Base bibliographique

Sommaire :

Discours inaugural au 94è Congrès Français d'Urologie
2002
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 155-161

Présider un congrès est un privilège qu'on doit à l'âge et à l'amitié, plutôt qu'à ses mérites. Je remercie le Conseil d'Administration que je présidais à l'époque de m'avoir ainsi privilégié, tout en regrettant de n'avoir pas profité de mes pouvoirs pour abolir ce discours inaugural tant redouté. C'est, en effet, un exercice périlleux de parler de soi avec modestie, de ses maïtres avec reconnaissance, et de l'urologie avec clairvoyance.

Mots clés:
Discours congrès AFU
Le XXe siècle... ou le temps des révolutions conceptuelles
2002
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 162-167

J'aimerais réfléchir avec vous à d'autres révolutions que les révolutions techniques. Elles sont importantes, ces révolutions techniques ; bien sûr, elles ont des conséquences. Mais il y a des révolutions beaucoup plus profondes qui, finalement, changent, à long terme, notre façon de vivre ensemble : ce sont les révolutions conceptuelles, le regard que nous portons sur le monde et dans le monde, sur cet objet très particulier, NOUS.

Mots clés:
discours / congrès AFU 2001
Diminution de la sensibilité au niveau de l'urètre membraneux après vessie iléale orthotopique de substitution
Decreased sensitivity of the membranous urethra after orthotopic ileal bladder replacement.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 245-249

But : Déterminer si la sensibilité de l'urètre membraneux est un facteur important pour l'obtention de la continence après vessie iléale de substitution.
Méthode : Le seuil de sensibilité après stimulation électrique de l'urètre membraneux par une électrode anneau placée sur un cathéter urétral a été mesuré chez 47 hommes après vessie iléale de substitution (groupe post-opératoire). Le groupe contrôle consistait en 35 hommes avant prostatectomie radicale ou cystoprostatectomie.
Résultats : La moyenne du seuil de sensibilité au niveau de l'urètre membraneux était de 9±2 mA dans le groupe contrôle et de 27± 11 mA. dans le groupe post-opératoire (p<0.001). Le seuil de sensibilité des patients continents et incontinents de jour était respectivement de 24±9 et 39±10 mA. (p<0.001).
Conclusion : La sensibilité de l'urètre membraneux diminue chez les patients après cystoprostatectomie et vessie iléale de substitution. La sensibilité de l'urètre membraneux est meilleure chez les patients continents comparé aux incontinents, et semble ainsi être un facteur important pour la continence après vessie iléale de substitution.

Objective: To determine whether the sensitivity of the membranous urethra is an important factor to obtain continence after ileal bladder replacement.
Material and Method: The sensitivity threshold after electrical stimulation of the membranous urethra by a ring electrode placed on a urethral catheter was measured in 47 men after ileal bladder replacement (postoperative group). The control group consisted of 35 men before radical prostatectomy or cystoprostatectomy.
Results: The mean sensitivity threshold of the membranous urethra was 9±2 mA in the control group and 27±11 mA in the postoperative group (p<0.001). The sensitivity threshold of daytime continent and incontinent patients was 24±9 and 39±10 mA, respectively (p<0.001).
Conclusion: The sensitivity of the membranous urethra decreases in patients after cystoprostatectomy and ileal bladder replacement. The sensitivity of the membranous urethra is better in continent patients than in incontinent patients and therefore appears to be an important factor for continence after ileal bladder replacement.

Mots clés:
Vessie iléale de substitution / continence / sensibilité urétrale
Mots-clés:
Ileal bladder replacement / continence / urethral sensitivity
Donner un avenir à la recherche clinique (urologique) en France. Point de vue d'un directeur médical de l'industrie pharmaceutique
To give a future to the clinical (urological) research in France. Point of view of a medical director of the drug industry.
2001
- Point de vue, interview
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 376-381

La réglementation française de la recherche clinique vise essentiellement à la protection des personnes et au respect des bonnes pratiques cliniques. Cependant, dans un contexte international, des obstacles liés à cette réglementation, mais aussi des obstacles financiers et organisationnels, limitent la participation des centres investigateurs français, en particulier la participation à la recherche clinique privée. Les textes de lois et les aspects pratiques sont envisagés sous cet angle; des solutions sont proposées

The regulation of clinical research in France is aimed essentially at the protection of individuals and the maintenance of good clinical practice. However, in an international context, certain obstacles linked to this regulation, as well as other obstacles of a financial and organisational nature, limit the participation of the French investigational centers, particularly in private clinical research. Legal texts and practical concerns are considered in this light; solutions are outlined.

Mots clés:
Essais cliniques / France / Législation / soutien financier / industrie pharmaceutique
Mots-clés:
Clinical trials / France / Legislation / financial support / drug industry
Etude comparative rétrospective des néphrectomies élargies par voie chirurgicale et par laparoscopie rétropéritonéale
Retrospective comparative studies of enlarged nephrectomies by surgery and retroperitoneal laparoscopy.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 223-230

But : Analyser les résultats des néphrectomies élargies par laparoscopie rétropéritonéale en terme de tolérance, morbidité et contrôle carcinologique.
Patients et Méthodes : 22 néphrectomies élargies pour cancer ont été effectuées par voie laparoscopique rétropéritonéale. Une conversion chirurgicale a été nécessaire. Cette série a été comparée de manière rétrospective à 16 néphrectomies élargies par voie chirurgicale.
Résultats : Les deux séries étaient comparables. La durée opératoire n'était pas significativement différente dans les deux groupes. Les pertes sanguines étaient moins importantes dans le groupe laparoscopique (p<0,001). Nous n'avons pas constaté de différence pour la consommation d'antalgiques dans les 24 premières heures, le temps de séjour aux soins intensifs post-opératoires et la durée d'hospitalisation. Les complications post-opératoires ont été moins nombreuses dans le groupe laparoscopique (p=0,04). Dans aucun des groupes il n'y a eu de décès ou de récidive tumorale, avec un suivi moyen de 8,7 mois pour le groupe laparoscopie et de 32,2 mois pour le groupe chirurgie ouverte.
Conclusions : La néphrectomie élargie pour cancer par laparoscopie rétropéritonéale est une acquisition récente. Elle respecte les principes de la chirurgie carcinologique. Elle amène une diminution significative des pertes sanguines et des complications post-opératoires. Le résultat en terme de survie sans récidive demande à être apprécié sur le long terme.

Objective : To evaluate the results of radical retroperitoneal laparoscopic nephrectomy in terms of tolerance, morbidity and oncologic control.
Material and Methods : 22 radical nephrectomies have been carried out by retroperitoneal laparoscopy. One surgical conversion has been necessary. This series has been retrospectively compared to 16 radical nephrectomies by open surgery.
Results : Both series were comparable. Operative time was not significantly different in the two groups. Blood loss was less with laparoscopic surgery (p<10 ?3). We did not see any difference in antalgic consumption during the first post-operative day and in intensive care and hospital stay. Post-operative complications were less in the laparoscopy group (p=0,04). We observed no death or reccurence with a mean follow-up of 8.7 months for the laparoscopy group vs 32.2 for the open group.
Conclusions : Radical retroperitoneal laparoscopic nephrectomy is a recent surgical technique which has the same oncologic standards as open surgery. Blood loss and post-operative complications are significantly reduced. Survival needs to be evaluated on long term follow-up.

