Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 106ème Congrès Français d’Urologie > Surveillance active du cancer de prostate chez les patients afro caribéens : les critères SURACAP sont-ils suffisants ?
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Surveillance active du cancer de prostate chez les patients afro caribéens : les critères SURACAP sont-ils suffisants ?

Objectifs.– Étudier les caractéristiques histologiques des pièces de prostatectomie totale des patients qui auraient pu bénéficier d’une surveillance active selon les critères SURACAP dans une population afro caribéenne surexposée au risque de survenue et d’évolutivité du cancer de prostate.

Méthodes.– Les dossiers de 1380 patients ayant subit une prostatectomie totale dans un unique centre de référence entre 2000 et 2011 ont été analysés rétrospectivement. Ceux qui répondaient aux critères SURACAP ont été identifiés : âge inférieur à 75 ans, espérance de vie supérieure à dix ans, stade clinique T1c ou T2a, PSA inférieur ou égal à 10 ng/mL, adénocarcinome prostatique diagnostiqué à partir d’une seconde série de biopsies de prostate (la première étant négative) comprenant au moins 12 biopsies, moins de trois biopsies positives, pas de carotte envahie sur plus de trois millimètres, absence de grade de Gleason 4 ou 5, absence d’un autre cancer datant de moins de cinq ans. Chez ces patients ont été évalués le score de Gleason sur la pièce opératoire, le stade pathologique selon la classification TNM et le statut des marges chirurgicales.

Résultat.– Cinquante et un patients répondaient à ces critères. L’âge moyen était de 66,3 ans, le stade clinique était T1c pour 86 % et T2a pour 14 %. Le PSA préopératoire médian était de 6,7 ng/mL. Soixante-quatorze pour cent avaient eu au moins 14 prélèvements sur la série de biopsies ayant permis de porter le diagnostic d’adénocarcinome prostatique. Le stade pathologique selon la classification TNM était pT0 dans trois cas (6 %), pT2 (a–c) pour 84 %, pT3a pour un cas (2 %), pT3b pour quatre cas (8 %). Le score de Gleason comportait du grade 4 pour 14 patients (27 %) dont grade 4 majoritaire pour 8 %. Les marges chirurgicales étaient positives pour 12 % des patients.

Conclusion.– Malgré leur caractère très restrictif, les critères de sélection adoptés pour le protocole SURACAP font courir le risque d’une sous-évaluation de la maladie extra prostatique dans 10 % des cas et d’une sous-évaluation du score de Gleason dans 27 % des cas lorsqu’ils sont appliqués à une population à risque élevée de survenue et d’évolutivité du cancer de prostate.

Contenu protégé