Base bibliographique

Le bicalutamide 150 mg dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé : des résultats à la pratique : Place du bicalutamide 150 mg dans le traitement du cancer de la prostate : 3ème analyse du programme EPC (Early Prostate Cancer)
2007
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2007, 17, 4, 891-899, suppl. 1

But :Le programme EPC (Early Prostate Cancer) a été conçu pour évaluer l'efficacité et la tolérance d'une hormonothérapie par le bicalutamide à la dose de 150 mg en situation adjuvante (à une prostatectomie totale ou à une radiothérapie) ou en traitement seul chez des patients présentant un cancer de la prostate non métastasé.
Matériel :8113 patients au stade localisé (T1-T2, N0, M0) ou localement avancé (T1-T2, N+ ou T3-T4, Nx, M0) ont été inclus dans trois grandes études internationales randomisées comparant un traitement par le bicalutamide 150 mg (n = 4052) à un placebo (n = 4061). Les objectifs primaires de ce programme sont la progression clinique objective (déterminée par scintigraphie osseuse, scanner, échographie ou IRM) et la survie globale. La tolérance et la progression biologique sont des objectifs secondaires.
Résultats :A 7,4 ans de suivi médian, tous stades, toutes attitudes thérapeutiques, toutes études confondues, le bicalutamide 150 mg réduit significativement le risque de progression de 21 % (HR : 0,79 ; IC 95 % : 0,73-0,85 ; p < 0,001). En analyse de sous-groupes, il n'y a pas de bénéfice à un traitement par bicalutamide 150 mg au stade localisé. Au stade localement avancé, le bicalutamide 150 mg en adjuvant à la radiothérapie externe réduit significativement le risque de décès de 35% (HR : 0,65 ; IC95% : 0,44-0,95 ; p = 0,03). En adjuvant à la prostatectomie radicale, il réduit significativement le risque de progression clinique de 25% (HR : 0,75 ; IC95% : 0,61-0,91 ; p = 0,004). Les effets secondaires les plus fréquemment retrouvés (gynécomasties et/ou les douleurs mammaires : 73,6 % et 68,8 %) sont en rapport avec l'activité pharmacologique du bicalutamide.
Conclusion :La 3ème analyse du programme EPC à 7,4 ans de suivi médian met en évidence un bénéfice significatif en survie globale en adjuvant à la radiothérapie et en survie sans progression clinique en adjuvant à la prostatectomie radicale au stade localement avancé. Sur la base de ces résultats et d'une revue exhaustive de la littérature, trois avis d'experts explicitent les aspects pratiques de la prise en charge.

Mots clés:
Early Prostate Cancer / bicalutamide 150 mg / locally advanced prostate cancer / adjuvant treatment / overall survival
Le bicalutamide 150 mg dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé : des résultats à la pratique : Place du bicalutamide 150 mg dans le traitement des patients cT3 (revue de la littérature et avis d'experts)
2007
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2007, 17, 4, 900-903, suppl. 1

La classification TNM clinique définit le stade cT3a comme un stade d'extension extracapsulaire unilatérale ou bilatérale et le stade cT3b comme un stade d'extension aux vésicules séminales [19].

L'efficacité des traitements locaux exclusifs (chirurgie ou radiothérapie) des cancers de la prostate diagnostiqués cliniquement T3 a fait l'objet de nombreuses évaluations, mais toutes s'accordent sur leur insuffisance.

Mots clés:
bicalutamide / patients cT3 / Cancer / prostate
Le bicalutamide 150 mg dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé : des résultats à la pratique : Place d'un traitement adjuvant et du bicalutamide 150 mg dans le traitement des patients pT3 (revue de la littérature)
2007
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2007, 17, 4, 904-906, suppl. 1

La classification pathologique TNM définit le stade pT3a comme un stade d'extension extra-prostatique et le stade pT3b comme un stade d'extension aux vésicules séminales, éléments obtenu à partir de la pièce de prostatectomie totale [19].

Mots clés:
bicalutamide / Cancer / prostate / patients pT3
Le bicalutamide 150 mg dans le traitement du cancer de la prostate localement avancé : des résultats à la pratiqueProfil de tolérance du bicalutamide 150 mg (revue de la littérature et avis d'experts)
2007
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2007, 17, 4, 907-910, suppl. 1

Les analogues de la LH-RH suppriment la testostéronémie circulante [48]. La castration ainsi obtenue explique leur efficacité, mais aussi leurs effets indésirables. Ceux-ci sont les bouffées de chaleur, l'augmentation du risque fracturaire, une diminution de la libido, une fatigue, une perte d'énergie, des troubles émotionnels, une modification du rapport masse maigre/masse grasse, une altération des fonctions cognitives et une anémie [10-13,48].

Mots clés:
bicalutamide / Cancer / prostate / tolérance