Mots clés:
laparoscopie / cancer du rein / Néphrectomie
Mots-clés:
Renal cancer / nephrectomy / Laparoscopy
Histoire naturelle des abords vasculaires pour l'hémodialyse après transplantation rénale
Natural history of arteriovenous shunts for haemodialysis after renal transplantation.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 231-234

But : L'objectif de cette étude a été d'apprécier le devenir à long terme des fistules artério-veineuses (FAV) chez les transplantés rénaux, de discuter les mécanismes affectant leur fonctionnement et de la stratégie chirurgicale en vue de préserver au mieux le capital veineux dans l'hypothèse d'un retour en dialyse.
Matériels et Méthodes : 160 patients transplantés rénaux âgés en moyenne de 47 ans ont été revus. Les FAV étaient constituées au poignet dans 85% des cas et au pli du coude dans 13% des cas. La FAV avait été créée en moyenne 29 mois avant la greffe.
Résultats : 62% des FAV avec un recul moyen de 69 mois par rapport à la transplantation et de 95 mois par rapport à leur constitution étaient jugées fonctionnelles. Les thromboses per opératoires, précoces et tardives étaient respectivement de : 6%, 7,5% et 17%. L'abord vasculaire de 12 patients a été fermé à distance (7,5%).
Conclusion : Les abords vasculaires natifs distaux bien que non utilisés après la transplantation rénale ont des survies prolongées. Le risque évolutif principal est la thrombose qui peut être prévenu en per et péri-opératoire. Ces résultats nous incitent à proposer une attitude conservatrice pour tous les abords vasculaires bien tolérés.

Introduction: The objective of this study was to assess the long-term outcome of AV shunts in renal transplant recipients, to discuss mechanisms affecting their functioning and the surgical strategy designed to optimally preserve the venous capital in the hypothesis of a return to dialysis.
Materials and Methods: 160 renal transplant recipients, with a mean age of 47 years, were reviewed. AV shunts were performed at the wrist in 95% of cases and in the cubital fossa in 13% of cases. The AV shunt had been performed an average of 29 months before renal transplantation.
Results: 62% of AV shunts were considered to be functional with a mean follow-up of 69 months after transplantation and 95 months after creation. The intraoperative and early and late postoperative thrombosis rates were 6%, 7.5% and 17%, respectively. The AV shunt was subsequently closed in 12 patients (7.5%).
Conclusion: Native distal AV shunts, although not used after renal transplantation, have a prolonged survival. The main risk is thrombosis which can be prevented intraoperative and perioperatively. These results encourage a conservative attitude to all well tolerated AV shunts.

Mots clés:
Transplantation rénale / hémodialyse / shunt artério-veineux chirurgical / thrombose
Mots-clés:
renal transplantation / hemodialysis / arterio-venous shunt / surgical / thrombosis
Injections périuréthrales de collagène : résultats à 2 ans chez 25 patientes avec incontinence urinaire sévère
Periurethral collagen injections: 2-year results in 25 women with severe urinary incontinence.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 283-287

Objectifs : Etudier l'efficacité et la tolérance des injections périuréthrales de collagène dans le traitement de l'incontinence urinaire sévère.
Patientes et Méthodes : De 1994 à 1998, 25 injections périuréthrales de collagène ont été réalisées chez 25 femmes d'âge moyen 65 ans présentant une incontinence urinaire grade III dans 17 cas et grade II dans 8 cas, sous anesthésie locale dans 5 cas, rachianesthésie dans 10 cas et anesthésie générale dans 10 cas. Il s'agissait d'une incontinence récidivée dans 20 cas. Une injection a été réalisée dans 20 cas et deux dans 5 cas. Aucune patiente ne présentait de troubles de la statique pelvienne. Le bilan urodynamique préopératoire n'a retrouvé aucun cas d'instabilité vésicale, une pression de clôture uréthrale moyenne de 35 cm d'eau. Un test cutané a été réalisé dans chaque cas au moins 30 jours avant l'injection.
Résultats : La durée moyenne d'hospitalisation a été de 2,75 jours. La quantité moyenne de collagène injecté a été de 5,7 ml. Avec un suivi moyen de 24 mois, 33% des patientes étaient sèches, 39% améliorées et 28% en échec. Aucune complication n'a été à déplorer.
Conclusion : Cette méthode, par son innocuité peut-être proposée sans risque, en ambulatoire, avec de bons résultats, chez des patientes de tout âge, aussi bien lors des récidives d'incontinence qu'en première intention, cette technique n'entravant pas en cas d'échec la réalisation d'une autre intervention.

Objectives: To study the efficacy and safety of periurethral collagen injection in the treatment of severe urinary incontinence.
Patients and Methods: From 1994 to 1998, 25 periurethral collagen injections were performed in 25 women with a mean age of 65 years presenting with urinary incontinence classified as grade III in 17 cases and grade II in 9 cases, under local anaesthesia in 5 cases, spinal anaesthesia in 10 cases and general anaesthesia in 10 cases. Twenty patients were treated for recurrent incontinence. One injection was performed in 20 cases and two injections were performed in 5 cases. None of the patients presented disorders of pelvic muscles. The preoperative urodynamic assessment did not reveal any cases of detrusor instability, and showed a mean urethral closure pressure of 35 cm H2O. A skin test was performed in each case at least 30 days before the injection.
Results: The mean hospital stay was 2.75 days. The mean quantity of collagen injected was 5.7 ml. With a mean follow-up of 24 months, 33% of patients were continent, 39% were improved and 28% were considered to be failures. No complications were observed.
Conclusion: Due to its safety, this method can be proposed in outpatients with good results, in patients of all ages, either as first-line treatment or for recurrent incontinence, as, in the case of failure, this technique does not comprise subsequent treatment by another operation.

Mots clés:
incontinence urinaire / collagène / Urèthre / insuffisance sphinctérienne
Mots-clés:
Urinary incontinence / collagen / Urethra / Sphincter incompetence
Intérêt de la tomodensitométrie hélicoïdale dans le diagnostic précoce de l'infarctus rénal
Value of spiral CT in the early diagnosis of renal infarction.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 217-222

Introduction : Le diagnostic d'infarctus rénal est rare et souvent difficile. Le but de cette étude est de montrer, que la réalisation d'un examen tomodensitométrique hélicoïdal avec injection lors d'un tableau de colique néphrétique, permet de redresser le diagnostic et d'affirmer alors l'existence d'un infarctus du parenchyme rénal.
Materiel et Méthodes : Pendant une période de 10 mois, nous avons proposé pour tout patient hospitalisé avec un tableau de colique néphrétique, l'algorithme décisionnel suivant : un abdomen sans préparation (ASP) et une échographie rénale de première intention, qui en l'absence de diagnostic (lithiase ou dilatation des cavités) étaient complétés par une tomodensitométrie hélicoïdale sans injection. En cas de normalité de ces examens, une injection de produit de contraste était réalisée dans le même temps.
Résultats : 300 patients ont été inclus dans cette étude, pour lesquels un examen tomodensitométrique a été réalisé 40 fois. Cette prise en charge a permis le diagnostic d'infarctus du parenchyme rénal chez trois patients, dont nous rapportons les observations. Lorsque les coupes sans injection ne montrent pas d'anomalie, l'injection du produit de contraste est indispensable afin de visualiser la zone infarcie, qui apparaît comme une lésion hypodense, triangulaire, à bords nets, ayant une topographie vasculaire.
Conclusion : La tomodensitométrie hélicoïdale avec injection doit être aujourd'hui considéré comme l'examen de référence devant un tableau de colique néphrétique n'ayant pas fait sa preuve. Cette prise en charge radiologique récente devrait permettre de diagnostiquer un plus grand nombre d'infarctus du parenchyme rénal, dont l'existence était autrefois méconnue.

Introduction: Renal infarction is a rare and often difficult diagnosis. The objective of this study was to demonstrate that contrast-enhanced spiral CT in patients presenting features of renal colic, can establish the diagnosis by confirming the presence of infarction of the renal parenchyma.
Material and Methods: Over a 10-month period, the authors proposed the following decision flow-chart for all patients admitted with clinical features of renal colic: plain abdominal x-ray and first-line renal ultrasound, which, in the absence of a diagnosis (stones or dilatation of cavities), were completed by unenhanced spiral CT scan. When these examinations were normal, contrast-enhanced spiral CT scan was then performed.
Results: 300 patients were included in this study, and CT was performed in 40 cases. This management allowed the diagnosis of infarction of the renal parenchyma in three patients, who are described here. When unenhanced CT sections do not reveal any abnormality, contrast-enhanced sections are essential to visualize the infarcted zone, seen as a triangular low density lesion with clearly defined margins and a vascular topography.
Conclusion: Contrast-enhanced spiral CT should now be considered to be the reference examination for the assessment of non-documented renal colic. This recent imaging modality should allow the diagnosis of a greater number of infarctions of the renal parenchyma, which formerly remained undiagnosed.

