Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 96ème congrès français d’urologie > RESULTATS ET COMPLICATIONS DE LA GREFFE DE PANCREAS TOTAL AVEC DERIVATION INTESTINALE ET CAVE.
Ajouter à ma sélection Désélectionner

RESULTATS ET COMPLICATIONS DE LA GREFFE DE PANCREAS TOTAL AVEC DERIVATION INTESTINALE ET CAVE.

Pôle Néphrologie Urologie Transplantation, Nantes, France.

Notre objectif était d’évaluer les résultats et les complications chirurgicales de la transplantation de pancréas total avec dérivation exocrine intestinale et veineuse cave et ceci depuis le début de notre pratique de ce type de greffe.

Patients et Méthodes: Depuis Novembre 1999, 47 transplantations de pancréas total ont été réalisées dont 38 transplantations combinées rein-pancréas, 8 isolées et 1 pancréas-foie. Les reins et les pancréas ont été lavés et conservés soit avec du Belzer soit avec du Celsior®.

L’intervention a été réalisée par une incision médiane trans péritonéale. Après décollement du colon droit et de la racine du mésentère, l’anastomose veineuse était réalisée au niveau de la racine de la veine cave inférieure. L’anastomose artérielle était ensuite réalisée au niveau de l’artère iliaque primitive droite. La dérivation exocrine a été réalisée par anastomose latéro latérale entre le duodénum du donneur et le jéjunum du receveur. Le rein a été transplanté au niveau des vaisseaux iliaques externes gauches et extra péritonéisé.

Résultats: L’âge moyen des receveurs et des donneurs était respectivement de 41±9 et de 34±10 ans. L’ischémie froide moyenne était de 14±5 heures. La survie actuarielle des patients et des greffons était respectivement de 96% et de 87% à 30 mois. Trois pancréas ont été perdus par thrombose veineuse à J2 et 1 à J 8 par thrombose veineuse sur une pancréatite sévère et collapsus hémodynamique. Six patients ont été réopérés : 2 à J 21 et J 25 pour occlusion intestinale fonctionnelle sur pancréatite du greffon, 3 pour douleurs abdominales et épanchement péritonéal et 1 pour hémorragie au niveau d’une branche collatérale de l’artère splénique à J1. Nous n’avons eu aucune complication au niveau de l’anastomose digestive. Tous les patients, avec un greffon fonctionnel, n’ont plus besoin d’insuline exogène.

En conclusion, les complications chirurgicales sont plus fréquentes qu’en transplantation rénale, mais l’excellent contrôle du diabète et la survie des greffons et des patients plaident en faveur de ce type de transplantation.

Contenu protégé