Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 96ème congrès français d’urologie > MUC1 : FACTEUR PRONOSTIC DES ADENOCARCINOMES RENAUX A CELLULES CLAIRES STADE pT1
Ajouter à ma sélection Désélectionner

MUC1 : FACTEUR PRONOSTIC DES ADENOCARCINOMES RENAUX A CELLULES CLAIRES STADE pT1

LILLE

Objectif : Etude des corrélations entre l’expression de MUC1, le grade nucléaire et la progression tumorale des adénocarcinomes rénaux à cellules claires.

Matériels et méthodes : Etude rétrospective de janvier 1992 à décembre 1995. Parmi 118 adénocarcinomes à cellules claires traités pendant cette période, 44 étaient de stade pT1 selon la classification UICC-1997. Toutes les lames histologiques ont été relues par un seul anatomo-pathologiste et le grade nucléaire de Fürhman était précisé. Une étude immuno-histochimique était réalisée pour quantifier l’expression de MUC1 selon le score décrit par Fujita et al.. Le test U de Mann-Withney, un modèle de régression linéaire et la méthode de Kaplan-Meier étaient utilisés pour l’analyse statistique des données (seuil de signification p<0,05).

Résultats : Il s’agissait de 30 hommes et 14 femmes. L’âge moyen était de 58,3 ans (31 à 78 ans) lors du diagnostic. La taille tumorale moyenne était de 4,3 cm (1,7 à 7 cm). Tous les patients étaient initialement N0M0. Trente six cas étaient de faible grade nucléaire (15 Fürhman grade 1 et 21 Fürhman grade 2) et 8 tumeurs étaient de haut grade nucléaire (Fürhman grade 3)

Le recul moyen était de 72,2 mois (4 à 110 mois, médiane 75,5 mois). Six patients ont développé des métastases (13,6%) dont 2 étaient vivants. Parmi les six patients métastatiques, 4 avaient un grade nucléaire de Fürhman 3, et 2 avaient un grade nucléaire de Fürhman 2.. Les tumeurs de haut grade nucléaire présentaient un marquage pour MUC1 plus élevé que les tumeurs de bas grade nucléaire (p<0.005). Les tumeurs métastatiques avaient également une expression de MUC1 plus marquée que les tumeurs non métastatiques (p<0.01). Les tumeurs ayant moins de 10% des cellules ne surexprimant pas le MUC1 n’avaient pas d’évolution métastatique.

Conclusion : Le MUC1 était exprimé par les adénocarcinomes rénaux à cellules claires. Il existait une corrélation significative entre l’expression de MUC1, le grade nucléaire et la progression tumorale. MUC 1 est donc un facteur pronostic de progression tumorale pour les tumeurs de stade pT1.

Contenu protégé