Mots clés:
Rein / infarctus / tomodensitométrie hélicoïdale / Colique néphrétique
Mots-clés:
Kidney / infarction / spinal CT / Renal colic
Un nombre de sujets nécessaire... pour conclure
A necessary number of subjects... to conclude
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 364-367

Ce n'est pas parce qu'une différence n'est pas statistiquement significative qu'elle n'existe pas et certaines différences ne sont pas mises en évidences par des études à effectifs réduits en raison du hasard des fluctuations d'échantillonnages. Pour mettre en évidence une différence qui existe réellement ou conclure à son absence, il faut que l'étude ait une puissance suffisante, déterminée pour l'essentiel par le nombre de sujets inclus. Dans le cas particulier des comparaisons de courbes de survies c'est le nombre d'évènements ou de décès totaux au moment de l'analyse qui donne sa puissance à l'étude. Des exemples théoriques ou réels issus de la littérature urologique vont illustrer l'intérêt du calcul du nombre de sujets nécessaires avant de commencer une étude et l'intérêt d'évaluer a posteriori la puissance d'une étude pour en interpréter les résultats.

The fact that a difference is not statistically significant does not mean that it does not exist. Some differences are not demonstrated by studies conducted on small sample sizes due to random sampling fluctuations. To demonstrate a difference which really exists or to conclude on the absence of a difference, the study must have a sufficient power, essentially determined by the number of subjects included. In the case of comparisons of survival curves, the number of events or total deaths at the time of analysis determines the power of the study. Examples derived from the urological or theoretical literature will illustrate the value of calculating the number of subjects required before starting the study and the value of retrospectively evaluating the power of a study in order to interpret its results.

Mots clés:
Statistiques / Méthodologie / puissance statistique / Essais cliniques
Mots-clés:
Statistics / methodology / statistical power / Clinical trials
Utilité du p53 dans la prise en charge clinique des tumeurs vésicales
Value of p53 in the clinical management of bladder cancer.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 201-208

Le gène suppresseur de tumeur p53 a fait l'objet depuis de nombreuses années de multiples travaux dans le domaine du cancer de vessie. S'il semble exister une bonne corrélation entre la surexpression de la protéine p53 et les facteurs anatomo-cliniques péjoratifs, les résultats concernant la valeur pronostique sont contradictoires. Ces discordances peuvent être expliquées en partie par les différentes méthodes immuno-histochimiques employées dans les séries. La standardisation d'une méthode immuno-histochimique hautement sensible et spécifique dans la détection des altérations de p53 apparaît à l'heure actuelle indispensable afin de déterminer avec certitude l'utilité de p53 dans la prise en charge clinique des tumeurs vésicales.

The antioncogene p53 has been the subject of many studies in the field of bladder cancer, for many years and there appears to be a good correlation between p53 protein overexpression and pejorative clinicopathological factors, but contradictory results have been reported concerning its prognostic value. These discordances can be partly explained by the various immunohistochemical methods used in published series. Standardization of a highly sensitive and specific immunohistochemical method for the detection of p53 alterations now appears to be essential in order to accurately determine the value of p53 in the clinical management of bladder cancer.

Mots clés:
Vessie / Cancer / P53
Mots-clés:
bladder / Cancer / P53
Cancer du rein à cellules chromophobes, une entité à part entière. A propos d'une série de 35 cas
Clear cell renal carcinoma: a distinct entity, based on a series of 35 cases.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 209-216

Objectif: Décrire les caractéristiques cliniques, histologiques et évolutives du cancer du rein à cellules chromophobes.
Patients et Méthodes: Les dossiers de 35 patients opérés d'un cancer du rein à cellules chromophobes ont été revus. Il s'agissait de 22 hommes et 13 femmes, d'un âge moyen de 58±13,8 ans. Les circonstances diagnostiques et l'aspect histologique de cette tumeur ont été analysés. L'évolution des patients a été étudiée avec un suivi moyen de 70±20,2 mois.
Résultats: Le diagnostic était fortuit dans 66% des cas. L'aspect macroscopique des tumeurs était caractéristique : homogène et de couleur blanche ou beige . En microscopie optique, les tumeurs se composaient de cellules chromophobes (claires) et de cellules éosinophiles en proportions variables. Elles se répartissaient en 15 tumeurs à prédominance éosinophile (43%), 9 tumeurs à prédominance claire (26%) et 11 tumeurs à nombre égal de cellules claires et éosinophiles (31%). Les noyaux étaient irréguliers et incisurés. La coloration de Hale était positive dans tous les cas. La majorité des tumeurs étaient limitées au rein ( T1: 65% et T2: 29%) et de bas grade nucléaire (91% de grades 1 et 2). Aucun patient n'a eu de récidive locale ou de métastase lors du suivi. Le taux global de survie à 5 ans était de 92%. Aucun décès lié à la maladie n'a été rapporté.
Conclusion: Le diagnostic histologique du cancer chromophobe est devenu facile et peut être évoqué dés l'examen macroscopique de la pièce opératoire. Cette tumeur semble être de bon pronostic parce qu'elle est le plus souvent limitée au rein et de bas grade nucléaire.

Objective:To describe the clinical and histological characteristics and natural history of clear cell renal carcinoma.
Patients and Methods: The case files of 35 patients (22 men and 13 women, with a mean age of 58 ± 13.8 years) operated for clear cell renal carcinoma were reviewed. The circumstances of diagnosis and the histological features of the tumour were analysed. The outcome of the patients was studied with a mean follow-up of 70 ± 20.2 months.
Results: The diagnosis was incidental in 66% of cases. The macroscopic appearance of the tumour was characteristic: homogeneous and beige or white colour. On light microscopy, tumours were composed of variable proportions of clear cells and eosinophilic cells. The were classified as 15 predominantly eosinophilic tumours (43%), 9 predominantly clear cell tumours (26%) and 11 tumours composed of equal number of clear cells and eosinophilic cells (3 1%). Nuclei were irregular and indented. Hale stain was positive in every case. The majority of tumours were confined to the kidney (T1: 65% and T2: 29%) with a low nuclear grade (91% of grades 1 and 2). No patient developed local recurrence or metastasis during follow-up. The overall 5-year survival rate was 92%. No death related to the disease was reported.
Conclusion: The histological diagnosis of clear cell renal cancer is now easy and can be suggested even on macroscopic examination of the operative specimen. This tumour appears to have a good prognosis, as it is usually confined to the kidney with a low nuclear grade.

Mots clés:
cancer du rein / chromophobe / stade TNM / grade de Führman / Pronostic
Mots-clés:
Renal cancer / clear cell / TNM stage / Führman grade / prognosis
Carcinome à cellules transitionnelles du moignon urétéral après néphrectomie pour pyonéphrose
Transitional cell carcinoma of the ureteral stump after nephrectomy for pyonephrosis. Case report and review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 304-306

Un cas de carcinome urothélial du moignon urétéral gauche est rapporté chez un homme de 66 ans ayant subi une néphrectomie pour pyonéphrose 6 ans auparavant et une cystoprostatectomie pour tumeur de vessie 13 ans plus tôt.
A partir de cette observation et d'une revue de la littérature, se discuteront les problèmes étiopathogéniques et diagnostiques posés par cette affection.

The authors report a case of transitional cell carcinoma of the left ureteral stump in a 66-year old man treated by nephrectomy for pyonephrosis 6 years previously and cystoprostatectomy for bladder tumour 13 years previously. In the light of this case and based on a review of the literature, they essentially discuss the diagnostic and aetiopathogenic problems raised by this disease.

