Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 100ème congrès français d’urologie > Hyperactivité détrusorienne réfractaire aux traitements médicaux : résultats urodynamiques et ultrastructuraux de détrusorotomies avec prothèses d’expansion chez le lapin.
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Hyperactivité détrusorienne réfractaire aux traitements médicaux : résultats urodynamiques et ultrastructuraux de détrusorotomies avec prothèses d’expansion chez le lapin.

OBJECTIF : Créer un réservoir vésical à basse pression dans l’hyperactivité détrusorienne réfractaire aux traitements non ou peu invasifs. Nous proposons un modèle d’agrandissement vésical avec prothèses d’expansion résorbables ou non résorbables en conservant la muqueuse vésicale.

MATERIEL ET METHODES: Une détrusorotomie longitudinale a été réalisée sous anesthésie péri-durale chez 35 lapins avec ou sans prothèse d’expansion suturée au bords libres du détrusor. Un bilan urodynamique a été effectué en pré-opératoire, puis à J30 et J90. Quatre prothèses d’expansion, non résorbables (polytétrafluoroéthylène (PTFE) et silicone) et résorbables (polyglactine et sous muqueuse intestinale porcine (SIS)), ont été évaluées et comparées à des détrusorotomies sans prothèse d’expansion. A 3 mois, une analyse histologique (HES) et immunohistochimique (anticorps anti-collagènes I et III, anti-± actine, anti-neurofilaments, et anti-cytokératines 5, 6, 8, 17, 19) a été réalisée au niveau du dôme vésical et sur la face latérale de la vessie ainsi qu’une analyse morphométrique avec quantification des collagènes de type I et III.

RESULTATS: A 3 mois post-opératoires, 26 lapins étaient vivants (74,2%) : 5 avec PTFE, 5 avec silicone, 4 avec polyglactine, 4 avec SIS, 8 sans prothèse. On observe avec les prothèses non résorbables des migrations et des lithiases intra-vésicales. Les prothèses résorbables et notamment le SIS permettent une recolonisation nerveuse végétative et musculaire lisse organisée à 3 mois avec des résultats urodynamiques stables ou améliorés. L’augmentation de la compliance et de la capacité vésicale post-opératoires semblent corrélés aux taux de collagènes de type I et III en zone sous prothétique par rapport à la zone latéro-vésicale. L’urothélium n’est pas altéré et aucun cas de métaplasie malpighienne n’est observé.

CONCLUSION : L’agrandissement vésical avec prothèse d’expansion en SIS offre des résultats urodynamiques et histologiques encourageants sans recours à des cultures cellulaires tridimensionnelles complexes. Ces résultats devront être confirmés sur des modèles animaux de vessies hyperactives induites.

201012006Menard JDiaporama

Contenu protégé