Accueil > Les évènements de l’AFU > Congrès français d'Urologie > 100ème congrès français d’urologie > Etude prospective des marges d’exérèse positives après prostatectomie totale rétropubienne
Ajouter à ma sélection Désélectionner

Etude prospective des marges d’exérèse positives après prostatectomie totale rétropubienne

OBJECTIF: Déterminer s’il existe une corrélation entre le degré d’extension extra-capsulaire (EEC) sur la pièce de prostatectomie totale et la progression de la maladie.

MATERIELS ET METHODE : A partir d’une série de 171 pièces de prostatectomies radicales classées pT3a pN0, 72 patients, en marges négatives (R0), n’ont pas reçu de traitement complémentaire et ont été suivis jusqu’à la récidive biologique (PSA>0,2ng/ml). Pour chaque pièce, le degré d’extension extra capsulaire, focal, ou plus extensif et le score de Gleason ont été évalués. La survie sans récidive biologique a été évaluée par la méthode de Kaplan-Meier.

RESULTATS : Age moyen : 64,5 (+/- 5,5) ans. PSA pré opératoire médian : 10,85 ng/ml. Suivi moyen : 84,14 (+/-31,1) mois. 17 patients ont présenté une récidive biologique après un délai moyen de 29.9 (+/-42,7) mois. Les patients de score de Gleason >7 et =7 présentaient respectivement une médiane de survie de 20 et 57 mois, pour ceux de score </=6 la médiane n’était pas atteinte (88% de survie à 48 mois) (log.rank. p=0,0002). Pour le degré d’extension extra-capsulaire (p=0,03):

81.jpg



CONCLUSION : Devant un pT3a pN0 R0, le score de Gleason et le degré d’extension extra-capsulaire influent sur la survie biologique. Parmi les 26 patients de score de Gleason < ou = 6 et d’extension extra capsulaire seulement focale, aucun n’a présenté une récidive biologique, faisant discuter dans cette sous population de pT3 l’intérêt de l’irradiation adjuvante.

20812006Roche JBDiaporama




Objectif : Evaluation prospective du taux de marges d’exérèse positives (ME+) après prostatectomie totale rétropubienne (PTR) comme marqueur de la qualité de l’exérèse de la tumeur. Le statut des marges chirurgicales est un facteur prédictif indépendant de la survie sans récidive biologique.

Matériel et méthode : De Janvier 2005 à Avril 2006, 231 patients ont eu une PTR pour cancer localisé de la prostate par les deux mêmes opérateurs. L’âge moyen était de 63 ans (46-75), le stade clinique : 157 T1c (68%), 64 T2a (27,7%) et 10 T2b (4,3%), le PSA pré-opératoire moyen de 7,55 ng/mL (2,3-50) et le score de Gleason biopsique de 6 (4-8). L’analyse histologique a été réalisée avec une inclusion complète de la pièce et une coupe tous les 3 mm (protocole de Stanford). L’analyse a comporté également une étude systématique de la pièce opératoire en zone saine vérifiant l’intégrité de la capsule et l’absence de marge en tissu sain.

Résultats : Marges d’exérèse positives



82.jpg



Parmi les 6 patients (3,7%) de ME+ dans les pT2, 2,5% (4/162) étaient à l’apex mais en rapport avec un envahissement du sphincter strié. Les 2 ME+ restantes étaient pour l’une à l’apex (0,6%), l’autre au col (0,6%). Parmi les pT3, la localisation était la suivante : le col vésical (50%), l’apex (38%) et postéro latéral (12%). Il est important de souligner le fait que la préservation des bandelettes neuro-vasculaires ne faisait pas augmenter le taux de ME+.Concernant la qualité d’exérèse en tissu sain, il y a eu 2,6% (6/231) d’incision capsulaire et 2,6% (6/231) de marges en glande saine (col vésical).

Conclusion : La voie rétropubienne répond à l’impératif carcinologique de la prostatectomie totale, avec un taux de marges chirurgicales positives global de 7,8% dont 3,7% pour les pT2 et 17,4% pour les pT3. Il n’a jamais été constaté de marges chirurgicales positives multiples dans les pT2.



20822006Thoulouzan MDiaporama




Contenu protégé