Mots clés:
Moignon urétéral / carcinome transitionnel / Néphrectomie / cystoprostatectomie
Mots-clés:
Ureteric stump / Carcinoma / transitional cell / nephrectomy / cystoprostatectomy
Carcinome sarcomatoïde de la prostate
Sarcomatoid carcinoma of the prostate: A new case.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 327-330

Nous rapportons un cas de carcinome sarcomatoïde de la prostate, développé chez un patient âgé de 49 ans. La symptomatologie clinique était dominée par des troubles mictionnels à type de dysurie et de pollakiurie. Le toucher rectal a montré une prostate volumineuse, dure et irrégulière. Le taux de PSA était normal. L'échographie endorectale et la tomodensitométrie abdomino-pelvienne avaient montré une masse hétérogène occupant le carrefour vésico-prostatique. Le patient avait subi une cystoprostatectomie. L'étude histologique de la pièce de cystoprostatectomie avait révélé un néoplasme constitué de cellules fusiformes exprimant les marqueurs épithéliaux à l'étude immunohistochimique et a conclu à un carcinome sarcomatoïde de la prostate. Le patient est décédé au septième mois après cystoprostatectomie.

The authors report a case of sarcomatoid carcinoma of the prostate in a 49-year-old patient. The clinical symptoms were dominated by dysuria and frequency. Digital rectal examination showed a very large, hard and irregular prostate. Serum PSA was normal. Transrectal ultrasonography and abdominopelvic computed tomography showed a heterogeneous mass occupying the vesico-prostatic junction. The patient underwent cystoprostatectomy. Histological examination of the cystoprostatectomy specimen revealed a tumour composed of spindle cells expressing epithelial markers on immunohistochemical analysis and concluded on a diagnosis of sarcomatoid carcinoma of the prostate. The patient died seven months after cystoprostatectomy.

Mots clés:
prostate / carcinome sarcomatoïde / Immunohistochimie
Mots-clés:
prostate / sarcomatoid carcinoma / immunohistochemistryProstate / carcinome sarcomatoïde / immunohistochimie
Carcinome transitionnel rénal et thrombus tumoral cave
Renal transitional cell carcinoma and caval tumour thrombus. Case report and review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 288-292

Le carcinome à cellules transitionnelles du rein avec thrombus tumoral cave est extrêmement rare. Notre propos est de tenter de définir les caractéristiques radiologiques permettant d'évoquer le diagnostic en pré-opératoire et d'adapter l'attitude thérapeutique.
Nous présentons le cas d'un patient de 51 ans, porteur d'une lithiase calicielle exclue, et revoyons les 17 cas publiés en 24 ans au cours desquels les explorations radiologiques ont évolué.
Il semble que seules les données tomodensitométriques permettent d'évoquer cette étiologie et de réaliser une urétéro-pyélographie rétrograde à la recherche d'une tumeur de la voie excrétrice. L'IRM explore au mieux l'extension de la tumeur dans la veine cave inférieure. La néphro-urétérectomie avec excision d'une collerette vésicale péri-méatique et cavotomie est le seul geste chirurgical carcinologique, même si le pronostic est extrêmement sombre.

Transitional cell carcinoma of the kidney with caval tumour thrombus is extremely rare. The authors describe the radiological signs suggesting the preoperative diagnosis and guiding the therapeutic approach. They present the case of a 51-year-old patient with excluded caliceal stones, and review 17 cases published over a period of 24 years during which considerable progress has been made in radiological investigations. Only CT appears to be able to indicate this aetiology and allows retrograde ureteropyelography looking for a tumour of the urinary tract. MRI provides the best assessment of tumour involvement of the inferior vena cava. Nephroureterectomy with excision of a perimeatal bladder cuff and cavotomy is the only oncological surgical procedure, despite the extremely poor prognosis.

Mots clés:
Rein / carcinome transitionnel / thrombus tumoral cave / Lithiase / TDM
Mots-clés:
Transitional cell carcinoma of the kidney / caval tumour thrombus / stones / CT
Comparaison économique de deux techniques chirurgicales de traitement de l'incontinence urinaire d'effort chez la femme : technique de Burch contre technique TVT
Economic comparison of two surgical techniques for the treatment of female stress urinary incontinence : Burch technique versus TVT technique.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 347-353

But : Le dispositif TVT (Tension-free Vaginal Tape) est employé dans notre Centre Général pour les cures d'incontinences urinaires d'effort; son utilisation génère des surcoûts pour le service Pharmacie. La technique de Burch, employée auparavant, ne nécessite aucun dispositif médical spécifique, mais est invasive, et nécessite une plus longue durée d'hospitalisation. La finalité de cette étude est de comparer l'impact financier de ces deux techniques, en dégageant des coûts discriminants.
Matériel et Méthodes : Dix sept Burch isolés et vingt et un TVT ont été inclus. Les coûts analysés sont relatifs aux dispositifs médicaux, aux médicaments, aux actes médico-techniques, et aux durées d'intervention chirurgicale, d'hospitalisation et de surveillance post-interventionnelle.
Résultat : L'intervention de Burch est associée à un coût de 26 322 FF (4.012,7 E), et l'intervention TVT à coût de 10 958 FF (1.670,5 E).
Conclusion : La technique TVT permet de réduire les coûts d'hospitalisation. Elle implique une épargne des équipements opératoires, et des charges en personnel (diminution des temps opératoires, et du séjour en unité post-interventionnelle).

The TVT device (Tension-free Vaginal Tape) is used in our Hospital to treat stress urinary incontinence, resulting in an excess cost for the Pharmacy. The Burch technique, used previously, does not require any specific medical device, but is invasive and requires a longer hospital stay. The objective of this study was to compare the financial impact of these two techniques, by defining the discriminant costs.
Seventeen isolated Burch procedures and twenty one TVT procedures were included. The costs analysed concerned medical devices, medicinal products, laboratory procedures, operating time, hospital stay and duration of postoperative follow-up.
The Burch procedure cost FFR 26,322 and the TVT procedure cost FFR 10,958.
The TVT technique reduces the cost of hospitalisation and represents an economy of operative equipment and nursing workload (reduction of operating time and postoperative stay).

Mots clés:
Evaluation économique / Tension free Vaginal Tape (TVT) / Burch
Mots-clés:
Economic evaluation / Tension-free Vaginal Tape
Cure de cystocèle par plastron vaginal
Cystocele repair by vaginal patch. Short-term results in 47 patients
2001
- Technique chirurgicale
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 340-346

But : Décrire une technique originale de cure de cystocèle par voie vaginale. L'intervention associe une suspension par six points aux arcs tendineux du fascia pelvien d'une prothèse de tissu vaginal de 6 à 8 cm de long sur 4 cm de large environ, laissée au contact de la cystocèle. Le plastron vaginal est alors enfoui sous la suture de la colporraphie antérieure. En fonction de la nécessité on associera une spinofixation, une hystérectomie, une myorraphie des élévateurs ou une cure d'incontinence urinaire.
Matériel et Méthodes : Etude rétrospective de 47 patientes opérées d'une cure de prolapsus par voie vaginale entre octobre 1997 et juin 1998. Toutes les patientes présentaient un prolapsus extériorisé avec cystocèle de grade III, associée à une incontinence urinaire dans 38,3% des cas et à une hystérocèle ou un prolapsus du fond vaginal dans 87% des cas. L'âge moyen était de 69 ans. Dans deux cas une conservation utérine a été préférée mais chez les 45 autres patientes une hystérectomie était réalisée avec une spinofixation selon Richter chez 44 d'entre elles. Dans tous les cas une myorraphie des élévateurs était associée.
Résultats : Le recul moyen a été de 16,4 mois avec des extrêmes de 6 à 26 mois chez 46 patientes. 93% des patientes sont considérées comme guéries de leur cystocèle, une patiente présentait une cystocèle de grade I asymptomatique et deux patientes présentaient un échec avec récidive d'une cystocèle de grade II.
Conclusion : La technique que nous présentons est un traitement curatif de la cystocèle de grade III chez la femme ménopausée associée à une spinofixation selon Richter, et prévient le risque de cystocèle décrit en cas de traitement d'un prolapsus par voie basse avec spinofixation isolée (10 à 20%). Les résultats à court terme sont encourageants même s'ils demandent à être confirmés par un suivi à 5 ans et plus.

