanismes de la continence et de l'incontinence. Cadres nosologiques
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 755-772

La continence existe aussi bien au repos qu'à l'effort. Cet équilibre dépend des conditions fonctionnelles spécifiques de la vessie et de l'urèthre. La relation entre compliance vésicale et continence est directe, fonction du niveau des résistances uréthrales, puisque quand la pression vésicale dépasse la pression uréthrale, I'incontinence se produit. Les forces de retenue au niveau de l'urèthre s'expriment par la pression uréthrale intrinsèque à l'établissement de laquelle participent à part à peu près égale la musculature lisse, sous contrôle alpha-adrénergique, au niveau du col et de l'urèthre proximal, le sphincter strié dans sa portion para uréthrale, et les plexus vasculaires sous-muqueux oestrogénodépendants. Le rôle des supports anatomiques de l'urèthre et du col vésical apparaît de nos jours essentiel pour que ce système continue d'être efficient à l'effort. Le fonctionnement harmonieux de l'ensemble vésico-sphinctérien peut ainsi se trouver compromis dans diverses circonstances:
1) si la vessie perd ses propriétés d'accomodation et devient un système à haut pression, I'IU est dîte vésicale,
2) si l'urèthre devient incompétent, I'IU qui en résulte est dîte incontinence urinaire d'effort (IUE), soit par défaillance anatomique du support du col et de l'urèthre, soit par défaillance du mécanisme sphinctérien intrinsèque, le mécanisme étant le plus souvent mixte.

Mots clés:
incontinence urinaire / Femme / physio-pathologie / nosologie / physiologie vésico-sphinctérienne
Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 4 : Incontinence urinaire d'origine vésicale - Instabilité vésicale.
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 773-787

L'instabilité vésicale est une cause habituelle d'lU chez la femme, souvent associée à l'incontinence urinaire à l'effort; c'est la cause la plus fréquente d'lU chez le sujet âgé. La pathogénie de ce trouble fonctionnel vésical reste imprécise et plusieurs hypothèses ont été avancées. Son diagnostic reste difficile parce que les aspects cliniques manquent de specificité, et parce que la cystométrie susceptible de mettre en évidence les contractions anormales déshinibées pendant le remplissage, qui la caractérise, comportent un taux élevé de faux négatifs. Des tests de sensibilisation sont proposés mais ne sont pas encore tous validés. L'absence de corrélation entre les données cliniques et urodynamiques a conduit à dissocier l'instabilité sensorielle et l'instabilité motrice. Les possibilités thérapeutiques sont diverses et reflètent les incertitudes pathogéniques. Le traitement de référence reste l'Oxybutinine; mais il existe un taux élevé d'effets secondaires qui rendent sa tolérance parfois difficile. L'efficacité de l'électrostimulation est diversement appréciée. En cas d'échec des mesures conservatrices, I'entérocystoplastie d'agrandissement représente une alternative intéressante et efficace dans la plupart des séries publiées au prix d'une morbidité limitée. L'instabilité vésicale a été considérée pendant longtemps comme un facteur pronostic péjoratif vis-à-vis du traitement chirurgical de l'IU mixte. Les données récentes ont permis de remettre en question cette vision des choses, I'instabilité pouvant être guérie par le traitement chirurgical de la composante à l'effort dans 2/3 des cas.

Mots clés:
incontinence urinaire / Femme / Vessie / instabilité
Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 7 : Aspects particuliers
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 855-866

Trois formes d'incontinence urinaire présentent des aspects originaux: en cas de prolapsus associé, les formes récidivées et celle de la femme âgée.
1) L'IUE n'est qu'un aspect des troubles de la statique pelvienne de la femme. Reconnaître un élément de PROLAPSUS fait donc partie des impératifs du bilan pré-thérapeutique; de même qu'en cas de prolapsus génito-urinaire il ne faut pas méconnaître une altération masquée des mécanismes de la continence. Les possibilités de réparation sont nombreuses mais doivent comporter une prise en charge globale du problème. Les choix entre voie basse et voie haute doivent se faire en fonction du bilan des lésions élémentaires, du terrain, et des habitudes de chacun.

Mots clés:
incontinence urinaire / prolapsus vaginal
Incontinence urinaire de la femme. Evaluation et traitement. Chapitre 7 : Aspects particuliers
2002
- Rapports du congrès
- Réf : Prog Urol, 1995, 5, 867-881

2) L'IU RECIDIVEE nécessite une évaluation précise pour comprendre les mécanismes en cause et définir la stratégie la mieux adaptée. L'instabilité vésicale, I'hypotonie sphinctérienne, la récidive d'une hypermobilité cervico uréthrale, peuvent être impliquées. C'est dans ce type de situation que l'évaluation urodynamique, radiologique et endoscopique prend tout son sens. En fonction des résultats, les choix seront à faire principalement entre bandelette, injection péri-uréthrale et sphincter artificiel. Le sphincter artificiel représente une alternative intéressante en cas de pression de cloture basse et de col fixé. L'analyse d'une série française multicentrique montre 84,2 % de succès avec 27,8 mois de recul moyen.
3) L'IU DE LA FEMME AGEE est dominée par la fréquence sur ce terrain d'une hyperactivité vésicale relevant de mécanismes particulièrement complexes. Ce trouble fonctionnel vésical est au centre des problèmes diagnostiques et thérapeutiques avec pour objectif d'améliorer la situation sociale et personnelle de ces sujets âgés.

Mots clés:
incontinence urinaire / personne âgée / Sphincter artificiel