Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 105ème Congrès Français d’Urologie > Néphrectomie pour rein polykystique : comparaison des techniques laparoscopique et ouverte
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Néphrectomie pour rein polykystique : comparaison des techniques laparoscopique et ouverte

Objectifs.- Les patients atteints d’une polykystose rénale autosomique dominante (PKRAD) doivent parfois être opérés d’une néphrectomie pour ménager de l’espace pour un futur tranplant rénal ou du fait de lombalgies. Traditionnellement faite par voie ouverte, nous rapportons notre expérience de néphrectomie laparoscopique pour PKRAD et comparons les données péri-opératoires à la chirurgie ouverte.

Méthodes.- Depuis décembre 2007, 21 patients ont été opérés d’une néphrectomie laparoscopique pour PKRAD par voie transpéritonéale. Les temps opératoires sont identiques à ceux d’une néphrectomie élargie pour tumeur. Nous avons comparé les données opératoires à celles de 19 patients opérés par voie ouverte entre 2006 et 2007 en analysant: l’âge, le sexe, le score ASA, l’IMC, la durée opératoire, les pertes sanguines, la dose de morphine, la reprise du transit, la durée d’hospitalisation, le recours à une transfusion sanguine et les complications.

Résultats.- Parmi nos 21 patients, aucun n’est décédé. Les populations ouverte et laparoscopique étaient comparables pour l’âge, le sexe, l’IMC et le score ASA. La durée opératoire était plus longue dans le groupe laparoscopique (180 min vs 128 min, p=0,001). Il n’y avait pas de différence de perte sanguine mais 3 patients ont été transfusés dans le groupe ouvert contre 1 dans le groupe laparoscopie. Les patients opérés par laparoscopie consommaient moins d’antalgiques morphiniques bien que la différence ne soit pas significative (17 vs 27 mg, p=0,07). La reprise du transit était plus rapide (2.1 vs 4.1 jours, p<0,001) et la durée d’hospitalisation plus courte (5,2 jours vs 8,3 jours, p=0,002) dans le groupe laparoscopie. Il y avait plus de complications dans le groupe ouvert (53% vs 29%) mais la différence n’était pas significative.

Conclusion.- La néphrectomie laparoscopique pour PKRAD est une intervention sûre dont la morbidité est moindre que celle de la voie ouverte. Elle est ainsi devenue notre technique de référence dans cette indication.

Contenu protégé