Objective: to describe an original technique for transvaginal cystocele repair and to report the anatomical and functional results of the first 47 patients operated by this technique. The operation combines suspension, by six sutures to the tendinous arches of the pelvic fascia, of a vaginal patch measuring 6 to 8 cm long by about 4 cm wide left in contact with the cystocele. The vaginal patch is then buried under the anterior colporraphy suture. Spinal fixation, hysterectomy, levator myorrhaphy or urinary incontinence repair are also performed as necessary.
Methods: descriptive retrospective study of 47 patients undergoing transvaginal repair of prolapse between October 1997 and June 1998. All patients presented external prolapse with grade III cystocele, associated with urinary incontinence in 38.3% of cases and hysterocele or vaginal prolapse in 87% of cases. The mean age of the patients was 69 years. The uterus was preserved in two cases, but hysterectomy was performed in the other 45 patients, together with Richter spinal fixation in 44 cases An associated levator myorrhaphy was performed in every case.
Results: The mean follow-up was 16.4 months (range: 6 to 26 months) in 46 patients. The cystocele was considered to be cured in 93% of patients, one patient had an asymptomatic grade I cystocele and surgery was unsuccessful in two patients who developed recurrent grade II cystocele.
Conclusion: The technique presented here is a curative treatment for grade III cystocele in menopaused women associated with Richter spinal fixation, and prevents the risk of cystocele described after transvaginal treatment of prolapse by spinal fixation alone (10 to 20%). The short-term results are encouraging, but they need to be confirmed by a follow-up of at least 5 years.

Mots clés:
Prolapsus génital / cystocèle / plastron vaginal / incontinence urinaire d'effort
Mots-clés:
Genital prolapse / cystocele / vaginal patch / Stress urinary incontinence
Cystites interstitielles : réévaluation des patients ne répondant pas aux thérapeutiques standards
Reassessment of patients treated for interstitial cystitis not responding to standard therapies.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 239-244

Objectif : La cystite interstitielle est une pathologie rare pour laquelle il n'existe aucun test spécifique et dont le diagnostic est fréquemment porté en excès, ce qui aboutit à des traitements prolongés et parfois inadaptés, de nombreux patients étant traités pendant une période prolongée avec différents traitements et ce sans aucune amélioration. Cette expérience clinique nous a poussé à réévaluer le diagnostic de cystite interstitielle chez des patients en échec thérapeutique.
Patients et Méthode : De décembre 95 à octobre 98, vingt-trois patients (21 femmes, 2 hommes) ont été pris en charge pour des troubles vésico-sphinctériens avec un diagnostic présumé de cystite interstitielle. Ces patients avaient déjà reçu au moins un traitement pour cette pathologie (instillation endovésicale de DMSO ou d'héparine, Elmiron per os, ou hydrodistension), le plus souvent avec un bénéfice très limité. La réévaluation diagnostique de ces patients a comporté un ECBU, une débitmétrie avec mesure du volume résiduel post mictionnel, une cystoscopie, une cystomanométrie avec étude pression/débit (21 patients), une uréthrocystographie mictionnelle (17 patients) et une IRM de l'urèthre (9 patients).
Résultats : Parmi les 23 patients qui nous avaient été adressés avec le diagnostic présumé de cystite interstitielle, seuls 4 remplissaient les critères diagnostiques du NIH. Un patient ne répondait pas à ces critères mais a répondu de manière positive au traitement de la cystite interstitielle. En revanche, la découverte d'une pathologie uréthrale a été fréquente (obstruction par fibrose péri-uréthrale distale : cinq patients, micro-diverticule uréthral : deux patients, uréthrite chronique : deux patients) et ce notamment chez les patientes pour lesquelles l'étude pression/débit était anormale.
Conclusion : la plupart des patients adressés avec le diagnostic présumé de cystite interstitielle ont une autre pathologie démasquée par des explorations plus approfondies. L'examen urodynamique avec étude de la relation pression débit nous a semblé indispensable dans cette situation. Nous pensons que si l'examen clinique met en évidence une sensibilité douloureuse de l'urèthre ou s'il existe une anomalie de l'étude pression/débit, il est alors nécessaire de poursuivre les investigations.

Objective : Insterstitial cystitis (IC) is an uncommon disease without an existing positive diagnostic test. Our experience has been that it tends to be overly considered, with many patients treated for long periods with several different regimens and no improvement. This impression prompted a review of our recent experience in the exclusionary diagnosis of IC.
Material and Methods : A retrospective review of patients referred to our specialty clinic between December 1995 and October 1998 revealed 23 patients (21 women, 2 men) who had been diagnosed with IC, and had received at least one treatment for this disease (intravesical DMSO or Heparin, Elmiron, 1-Arginine, or therapeutic hydrodistension) with little or no benefit. Our own evaluation of these patients included urinalysis, non-invasive uroflow, post void residual determination and office cystoscopy (all patients), filling cystometrogram and pressure-flow-EMG studies (21 patients), voiding cystourethrogram (17 patients), urethral MRI (9 patients), and other studies as indicated. The results of our reevaluation are reported.
Results : Of the 23 patients referred with a diagnosis of IC, only 4 were considered to meet the diagnostic criteria as established by the National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases (NIDDK) after a thorough evaluation. One other patient did not meet the criteria but responded to medications for IC. Urethral pathology was a common finding (distal periurethral fibrosis causing obstruction in 5 patients, intraurethral wall diverticulum in 2, and chronic urethritis in 2), particularly among women with abnormal pressure flow studies during urodynamics.
Conclusions : In our experience, many patients who carried the diagnosis of interstitial cystitis were found to have other causes contributing to their urinary symptoms after careful reassessment. Urodynamic studies were found to be of paramount importance in excluding the diagnosis in many cases. On the basis of our findings, we recommend that if local urethral tenderness is noted on physical examination or an abnormal pressure-flow relationship is seen during urodynamics, further investigation is warranted.

Mots clés:
cystite interstitielle / obstruction péri-uréthrale / Femme
Mots-clés:
Interstitital cystitis / Bladder outlet obstruction / female
Hémorragies récurrentes par des varices péri-stomialesaprès dérivation selon Bricker
Recurrent haemorrhage from peristomal varices after Bricker diversion: case report and review of the literature.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 310-313

Le développement de varices péristomiales survient chez des patients porteurs de dérivations digestives ou urinaires et souffrant d'hypertension portale.
Il n'est plus rare, actuellement, de proposer une chirurgie radicale pour tumeur infiltrante de vessie chez des patients atteints par ailleurs de cirrhose hépatique commune, source de complications ultérieures spécifiques.
Moins de dix cas d'hémorragies variqueuses ont été décrits sur greffon iléal de dérivation des urines.
Nous rapportons le cas d'un patient porteur d'une cirrhose commune (Child B) traité chirurgicalement (cystoprostatectomie radicale et dérivation cutanée transiléale selon Bricker) pour une tumeur infiltrante de vessie.
Les épisodes hémorragiques par rupture variqueuse surviennent deux mois après le geste chirurgical. Leur répétition et leur abondance ont conduit a la mise en place d'un shunt intra hépatique (TIPS) permettant une réduction de l'hypertension portale et de l'importance des saignements.
Lorsque le contrôle local du saignement devient impossible, la réduction du gradient de pression porto systémique est nécessaire. Le TIPS est une alternative efficace aux shunts chirurgicaux, source de morbidité et de mortalité élevée chez ces patients en mauvais état général.

Peristomal varices can occur in patients with gastrointestinal or urinary diversions associated with portal hypertension. It is now no longer rare to propose radical surgery for invasive bladder tumours in patients also suffering from hepatic cirrhosis, responsible for specific subsequent complications. Less than ten cases of varicose haemorrhages have been described on ileal bladders. The authors report the case of a patient with cirrhosis (Child B) treated surgically (radical cystoprostatectomy and Bricker transileal cutaneous diversion) for invasive bladder tumour. Episodes of bleeding varices occurred two months after surgery. Repeated and abundant haemorrhage led to the placement of an intrahepatic shunt (TIPS) allowing reduction of the portal hypertension and the severity of the bleeding. When local control of the bleeding is no longer possible, reduction of the portosystemic pressure gradient is required. TIPS is an effective alternative to surgical shunts, responsible for high morbidity and mortality in these debilitated patients.

Mots clés:
Varices iléales / hypertension portale / urétérostomie cutanée transiléale
Mots-clés:
Ileal varices / portal hypertension / transileal cutaneous ureterostomy
Intérêt du scanner multibarrette dans le choix de la stratégie thérapeutique du cancer du rein. A propos d'un cas de tumeur du rein avec double thrombus de la veine cave inférieure
Role of multiarray CT in the choice of treatment strategy for renal cancer. Report of a case of renal tumour with double thrombus of the inferior vena cava.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 296-300

Le cancer du rein avec thrombus cave est une pathologie qui nécessite un bilan pré-opératoire précis, permettant d'adapter la technique chirurgicale et les moyens mis en oeuvre au stade et à l'extension de la maladie.
Les développements récents du scanner, l'acquisition hélicoïdale il y a peu et actuellement la technique multibarrette, permettent cette évaluation de haute qualité.
A propos d'un cas de tumeur rénale droite avec extension cave bifocale, les auteurs discutent les apports précieux de cette imagerie dans l'évaluation de l'extension de la tumeur, des éléments artériels (artère unique ou multiple, situation anatomique par rapport à la veine rénale gauche, existence de bifurcations précoces...), des éléments veineux (veine rénale, veine génitale, extension du thrombus, veine lombaire et veine sus-hépatique).
Les améliorations de l'imagerie scanographique sont un progrès majeur dans le bilan d'extension des cancers du rein avec thrombus cave et une aide importante à l'établissement de la stratégie thérapeutique.

Renal cancer with caval thrombus is a disease which requires precise preoperative assessment, in order to adapt the surgical technique to the stage and extent of the disease. Recent developments in CT imaging, spiral acquisition and, more recently, the multiarray technique, allow a high quality evaluation. In the light of a case of right renal tumour with bifocal caval extension, the authors discuss the valuable contribution of this imaging modality in the staging assessment and evaluation of arterial (single or multiple artery, anatomical situation in relation to the left renal vein, presence of early bifurcations, etc.), and venous structures (renal vein, genital vein, extension of the thrombus, lumbar vein and hepatic vein). Improvements in CT imaging constitute a major progress in the staging of renal cancers with caval thrombus and make a considerable contribution to the choice of treatment strategy.

Mots clés:
cancer du rein / scanner / scanner multicoupe / explorations vasculaires
Mots-clés:
Renal cancer / CT / multi-section CT / vascular investigations
Interleukine-6 et métastases osseuses du cancer du rein : bases moléculaires et implications thérapeutiques
Interleukin-6 and bone metastases in renal cancer : molecular bases and therapeutic implications.
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 368-374

L'interleukine 6 (IL-6) est une cytokine multifonctionnelle qui déclenche de multiples signaux tissulaires et cellulaires. Elle est produite par plusieurs lignées cellulaires de cancer du rein in vitro et est synthétisée par une majorité de cancers du rein. Un taux sérique élevé d'IL-6 diminue la réponse à l'immunothérapie. L'IL-6 apparaît comme une cible thérapeutique pour le développement rationnel de nouveaux traitements . Les effets de l'IL-6 sont médiés par les protéines Stat. Les voies de transduction des Stat (Signal transducers and activators of transcription) représentent de nouvelles cibles moléculaires pour traiter les cancers du rein métastatiques. Les inhibiteurs de la voie des Stat ne bloqueraient pas seulement la croissance tumorale en induisant l'apoptose mais augmenteraient aussi la sensibilité des tumeurs à un traitement conventionnel (immunothérapie). Les processus impliqués dans l' angiogénèse associée aux tumeurs devraient aboutir à des composés capable d'interférer avec l'angiogénèse. L'IL-6 intervient dans la résorption osseuse ostéoclastique et l'hypercalcémie associées au cancer du rein métastatique. Différents agents ont montré leur efficacité pour traiter la maladie osseuse lytique médiée par l'activation des ostéoclastes : bisphosphonates et osteoprotégérine.

Interleukin-6 (IL-6) is a multifunctional cytokine which provides multiple signals on various tissues and cells. In addition, IL-6 is produced by some human renal carcinoma cell lines in vitro and is expressed in a majority of primary renal cell carcinoma (RCC). Serum IL-6 influence the response to immunotherapy. IL-6 appears as a target for rational drug design highly promising for development of new cancer therapies.IL-6 effects are mediated by Stat. Stat (Signal transducers and activators of transcription) signaling pathways represent novel molecular targets for therapeutic implications in metastatic renal cell carcinoma. Inhibitors of Stat signaling pathway will not only block tumor growth by inducing apoptosis, but may also increase the sensitivity of tumors to conventional treatment (immunotherapy). The processes involved in tumor associated angiogenesis should lead to compounds able to interfere with angiogenesis. Il-6 has been implicated in the osteoclastic bone resorption and hypercalcemia associated with metastatic RCC. Different agents were shown to be effective in treating lytic bone disease mediated by osteoclast activation : bisphosphonates and osteoprotegerin.

Mots clés:
Interleukin-6 / Cancer du rein métastatique / implications thérapeutiques
Mots-clés:
interleukin-6 / Metastatic renal cell carcinoma / therapeutic implications
L'embolisation artérielle dans les angiomyolipomes rénaux hémorragiques
Arterial embolization in bleeding renal angiomyolipomas.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 235-238

But : L'angiomyolipome rénal (AMLR) est une tumeur bénigne rare (2-3%) qui comporte dans des proportions variables une composante graisseuse souvent la plus abondante, un contingent musculaire lisse et un autre vasculaire. Le but de ce travail est de montrer l'intérêt de l'embolisation des angiomyolipomes responsables d'hémorragie.
Matériel et Méthodes : 2 patientes âgées de 22 et 62 ans ont présenté un hématome périrénal par saignement d'un angiomyolipome. Elles ont subi une embolisation artérielle sélective.
Résultats : Dans un cas une néphrectomie partielle a été réalisée à distance en raison de la taille de l'angiomyolipome (10 cm). Dans l'autre cas, une tentative de néphrectomie partielle à 3 mois s'est soldée par un échec du fait de la proximité avec le hile rénal; une néphrectomie a été réalisée.
Conclusion : Au delà de 4 cm de diamètre, le risque d'hémorragie périrénale est proportionnel à la taille de la tumeur. Lorsque la chirurgie s'impose, l'embolisation artérielle sélective est la première étape permettant la réalisation d'une néphrectomie partielle dans la plupart des cas.

Objective: Renal angiomyolipoma (AML) is a rare benign tumour (2-3%) comprising variable proportions of an adipose component, which is often the most abundant, a smooth muscle contingent and a vascular contingent. The objective of this study is to demonstrate the value of embolization of bleeding angiomyolipomas.
Material and Methods: 2 patient, aged 22 and 62 years, presented with perirenal haematoma secondary to bleeding angiomyolipoma and were treated by selective arterial embolization.
Results: In one case, partial nephrectomy was subsequently performed because of the size of the angiomyolipoma (10 cm). In the other case, attempted partial nephrectomy at 3 months failed due to the proximity of the renal hilum and nephrectomy was performed.
Conclusion: Beyond a diameter of 4 cm, the risk of perirenal haemorrhage is proportional to the size of the tumour. When surgery is required, selective arterial embolization is the first stage of treatment allowing partial nephrectomy in the majority of cases.

Mots clés:
Rein / Tumeur / Angiomyolipome / hémorragie / Embolisation
Mots-clés:
Kidney / tumour / Angiomyolipoma / haemorrhage / Embolization
Le kyste de l'ouraque. A propos de trois observations
Cyst of the urachus: report of three cases.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 314-318

Les auteurs rapportent trois observations de kyste de l'ouraque, dont un cas compliqué d'infection.
Le diagnostic de cette pathologie est rarement évoqué sur les éléments cliniques. Les performances actuelles des sondes échographiques permettent une analyse très précise de la face antéro-supérieure de la vessie, ce qui permet d'évoquer le diagnostic.
Les auteurs évoquent les problèmes posés par les kystes ouraquiens. Ils insistent sur les éléments anamnestiques, cliniques et paracliniques, en particulier tomodensitométriques, qui devraient permettre le diagnostic d'une telle pathologie dont le traitement est chirurgical.

The authors report three cases of cyst of the urachus, one of which was complicated by infection. This diagnosis is only rarely established clinically. The current performance of ultrasonography allows very precise analysis of the anterosuperior surface of the bladder, which may reveal the diagnosis. The authors discuss the problems raised by cysts of the urachus and emphasize the importance of clinical history, physical examination and complementary investigations, particularly CT which should allow the diagnosis of this disease, which needs to be treated surgically.

Mots clés:
ouraque / Kyste / Chirurgie
Mots-clés:
urachus / Cyst / surgery
Métastase sur site de trocart après lymphadénectomie par laparoscopie rétropéritonéale
Trocar site metastasis after laparoscopic retroperitoneal lymphadenectomy.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 307-309

Un cas de métastase sur site de trocart est rapporté un an après une lymphadénectomie réalisée par laparoscopie rétropéritonéale. Il s'agit du septième cas d'implantation tumorale sur site de trocart, publié en chirurgie laparoscopique urologique. Le geste d'exérèse lymphonodale et le type histologique de la tumeur apparaissent comme des facteurs de risque d'apparition de métastase pariétale.

The authors report a case of trocar site metastasis, one year after laparoscopic retroperitoneal lymphadenectomy. This is the seventh published case of trocar site metastasis in laparoscopic urological surgery. The lymph node resection procedure and the histological type of the tumour appear to be risk factors for the development of wall metastases.

Mots clés:
laparoscopie / Lymphadénectomie / métastase sur site de trocart
Mots-clés:
Laparoscopy / Lymph node dissection / trocar site metastasis
Microlithiases testiculaires et cryptorchidie : analyse échographique à distance de l'orchidopexie
Testicular microlithiasis and cryptorchidism: ultrasound analysis after orchidopexy.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 357-361

Buts : Evaluer l'aspect échographique testiculaire et la fréquence des microlithiases testiculaires dans une population de patients opérés il y a plusieurs années de cryptorchidie, afin de définir un groupe éventuellement à risque de cancer testiculaire.
Matériel et Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur 202 patients, 63 d'entre eux ont eu une échographie avec un recul moyen de 9 ans 3 mois (7 ans 5 mois à 11 ans 7 mois).
Résultats : 32% des testicules opérés sont hypotrophiques par rapport au côté qui a correctement migré ; leur volume moyen est de 9,42 ml contre 11 ml du coté non opéré.
14,3% des testicules abaissés ont un parenchyme échographiquement hétérogène dont 9,52% présentent des microlithiases.
Conclusion : L'association entre microlithiases et cryptorchidie n'est pas une constatation fortuite. Outre la relative hypotrophie du testicule, l'échographie révèle dans notre étude que la présence de microlithiases n'est pas un fait rarissime. En raison du risque évolutif de ces microlithiases, une surveillance échographique annuelle s'impose.

Objective: To evaluate the testicular ultrasound features and frequency of testicular microlithiasis in a population of patients operated several years before for cryptorchidism, in order to define a group at possible increased risk of testicular cancer.
Material and Methods: This was a retrospective study of 202 patients, 63 of whom were reviewed by ultrasound with a mean follow-up of 9 years 3 months (7 years 5 months to 11 years 7 months).
Results: 32% of operated testes were hypotrophic compared to the correctly descended side; their mean volume was 9.42 ml versus 11 ml for the nonoperated side. 14.3% of surgically descended testes presented an ultrasonographically heterogeneous parenchyma and microlithiasis were present in 9.52% of cases.
Conclusion: The association between microlithiasis and cryptorchidism is not an incidental finding. Apart from the relative hypotrophy of the testis, ultrasound also revealed, in our study, that the presence of microlithiasis is not an extremely rare finding. Annual ultrasound surveillance is therefore required due to the risk of malignant transformation of these microlithiases.

Mots clés:
cryptorchidie / microlithiases testiculaires / échographie scrotale
Mots-clés:
cryptorchidism / Testicular microlithiasis / scrotal ultrasound
Plaie de la bourse par embrochage : un accident rare de pêche sous-marine
Transfixing injury of the scrotum: a rare diving accident.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 334-335

Les auteurs rapportent une observation d'une plaie de la bourse par embrochage lors d'une plongée sous-marine . Le patient a été reçu une heure après l'accident. Le harpon traversait la bourse droite de bas en haut. L'exploration chirurgicale en urgence n'a retrouvé qu'une effraction du sillon inter épididymo-testiculaire et des muscles larges de l'abdomen. Le risque global sur la fertilité ont été évoqués devant la lésion éventuelle du tubule épididymaire.

The authors report a case of transfixing injury of the scrotum while diving. The patient was seen one hour after the accident. The harpoon traversed the right side of the scrotum from below upwards. Emergency surgical exploration only revealed effraction of the sinus of the epididymis and the abdominal muscles. The overall risk for fertility was suggested in view of a possible lesion of the epididymal canal.

Mots clés:
traumatisme / scrotum / embrochage
Mots-clés:
trauma / Scrotum / transfixing injury
Récidive biologique secondaire après prostatectomie radicale : analyse multivariée des facteurs pronostiques cliniques, biologiques et histologiques
Secondary laboratory recurrence after radical prostatectomy: multivariate analysis of clinical, laboratory and histological prognostic factors.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 277-282

Buts : Définir les variables cliniques, biologiques et histologiques associées à l'élévation secondaire, après une phase d'indétectabilité, du PSA après prostatectomie radicale.
Matériels et Méthodes : Il s'agit d'une étude prospective concernant 83 patients consécutifs opérés d'une prostatectomie radicale par voie rétropubienne dont le PSA post-opératoire à 3 mois était indétectable. Nous étudions grâce à une étude univariée puis multivariée la valeur prédictive de progression biologique secondaire de cinq critères préopératoires (âge, PSA total, score de Gleason sur les biopsies, biopsies positives de localisation apicale, stade clinique) et de quatre critères postopératoires (stade pathologique, score de Gleason sur la pièce, marges positives, suivi).
Résultats : Avec un suivi médian de 36 mois, le taux de récidive biologique était de 19%. Cette dernière était associée à un score de Gleason biopsique supérieur ou égal à 7 (p = 0,04), un stade pathologique élevé (p = 0,03), un score histologique élevé (Gleason ? 7) (p < 0,01) et aux marges positives (p = 0,04). La régression logistique identifie le seul score de Gleason supérieur ou égal à 7 sur la pièce comme élément prédictif de progression biologique secondaire.
Conclusion : La seule notion de marges positives ou de stade pathologique élevé est insuffisante pour identifier le risque de progression biologique après prostatectomie radicale. Le score de Gleason évaluant l'agressivité tumorale, le risque de micrométastases ou d'extension périprostatique, semble de plus d'intérêt.

Objectives: To define the clinical, laboratory and histological variables associated with secondary elevation, after an undetectable phase, of PSA after radical prostatectomy.
Materials and Methods: this was a prospective study of 83 consecutive patients undergoing retropubic radical prostatectomy with an undetectable postoperative PSA at 3 months. The predictive value of five preoperative criteria (age, total PSA, Gleason score on biopsies, positive apical biopsies, clinical stage) and four postoperative criteria (pathological stage, Gleason score on the operative specimen, positive margins, follow-up) for secondary laboratory progression was studied by univariate and multivariate analysis.
Results: With a median follow-up of 36 months, the laboratory recurrence rate was 19%. Laboratory recurrence was associated with a biopsy Gleason score greater than or equal to 7 (p=0.04), a high pathological stage (p=0.03), a high histological score (Gleason ? 7) (p<0.01) and positive margins (p=0.04). Logistic regression identified a Gleason score on the operative specimen greater than or equal to 7 to be the only element predictive of secondary laboratory progression.
Conclusion: The concept of positive margins or high pathological stage is insufficient to identify the risk of laboratory progression after radical prostatectomy. The Gleason score, which evaluates tumour aggressiveness, the risk of micrometastases or periprostatic extension, therefore appears to be more useful.

Mots clés:
prostate / Cancer / prostatectomie radicale / Facteurs pronostiques / Récidive
Mots-clés:
prostate / Cancer / radical prostatectomy / Prognostic factors / recurrence
Résultats d'une enquête épidémiologique menée chez des hommes âgés de 50 à 80 ans étudiant troubles mictionnels, qualité de vie et fonction sexuelle
Results of an epidemiological survey of voiding disorders, quality of life and sexual function conducted in men aged 50 to 80 years.
2001
- Article original
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 250-258

But : La prévalence des symptômes urinaires, leur impact sur la Qualité de Vie et la sexualité ainsi que l'attitude des homme vis-à-vis de ces problèmes ont été étudiés par auto-administration d'un questionnaire (comprenant I-PSS, 6 questions de DAN-PSS-1, BPHQL9 et IIEF).
Matériel et Méthodes : Ce questionnaire a été adressé par voie postale à un échantillon national représentatif de 3500 Français âgés de 50 à 80 ans. Sur les 2372 hommes ayant renvoyé des questionnaires exploitables, 21%, 33% et 42% appartenaient à la catégorie modérée ou sévère pour, respectivement, les symptômes, la tolérance aux symptômes, et l'altération de la Qualité de Vie.
Résultats : 81% des hommes déclaraient avoir eu une activité sexuelle durant les 4 dernières semaines. 8,3% des hommes étaient traités par des traitements médicaux "antiprostatiques", 8% avaient été opérés (16% d'entre eux étaient traités médicalement après l'intervention). Seuls 29% et 17% des hommes ont parlé respectivement de leurs problèmes urinaires et sexuels.
Conclusion : L'altération de la sexualité fonctionnelle et perçue était corrélée à l'âge et à la sévérité des symptômes chez les patients non opérés mais les faibles corrélations entre les échelles évaluant sexualité et symptômes signifient que la sexualité est un domaine difficile à explorer.

Objective: The prevalence of urinary symptoms, their impact on quality of life and sexuality and the man's attitude in relation to these problem were studied by a self-administered questionnaire (including I-PSS, 6 questions of DAN-PSS-1, BPHQL9 and IIEF).
Material and Methods: This questionnaire was sent by mail to a national representative sample of 3,500 French men aged 50 to 80 years. Of the 2,372 men who returned an interpretable questionnaire, 21%, 33% and 42% belonged to the severe or moderate category for symptoms, tolerance of symptoms, and alteration of quality of life, respectively.
Results: 81% of men reported sexual activity during the last 4 weeks. 8.3% of men were treated with "antiprostate" medical treatments, and 8% had been operated (16% of them were treated medically after the operation). Only 29% and 17% of men had talked about their sexual and urinary problems, respectively.
Conclusion: Alteration of functional and perceived sexuality was correlated with age and the severity of symptoms in non-operated patients, but the poor correlations between scales evaluating sexuality and symptoms indicate that sexuality is a difficult aspect to investigate.

Mots clés:
Épidémiologie / Hypertrophie bénigne de prostate / Symptômes / sexualité
Mots-clés:
epidemiology / Benign prostatic hyperplasia / symptoms / Sexuality
Standards diagnostiques et thérapeutiques des tumeurs surrénaliennes
2001
- Synthèse thématique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 362-363

La prise en charge d'une tumeur de la surrénale doit être pluridisciplinaire et faire appel aux compétences permettant d'apporter l'exploration endocrinologique et biologique, l'exploration radiologique et scintigraphique, enfin le traitement chirurgical et son complément médical le plus adapté. L'urologue est familier de cette glande qu'il côtoie ou opère lors de la chirurgie rénale. La pratique de la laparoscopie de cette région et surtout de la lomboscopie ont renforcé la place de l'urologue dans la prise en charge chirurgicale des tumeurs surrénaliennes, dés lors qu'il maîtrise ces techniques dont le bénéfice est maintenant clairement établi. Il existe toutefois des critères diagnostiques et thérapeutiques qu'il importe de connaître et de respecter.

Mots clés:
surrénale / Tumeur
Syringocèle : à propos de 2 cas
Two cases of syringocele.
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 354-356

Les syringocèles sont des dilatations des canaux des glandes bulbo-urétrales. C'est une pathologie le plus souvent d'origine congénitale. Nous rapportons deux cas de syringocèle perforé. Nous en analysons les données cliniques, radiologiques et thérapeutiques.

Cowper's syringocele, dilatation of bulbo-urethral glands, is a rare disease, usually congenital. The authors report two cases of perforated syringocele and analyse the clinical, radiological and therapeutic aspects of this disease.

Mots clés:
Glandes bulbo-urétrales / syringocèle
Mots-clés:
Bulbo-urethral glands / syringocele
Thrombo-embolie pulmonaire à la suite d'une rétention vésicale chronique
Pulmonary embolism secondary to chronic overdistended bladder
2001
- Cas clinique
- Réf : Prog Urol, 2001, 11, 323-326

Buts : Rapporter un cas de thrombo-embolie pulmonaire à la suite d'une rétention vésicale chronique qui entraînait une obstruction veineuse iliaque.
Cas clinique : Patient âgé de 73 ans qui présentait un épisode brusque de thrombo-embolie pulmonaire, vérifié à l'aide d'une gammagraphie, après la vidange d'une vessie rétentionniste de 2.300 cc d'urine, responsable de l'obstruction des deux veines iliaques et d'une uropathie obstructive bilatérale.
Le patient évolua favorablement après l'anticoagulation avec de l'héparine et cathétérisme vésical temporaire, entraînant la disparition des oedèmes des membres inférieurs et de l'uropathie obstructive.
Conclusion : Jusqu'à présent ont été décrits une trentaine de cas d'obstruction des vaisseaux pelviens par une vessie rétentionniste. Toutefois, et après revue de la littérature, nous estimons que notre cas est la première communication de thrombo-embolie pulmonaire due à une rétention vésicale chronique.

Objective: To report a case of pulmonary embolism secondary tochronic overdistended bladder, responsible for iliac vein obstruction.
Clinical case: A 73-year-old patient presented with sudden onset of pulmonary embolism, confirmed by isotope lung scan, after drainage of 2,300 cc of urine from an overdistended bladder, responsible for bilateral iliac vein obstruction and a bilateral obstructive uropathy.
The patient had a favourable course after anticoagulation with heparin and temporary bladder catheterization, leading to resolution of the peripheral oedema and obstructive uropathy.
Conclusion: About thirty cases of obstruction of large pelvic vessels due to overdistended bladder have been reported to date. However, and after an extensive review of the literature, this case appears to be the first report of pulmonary embolism secondary to chronic overdistended bladder.

Mots clés:
Rétention vésicale / tembolie pulmonaire / obstruction veineuse iliaque / oedème
Mots-clés:
Overdistended bladder / Pulmonary embolism / Iliac vein obstruction / Oedema